En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 min 12 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 16 min 5 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 18 min 8 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 18 min 21 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 22 min 43 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 22 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 19 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 16 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 23 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 14 min 43 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 min 7 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 18 min 15 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 22 min 27 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 10 sec
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 37 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 jour 6 min
Anti-sarkozysme

Pourquoi l'anti-sarkozysme est-il devenu un élément central du quinquennat ? Le point de vue de Michel Maffesoli

Publié le 12 avril 2012
Troisième partie de notre série consacrée à l'anti-sarkozysme. Et si la critique systématique du Président de la République correspondait à un mépris du peuple de la part des élites ?
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Troisième partie de notre série consacrée à l'anti-sarkozysme. Et si la critique systématique du Président de la République correspondait à un mépris du peuple de la part des élites ?

Lire aussi :

 

On ne dira jamais assez le décalage existant entre l’opinion publique et l’opinion publiée. Celle-ci, c’est chose connue, n’aime pas être dérangée dans ses certitudes acquises, ses opinions et autres évidences théoriques ne permettant pas de voir ce qui est évident. Tant il est vrai que l’intelligentsia préfère écouter ce qu’elle a envie d’entendre.

Panurgisme ambiant, ayant du mal à concevoir que le Président Sarkozy puisse être, en quelque sorte, une autobiographie du peuple tel qu’il est ; et non de celui que l’on aimerait qu’il soit ! Et c’est bien là qu’est le hic. Car, venu de fort loin, il y a dans cette opinion publiée (journalistes, universitaires, décideurs de toutes sortes), d’une manière plus ou moins inconsciente, un profond mépris du peuple. Ce qui fera taxer de populistes, ceux qui en appellent à lui, sans passer par les fameux « corps intermédiaires ». Nicolas Sarkozy, en bute aux critiques sur ce point, en fait l’amère expérience.

C’est la sempiternelle vocation marxiste de notre intelligentsia donneuse de leçons, le révolutionnaire devant apporter la juste conscience à un peuple qui ne serait qu’un ventre aveugle et aveuglé par ses instincts. Prétention créant ces vitupérations, crachant feu et venin, et s’employant à définir ce que doit être la société parfaite.

Parmi la foultitude d’exemples en ce sens, n’a-t-on pas entendu le philosophe édicter ce « dont Sarkozy est le nom » et encore récemment dire, « que c’était pire que prévu » ! Sinon que le Badiou en question, enthousiasmé il y a peu par la victoire des Khmers rouges, n’hésitait pas à proclamer « Kampuchea vaincra ». On se souvient que le peuple cambodgien paya de millions de morts et de tortures le défaut de ne pas être ce que ces vertueux révolutionnaires attendaient d’eux.

Ce sont les mêmes qui vociférèrent contre les manières d’être d’un Président indigne de la fonction qu’il occupe. Ils trompettent ainsi contre son agitation, sa versatilité. Ne peut-on pas dire plutôt qu’il prend depuis le début le contre-pied des idées convenues. Qu’il s’emploie, avec un malicieux plaisir à brouiller les codes en usage dans la classe politique. Ce qui le conduit à se démener, tel un petit diable, dans le bénitier de la bienpensance de gauche ?

Dire ceci et son contraire, n’est-ce point ce qui caractérise les sincérités successives dont le peuple a le secret ? Être « Je » et « l’autre », n’est-ce point la prophétique intuition de Rimbaud qui s’est capillarisée dans la vie quotidienne postmoderne ? C’est en ce sens, pour le dire d’une manière tout à la fois familière et rhétorique, que Sarkozy est un « oxymore sur pattes ».

C’est en ce sens, aussi que le Président en campagne, dans la foulée de son quinquennat, a senti les métamorphoses qui sont à l’œuvre dans toutes les sociétés de la planète. La France ne saurait être indemne d’une telle mutation.

De quoi s’agit-il ? Si le contrat social définissait bien un être ensemble où prévalait un lien social à dominante rationnelle, lien s’inscrivant sur la longue durée, le pacte est quant à lui, traversé par l’émotionnel et, du coup, est beaucoup plus éphémère. C’est un changement de fond, qui oblige à repenser le politique : le « lien » où prévaut le sentiment d’appartenance est la caractéristique essentielle du vivre-ensemble postmoderne.

C’est bien ce qu’a repéré le Président Sarkozy, dont l’attitude, l’action et le discours s’emploient à « cliver ». C’est-à-dire à faire ressortir le fossé, infranchissable, existant entre le peuple et les élites censées parler en son nom. D’où, de 2007 à la campagne actuelle, la charge contre les « corps intermédiaires » faisant écran et qui s’emploient, massivement à dénigrer la légitimité d’un président pourtant élu, largement élu, démocratiquement.

C’est pour tout cela qu’il faut être attentif à une vox populi que les sondages ne reflètent qu’imparfaitement, celle de l’opinion publique, qui est loin de partager, envers le président, la détestation que ne manque pas de claironner l’opinion publiée. Et ce parce que la sagesse populaire sait, d’antique mémoire, reconnaître la polysémie du réel. Savoir instinctif qui, dès lors, est tout à fait en phase avec l’attitude d’un président et maintenant candidat sachant embrasser les contraires. C’est-à-dire accepter que l’harmonie d’un peuple puisse être conflictuelle !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (57)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NYOR
- 19/04/2012 - 04:29
Takezo l'épurateur
Jag, bienvenu au club de ceux que Takezo ne veut pas sur SON forum bien à lui, où il espère pouvoir penser en rond, avec des gens qui sont toujours d'accord avec lui, et où il pourra étaler ses avis sans jamais craindre d'être contredit. Comme on dit, le plus gêné s'en va. Moi, je me sens très bien ici...
jag69
- 13/04/2012 - 20:48
@Takezo, merci.
Mes propos ne servent à rien...bah, ils auront au moins servi à vous amender un peu...puisque désormais, parmi vos bordées d'injures, vous de me tutoyez plus.
Merci d'avoir tenu compte de mes remarques, mais réfléchir un peu vous aiderait plus.
Je suis étonné de voir plusieurs d'entre vous me traiter (assez injurieusement) comme un pro-hollande, alors que je suis carrément désolé de penser que dans quelques semaines on aura ou Sarkozy ou Hollande.
Mais comment ne pas voir que le rejet de Sarkozy est dû surtout à lui même, qu'il l'a plus que mérité? Il n'est pas dû à la gauche qui joue son rôle normal en lui tapant dessus.
copélia
- 13/04/2012 - 18:58
le temps de parole des candidats est illusoire
J'ai lu en diagonale les différents commentaires.Je me permets de faire la remarque suivante:les journalistes passent leur temps à enfoncer le président Sarkozy donc ces temps s'ajoutent, c'est surtout flagrant pour cette campagne électorale, tous ces temps ne font que continuer à remplir le cerveau de certains français qui croient qu'il suffit que certains candidats haranguent les foules pour que le miracle arrive.
La France est actuellement comparable à un sous-marin qui esquive les torpilles des marchés financiers,au lendemain des élections présidentielles si la gauche passe les marchés financiers ne feront qu'une bouchée de la France et des économies des classes moyennes.
La gauche a fait son cinéma dans les années 80 en laissant acheter par une banque nationalisée ,des studios d 'Hollywood on connaît le résultat: qui a payé: le contribuable français. On n'entend guère parler de ces épisodes financiers scabreux. On préfère parler de Fouquet' s ,de Rollex; Ceux qui rappellent ces événements sont certainement des aficionados de ces tables et détenteurs de ces montres