En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 11 min 11 sec
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 2 heures 11 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 4 heures 15 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 57 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 20 heures 15 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 21 heures 7 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 1 heure 49 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 4 heures 10 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 18 heures 22 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 19 heures 35 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 20 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 22 heures 17 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Liaisons dangereuses ?

Les périlleuses tentations d’Alain Juppé (et Emmanuel Macron)

Publié le 19 janvier 2018
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat.

En annonçant, il y a quelques jours, qu’il prenait du recul vis-à-vis de son parti, Alain Juppé n’a pas manqué d’indiquer que cette période de recul lui permettrait d’observer ce qui se passerait sur la question européenne. S’agit-il pour lui de préparer le terrain à un ralliement à la liste que LREM et le Modem conduiront ensemble lors des élections européennes de 2019 ? Quelle que soit la réponse qu’il apportera à cette question, elle nous permet de revenir sur l’épineux problème du rapport des Français à l’intégration européenne. 

Un ralliement d’Alain Juppé à la liste LREM-Modem pour les élections européennes symboliserait fortement la double impulsion souhaitée par Emmanuel Macron : remettre la question européenne au cœur de notre vie politique et prolonger l’onde de choc de la présidentielle en obligeant les partis actuels à une recomposition et à la formation de nouveaux blocs politiques. Ce scenario repose sur l’hypothèse que les tenants d’une Europe progressant vers plus d’intégration et d’une France à l’avant-poste de ce mouvement se retrouvent dans un même camp et dépassent leurs oppositions passées, exprimées en termes de gauche et de droite.

Or, un délicat problème se pose à ce grand projet. Dans la France d’aujourd’hui, une pluralité d’opinions existe en fait sur la question de l’Europe, qui ne peut se réduire au schéma binaire qui oppose les « pro-européens» aux « anti-européens ». Cette opposition schématique n’occupe plus la même place que dans la France de 1990 lorsque le référendum sur le Traité de Maastricht avait porté au sommet le clivage entre les visions « souverainistes » et les visions « intégrationnistes ».

Si l’on rejouait aujourd’hui le match Mitterrand / Séguin (lors de leur débat télévisé du 3 septembre 1992, à peu de temps du référendum sur le Traité de Maastricht) on aurait, en fait, toutes les chances de passer  à côté de l’essentiel. Car entre temps s’est joué un autre match, celui du référendum de 2005, et que le climat général du rapport des Français à l’Europe a fortement évolué. 

On est passé progressivement d’un débat centré sur la souveraineté nationale à un débat centré sur l’impact des choix économiques européens sur les politiques menées au France. 

La question des frontières s’est également transformée : alors que la question des limites géographiques de l’UE a beaucoup animé les débats après l’élargissement de l’Europe en 2004 (lorsque dix pays nouveaux, comme la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, sont rentrés dans l’Union), ces questions semblent aujourd’hui au point mort. Nos dirigeants européens ont d’ailleurs plus ou moins prononcé l’acte de décès de l’adhésion de la Turquie. La question de l’espace Schengen et du contrôle des frontières nationales a pris le dessus, à travers les débats sur les migrations.

De même, si la présidentielle a mis la question de l’Europe au centre des débats et que le second tour a bien opposé deux visions opposées en tout point sur ces questions, il ne faut pas oublier le premier tour de cette élection. Celui-ci montrait, non seulement que l’électorat était coupé en quatre et pas seulement en deux, mais que les visions de l’Europe portées par les quatre premiers candidats contenaient des différences majeures qui ne se résumaient pas à Marine Le Pen contre les autres.

Tout le pari de la recomposition voulue par Emmanuel Macron à travers la question de l’Europe est donc d’attirer vers lui les tenants de l’intégration européenne, venant de la gauche et de la droite. Ils mettraient de côté leurs divergences sur les orientations de l’Europe pour ne retenir que leur accord sur le principe même de l’intégration européenne. 

Cette entreprise va se révéler délicate : depuis le début des années 2000, c’est davantage la contestation des orientations économiques de l’Europe qui fait débat que le principe même de l’Europe. Or cette contestation n’est pas sans lien avec le clivage gauche-droite. Réanimer un débat sur l’Europe en France peut potentiellement faire sortir le clivage gauche-droite de son relatif sommeil, car il ne dort que d’un œil…

Au fait, Alain Juppé avait publié (en 1993) un livre fort intéressant, La tentation de Venise, où il laissait apparaître ses questionnements internes : la politique mérite-t-elle qu'on lui consacre sa vie ? N'est-elle pas, en fait, moins intéressante que l'art, ou l'amour, ou la beauté ? Et si Alain Juppé prenait en fait le large... mais dans quelle direction ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 19/01/2018 - 19:56
Bye bye Juppé
Il est toujours sous le coup de l'humiliation de sa défaite à la Primaire.... qu'il veut faire payer à son parti LR en faisant le jeu de Macron. Triste fin , petit calcul politicien pour un homme de qualité qui ne sait pas mettre un terme convenable à sa carrière politique.
BABOUCHENOIRE
- 19/01/2018 - 15:21
Juppé est un petit cachottier, pas très sincère concernant ses
explications sur son retrait des LR cause du non règlement de ses cotisations, il a oublié de dire qu'il n'avait pas réglées également celle de 2016 et pourtant à cette époque ce n’était pas lié à la ligne politique du parti, lui qui était le super favori.
KOUTOUBIA56
- 19/01/2018 - 13:00
Le large il peut le prendre
Le large il peut le prendre on l'a assez vu et surtout entendu. cet homme (le meilleur d'entre nous) me décoit depuis plus de 30 ans. donc rideau on passe a autre chose. qu'il gère bordeaux si les bordelais en sont contents je n'y vois aucun inconvenient mais pour le reste stop. ce commentaire vaut aussi pour Bayrou