En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Situation grave
Comment le commerce extérieur est devenu le boulet de l'économie française
Publié le 11 janvier 2018
Depuis des décennies la France est en délicatesse avec son commerce extérieur. Mais depuis les dernières années de l'ère Hollande, la situation est critique et même crépusculaire.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis des décennies la France est en délicatesse avec son commerce extérieur. Mais depuis les dernières années de l'ère Hollande, la situation est critique et même crépusculaire.

Pour l'année 2017, la France va afficher un solde déficitaire de 63 milliards pour son commerce extérieur. Du jamais vu et objectivement un chiffre plus que préoccupant. Dans l'absolu ou en comparaison avec les – 47 mds de 2016.

Le commerce extérieur est devenu le boulet de nos grands agrégats économiques dans une certaine indifférence politique. Qui ne se souvient des discours lénifiants de la ministre Nicole Bricq ? Qui ne se souvient des affirmations péremptoires d'un certain Louis Gallois que les faits ont, une fois de plus, démentis ?

Le commerce extérieur dynamique suppose de vendre et si possible à des clients solvables. Or, la France est en mal de compétitivité hors-prix et d'effet de gamme.  

Comme l'a dit un analyste lucide : " on fabrique au mieux de la qualité espagnole pour tenter de la vendre à des prix allemands ". Cela ne peut fonctionner longtemps. Et cela pèse lourd dans la balance car il faudra des années pour redresser une situation où notre rapport qualité/prix n'est pas dans la course sauf dans le luxe et l'aéronautique (aviation d'affaire, aviation commerciale ).

De surcroît, il ne faut pas nier que notre score d'impayés partiels est un handicap que la Coface et BpiFrance ont à supporter.

La France de l'agro-alimentaire, celle de l'industrie manufacturière, etc est en souffrance quasi-chronique.

Ainsi, il est important de noter que malgré l'embellie conjoncturelle que connait l'Europe – et la France dans une moindre mesure : voir les taux de croissance comparés -, notre propension à importer ne cesse de s'accroître. En clair, pour fabriquer en France, on importe de plus en plus d'intrants ou de composants incontournables.

Concrètement, cela signifie qu'en phase de reprise un effet de ciseaux apparait : alors que nous devrions proportionnellement vendre plus, c'est une demande accrue de produits importés qui vient accompagner notre consommation nationale.

Incise fiscale non négligeable : cela veut dire que la TVA sociale qui aurait concerné " aussi " les biens et services importés aurait été un instrument plus pertinent qu'une hausse de la CSG…

Sur 63 milliards de déficit, il faut acter un déficit de 31 milliards avec la Chine ce qui est un défi majeur que l'Etat a désormais bien compris. Parallèlement, il faut prendre acte d'un déficit de près de 15 milliards avec l'Allemagne qui sera fort ardu à juguler même de quelques milliards.

La France du temps des accords du GATT résistait encore : celle de l'ère dominante de l'OMC chère à Pascal Lamy (qui a manifestement omis la volatilité des facteurs de production dans ses raisonnements ) ne nous est pas favorable. Les chiffres en attestent hors toute polémique.

En conséquence, l'orientation de l'appareil de production vers des marchés solvables et la préservation de nos capacités productives ( voir le nombre croissant de fusions-acquisitions concernant des entités françaises ) forment un tandem offensif qu'il faut activer.

Pour ma part, je regrette l'actuelle structuration ministérielle de Bercy qui ne porte ni la réforme consistante de l'Etat ni les bienfaits d'un MITI à la japonaise.

Il est urgent de vectoriser nos forces et de consolider le nouveau Quai d'Orsay porteur de diplomatie économique à l'instar de nombreux autres exemples de pays développés.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
02.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
“Le pacifisme, ça suffit” : pourquoi la stratégie de répression judiciaire et policière risque de produire une génération de militants politiques aguerris
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/01/2018 - 18:44
Diplomatie économique, oui!
Ça va avec l’offre de patriotisme économique du Front National. On se demande comment cela n’a pas encore été réalisé en quarante ans!!!!! Ils attendent quoi, ces brêles?...
Ganesha
- 12/01/2018 - 10:11
Très impressionné
Très impressionné par l'énergie investie par l'intervenant qui a publié six commentaires, pour nous dire : ''le capitalisme libéral est une putain de saloperie, mais il présente tout de même des aspects positifs !''. Un exemple ? Le revenu des retraités aisés d'Atlantico a pas mal baissé ces dernières années, mais pour l'instant, cela reste encore ''supportable'' !
ajm
- 12/01/2018 - 00:01
L'Euro.
Même sans l'Euro l'Allemagne aurait des excédents commerciaux comme elle en avait avant 2000.