En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

03.

Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

07.

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 2 min 3 sec
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 48 min 35 sec
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 1 heure 54 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 17 heures 57 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 18 heures 59 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 19 heures 49 min
pépites > Politique
Duo
Popularité : Macron en baisse, Philippe en hausse
il y a 22 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Soifs d’amitié

il y a 1 jour 35 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique
il y a 1 jour 52 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 27 min 42 sec
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 2 heures 6 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 18 heures 28 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 19 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Les premiers stades de la formation d'une planète observés en direct ; Le Pentagone rend public huit rapports de rencontres avec des « phénomènes aériens inexpliqués »
il y a 22 heures 33 min
pépites > International
Confrontation
Le ministre chinois des Affaires étrangères estime que son pays est "au bord d'une nouvelle Guerre froide" avec les États-Unis
il y a 23 heures 27 min
décryptage > International
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

il y a 1 jour 44 min
décryptage > High-tech
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Divorce

Steve Bannon : ce que Trump gagne et perd à ne plus pouvoir compter sur "son bon, sa brute et son truand" concentré en un seul homme

Publié le 07 janvier 2018
L’ancien directeur de campagne du président américain, renié par ce dernier, règne ses comptes. Donald Trump estime que son ancien conseiller a "perdu la raison".
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ancien directeur de campagne du président américain, renié par ce dernier, règne ses comptes. Donald Trump estime que son ancien conseiller a "perdu la raison".
  1. ​Atlantico : Alors que durant la campagne électorale, Donald Trump lançait régulièrement "Where's my Steve" (Où est mon Steve), à propos de Steve Bannon, comme le révélait Joshua Green dans son livre "Devil's Bargain", et soulignait ainsi l'importance du conseiller dans le dispositif, c'est un autre ouvrage, "Fire and Fury" de Michael Wolff, à paraître ce 9 janvier qui a mis le feu aux poudres entre les deux hommes. En observant le conseiller selon plusieurs aspects (le bon, la brute et le truand), quels ont été les apports les plus négatifs de Steve Bannon ? Commencons par "La Brute"... 

Edouard Husson : En fait, si Trump avait gardé Bannon à la Maison Blanche, la situation n’aurait fait qu’empirer. Bannon a effectivement été essentiel dans la campagne électorale. Il a empêché Trump de passer quelque compromis que ce soit avec l’establishment du parti républicain. C’est, en beaucoup plus caricatural, le rôle que Patrick Buisson a joué auprès de Nicolas Sarkozy lors de ses deux campagnes électorales. Buisson veillait, en campagne, à ce qu’une ligne droitière soit maintenue, contre tous les « giscardiens » de l’UMP. De même, Bannon a veillé à ce que Trump évite à tout prix de faire du « Bush » (senior ou junior), c’est-à-dire se mette à ressembler à Hillary Clinton en chaussant les souliers de « Global America ». Le problème auquel a été très vite confronté Bannon, c’est son incapacité à lutter seul contre le complexe militaro-numérique (j’appelle ainsi le complexe militaro-industriel d’Eisenhower revisité par la révolution digitale et la connivence croissante des GAFA avec l’appareil de sécurité intérieure et extérieure). Trump l’a fait venir au Conseil de Sécurité National mais cela n’a tenu que quelques mois.  Vu que 80% du complexe militaro-numérique avait souhaité la victoire d’Hillary Clinton, Trump ne pouvait pas faire autre chose qu’un compromis avec une ligne « bushienne ». Bannon ne l’a pas supporté. Ont suivi quelques mois où Bannon aurait pu trouver sa place – mais rien que sa place – en étant celui qui rappelait régulièrement à un Donald Trump évoluant du populisme vers le conservatisme, qu’il ne devait pas oublier le peuple qui l’avait porter au pouvoir. Ne pas oublier l’inspiration du discours d’inauguration. Mais Bannon n’imaginait pas autre chose qu’occuper tout l’espace ; cela n’a pas tenu. Une fois parti de la Maison-Blanche, il aurait pu aider Trump en pesant dans la transformation du parti républicain ; mais là aussi il aurait fallu faire des compromis. Bannon n’est pas l’homme des compromis. C’est une force en campagne électorale et une faiblesse dans l’exercice du pouvoir.

Inversement, qu'est ce Steve Bannon a pu apporter à Donald Trump, mais peut être également au débat politique américain ? Voyons "Le Bon".

Il a largement contribué à faire élire Trump grâce à une campagne ouvertement populiste de droite. Il a fait aboutir à droite ce que Sanders n’a pas réussi à gauche. Bernie Sanders avait affaire à une véritable machine de guerre, les réseaux Clinton ; certes Hillary a dû avoir recours à la fraude pour l’emporter tant Bernie Sanders portait l’aspiration au renouveau de l’électorat démocrate ; mais Trump, lui, n’avait pas affaire, à la différence de Sanders, à un candidat puissant en face de lui. Il a pu battre les uns après les autres les candidats républicains rivaux. Il n’y aurait sans doute pas réussi sans la ligne « Bannon » consistant à ramener le parti républicain vers les classes moyennes inférieures et les classes populaires. Ensuite, on peut considérer que Trump a eu de la chance d’avoir une aussi mauvaise candidate qu’Hillary Clinton comme adversaire. On raconte, et c’est vraisemblable, que Bill a averti sa femme au début du mois de septembre 2016 en lui montrant comme Trump ne perdait pas de temps dans les Etats qu’il ne pouvait pas gagner et labourait systématiquement les Etats où les perdants de la mondialisation étaient réceptifs à son discours.  La candidate démocrate n’a pas dévié d’un pouce l’itinéraire de sa « promenade  libérale ». Bannon plus les big data, voilà ce qui a fait gagner Trump.  

Dans un article datant de décembre 2017, Vanity Fair évoquait la possibilité d'une candidature de Steve Bannon à la Maison Blanche. Dans le même temps, les révélations faites par le conseiller à l'égard de l'entourage direct de Donald Trump sonnent comme une trahison. Faut il voir ici une forme de déloyauté de la part de Steve Bannon ? Qu'en est-il du "Truand" ?

Quelle comédie ! Avez-vous regardé le livre ?  C’est un tissu de platitudes, de cancans et de retraitement d’infos déjà anciennes. Wolff reproduit l’erreur de tous les adversaires de Trump durant la campagne – le sous-estimer totalement. Je conçois que l’on veuille combattre Trump au nom du noble idéal libéral et internationaliste. Mais il faudrait être beaucoup plus sérieux et professionnel, tout simplement. Il est littéralement tordant de voir tous les médias bien-pensants de la côte Est ou de Californie prendre très au sérieux le livre de Michael Wolff, à propos duquel il faudrait forger la notion de comic news. Dans ce tissu de poncifs et de ragots qui relève à la rigueur du cabaret, il y a un épisode tragicomique, c’est le retournement mimétique de Bannon, qui veut brûler Trump après l’avoir adoré. Nous avons là une séquence habituelle : les médias mettent au pinacle un conseiller dont ils affirment qu’il aurait à lui seul fait gagner un candidat ; ce conseiller finit par croire ce qu’on raconte de lui et il ne comprends pas, une fois son candidat installé au pouvoir, pourquoi on ne suit pas plus son avis. Ensuite, la rupture se passe plus pou moins rapidement. Dans le cas de Buisson, elle a eu lieu une fois le quinquennat de Sarkozy terminé. Dans le cas de Bannon, cela donne un suicide politique en public, commis dans l’espoir d’entraîner celui que l’on a tant admiré dans sa chute. Il est  probable en fait que la réconciliation définitive de Trump avec l’establishment du parti républicain va se faire sur le cadavre politique de Bannon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 07/01/2018 - 21:06
Très bonne analyse!
Voilà une analyse qui a du sens du début à la fin et me permet de comprendre l'affaire Bannon en intégrant ce que j'en savais déjà. Je suis abonné à un grand journal et, chez eux,je n'ai pas trouvé d'éléments d'explication sur la rupture Bannon-Trump, que je regrette pour ma part. Le complexe-militaro-numérique, comme dit Husson, a gagné. Il finit par imposer ses vues à l'Amérique et au monde, quel que soit le président, à quelques nuances près. Le rapprochement pourtant souhaitable avec la Russie pour la paix mondiale a ainsi été torpillé.
eva
- 07/01/2018 - 12:42
amsallem
Article parfait , rien à ajouter , une bouffée d'air frais dans le trumpbashing géneralisé , merci !