En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

03.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

04.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

07.

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

06.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte planétaire
Coronavirus chinois : l’OMS indique qu’il est "trop tôt" pour déclarer une urgence internationale et qu’il n’y a aucune preuve de transmission entre humains en dehors de la Chine
il y a 9 heures 52 min
pépite vidéo > International
Mémoire
75 ans de la libération d'Auschwitz : de nombreux dirigeants de la planète se mobilisent contre l'antisémitisme
il y a 11 heures 13 min
pépites > Santé
Mesures pour lutter contre le virus
Coronavirus : la Chine confine 20 millions d’habitants autour de Wuhan, les festivités du Nouvel an chinois annulées à Pékin
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Ritals", adaptation théâtrale de Bruno Putzulu : il était une fois les immigrés italiens de Nogent-sur-Marne

il y a 13 heures 28 min
Electrocutions et incendies
L'UFC-Que Choisir alerte sur les dangers des chargeurs de smartphones
il y a 13 heures 55 min
pépites > Santé
Origines du virus
Wuhan : des serpents pourraient être la source de l'épidémie du coronavirus chinois
il y a 15 heures 27 min
pépites > Politique
Loi bioéthique
Le Sénat vote la PMA pour toutes, mais pas le remboursement pour toutes
il y a 19 heures 23 min
décryptage > France
ONDRP

Fermeture de l’Observatoire national de la délinquance : et hop, un thermomètre de moins !

il y a 20 heures 47 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’affaire Yasser Arafat : polémique et émergence d’accusations "d’empoisonnement par les Juifs"

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Société
Tribunal du net

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

il y a 21 heures 57 min
light > Science
Images rares
Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes
il y a 10 heures 29 min
pépites > Politique
Nouveau calendrier
Réforme des retraites : Edouard Philippe révèle que la conférence de financement sera lancée le 30 janvier
il y a 11 heures 38 min
pépites > Justice
Soupçons de financement libyen
La justice britannique va remettre Alexandre Djouhri à la France
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Messiah" de Michael Petroni : quand le doute s’insinue et ne vous lâche pas

il y a 13 heures 40 min
light > High-tech
"C'est toi dans cette vidéo ?"
Facebook : la gendarmerie de l'Indre alerte sur une arnaque avec une vidéo qui aurait déjà fait un grand nombre de victimes
il y a 14 heures 41 min
pépite vidéo > Mode
Une page se tourne
Les images de l'ultime défilé de Jean-Paul Gaultier
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Histoire
Mémoire

75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz : l’histoire de la Shoah prise au piège des réinterprétations politiques d’aujourd’hui

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Santé
Menace de pandémie

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Terrorisme
Voilà comment on fabrique les crétins

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Politique
Loi Avia

Pourquoi le projet de loi de lutte contre la cyber haine représente une menace aussi grave que la réalité qu’il entend combattre

il y a 22 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Divorce

Steve Bannon : ce que Trump gagne et perd à ne plus pouvoir compter sur "son bon, sa brute et son truand" concentré en un seul homme

Publié le 07 janvier 2018
L’ancien directeur de campagne du président américain, renié par ce dernier, règne ses comptes. Donald Trump estime que son ancien conseiller a "perdu la raison".
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ancien directeur de campagne du président américain, renié par ce dernier, règne ses comptes. Donald Trump estime que son ancien conseiller a "perdu la raison".
  1. ​Atlantico : Alors que durant la campagne électorale, Donald Trump lançait régulièrement "Where's my Steve" (Où est mon Steve), à propos de Steve Bannon, comme le révélait Joshua Green dans son livre "Devil's Bargain", et soulignait ainsi l'importance du conseiller dans le dispositif, c'est un autre ouvrage, "Fire and Fury" de Michael Wolff, à paraître ce 9 janvier qui a mis le feu aux poudres entre les deux hommes. En observant le conseiller selon plusieurs aspects (le bon, la brute et le truand), quels ont été les apports les plus négatifs de Steve Bannon ? Commencons par "La Brute"... 

Edouard Husson : En fait, si Trump avait gardé Bannon à la Maison Blanche, la situation n’aurait fait qu’empirer. Bannon a effectivement été essentiel dans la campagne électorale. Il a empêché Trump de passer quelque compromis que ce soit avec l’establishment du parti républicain. C’est, en beaucoup plus caricatural, le rôle que Patrick Buisson a joué auprès de Nicolas Sarkozy lors de ses deux campagnes électorales. Buisson veillait, en campagne, à ce qu’une ligne droitière soit maintenue, contre tous les « giscardiens » de l’UMP. De même, Bannon a veillé à ce que Trump évite à tout prix de faire du « Bush » (senior ou junior), c’est-à-dire se mette à ressembler à Hillary Clinton en chaussant les souliers de « Global America ». Le problème auquel a été très vite confronté Bannon, c’est son incapacité à lutter seul contre le complexe militaro-numérique (j’appelle ainsi le complexe militaro-industriel d’Eisenhower revisité par la révolution digitale et la connivence croissante des GAFA avec l’appareil de sécurité intérieure et extérieure). Trump l’a fait venir au Conseil de Sécurité National mais cela n’a tenu que quelques mois.  Vu que 80% du complexe militaro-numérique avait souhaité la victoire d’Hillary Clinton, Trump ne pouvait pas faire autre chose qu’un compromis avec une ligne « bushienne ». Bannon ne l’a pas supporté. Ont suivi quelques mois où Bannon aurait pu trouver sa place – mais rien que sa place – en étant celui qui rappelait régulièrement à un Donald Trump évoluant du populisme vers le conservatisme, qu’il ne devait pas oublier le peuple qui l’avait porter au pouvoir. Ne pas oublier l’inspiration du discours d’inauguration. Mais Bannon n’imaginait pas autre chose qu’occuper tout l’espace ; cela n’a pas tenu. Une fois parti de la Maison-Blanche, il aurait pu aider Trump en pesant dans la transformation du parti républicain ; mais là aussi il aurait fallu faire des compromis. Bannon n’est pas l’homme des compromis. C’est une force en campagne électorale et une faiblesse dans l’exercice du pouvoir.

Inversement, qu'est ce Steve Bannon a pu apporter à Donald Trump, mais peut être également au débat politique américain ? Voyons "Le Bon".

Il a largement contribué à faire élire Trump grâce à une campagne ouvertement populiste de droite. Il a fait aboutir à droite ce que Sanders n’a pas réussi à gauche. Bernie Sanders avait affaire à une véritable machine de guerre, les réseaux Clinton ; certes Hillary a dû avoir recours à la fraude pour l’emporter tant Bernie Sanders portait l’aspiration au renouveau de l’électorat démocrate ; mais Trump, lui, n’avait pas affaire, à la différence de Sanders, à un candidat puissant en face de lui. Il a pu battre les uns après les autres les candidats républicains rivaux. Il n’y aurait sans doute pas réussi sans la ligne « Bannon » consistant à ramener le parti républicain vers les classes moyennes inférieures et les classes populaires. Ensuite, on peut considérer que Trump a eu de la chance d’avoir une aussi mauvaise candidate qu’Hillary Clinton comme adversaire. On raconte, et c’est vraisemblable, que Bill a averti sa femme au début du mois de septembre 2016 en lui montrant comme Trump ne perdait pas de temps dans les Etats qu’il ne pouvait pas gagner et labourait systématiquement les Etats où les perdants de la mondialisation étaient réceptifs à son discours.  La candidate démocrate n’a pas dévié d’un pouce l’itinéraire de sa « promenade  libérale ». Bannon plus les big data, voilà ce qui a fait gagner Trump.  

Dans un article datant de décembre 2017, Vanity Fair évoquait la possibilité d'une candidature de Steve Bannon à la Maison Blanche. Dans le même temps, les révélations faites par le conseiller à l'égard de l'entourage direct de Donald Trump sonnent comme une trahison. Faut il voir ici une forme de déloyauté de la part de Steve Bannon ? Qu'en est-il du "Truand" ?

Quelle comédie ! Avez-vous regardé le livre ?  C’est un tissu de platitudes, de cancans et de retraitement d’infos déjà anciennes. Wolff reproduit l’erreur de tous les adversaires de Trump durant la campagne – le sous-estimer totalement. Je conçois que l’on veuille combattre Trump au nom du noble idéal libéral et internationaliste. Mais il faudrait être beaucoup plus sérieux et professionnel, tout simplement. Il est littéralement tordant de voir tous les médias bien-pensants de la côte Est ou de Californie prendre très au sérieux le livre de Michael Wolff, à propos duquel il faudrait forger la notion de comic news. Dans ce tissu de poncifs et de ragots qui relève à la rigueur du cabaret, il y a un épisode tragicomique, c’est le retournement mimétique de Bannon, qui veut brûler Trump après l’avoir adoré. Nous avons là une séquence habituelle : les médias mettent au pinacle un conseiller dont ils affirment qu’il aurait à lui seul fait gagner un candidat ; ce conseiller finit par croire ce qu’on raconte de lui et il ne comprends pas, une fois son candidat installé au pouvoir, pourquoi on ne suit pas plus son avis. Ensuite, la rupture se passe plus pou moins rapidement. Dans le cas de Buisson, elle a eu lieu une fois le quinquennat de Sarkozy terminé. Dans le cas de Bannon, cela donne un suicide politique en public, commis dans l’espoir d’entraîner celui que l’on a tant admiré dans sa chute. Il est  probable en fait que la réconciliation définitive de Trump avec l’establishment du parti républicain va se faire sur le cadavre politique de Bannon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

03.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

04.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

07.

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

06.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 07/01/2018 - 21:06
Très bonne analyse!
Voilà une analyse qui a du sens du début à la fin et me permet de comprendre l'affaire Bannon en intégrant ce que j'en savais déjà. Je suis abonné à un grand journal et, chez eux,je n'ai pas trouvé d'éléments d'explication sur la rupture Bannon-Trump, que je regrette pour ma part. Le complexe-militaro-numérique, comme dit Husson, a gagné. Il finit par imposer ses vues à l'Amérique et au monde, quel que soit le président, à quelques nuances près. Le rapprochement pourtant souhaitable avec la Russie pour la paix mondiale a ainsi été torpillé.
eva
- 07/01/2018 - 12:42
amsallem
Article parfait , rien à ajouter , une bouffée d'air frais dans le trumpbashing géneralisé , merci !