En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
3 ans après
Pourquoi le "je suis Charlie" recrée le clivage droite gauche plus que tout autre enjeu politique actuel
Publié le 07 janvier 2018
Trois ans après l'attentat contre Charlie Hebdo, une majorité de Français se disent toujours "Charlie", mais leur nombre baisse, en particulier à droite.
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trois ans après l'attentat contre Charlie Hebdo, une majorité de Français se disent toujours "Charlie", mais leur nombre baisse, en particulier à droite.

Atlantico : Trois ans après l'attentat de Charlie Hebdo, selon un sondage IFOP, 61% des Français "sont" Charlie, soit une baisse de 10 points depuis le mois de janvier 2016. Un écart qui provient essentiellement par une baisse d'adhésion à droite (-9 points chez les LR et - 13 points chez les sympathisants FN). Comment expliquer la formation d'un clivage droite - gauche sur cette question ?

Chloé Morin : L’émotion des attentats avait semblé imposer la nécessité de faire corps autour d’un certain nombre de principes, de se réunir pour faire bloc contre un ennemi commun. Ainsi, une large majorité de français interrogés en 2015 se disaient « Charlie » (et les débats lancés alors par quelques uns, notamment Emmanuel Todd, avaient été mal reçus). Mais il me semble important de souligner que dès le départ, ce que l’on appelait « l’esprit Charlie » pouvait avoir des significations multiples selon les personnes interrogées. Charlie a fonctionné comme un point d’ancrage, un repère commun à un moment où les Français avaient besoin de se retrouver pour surmonter le traumatisme collectif. Mais tout le monde n’y voyait pas pour autant la même chose.

Avec le temps qui passe, il semble y avoir une mise à distance de ce traumatisme, et donc un retour de ce sujet dans le champ du débat politique « normal ». Les fractures qui existaient avant les attentats reviennent à leur étiage normal. Rappelons que l’idée que les caricatures seraient des « provocations inutiles » à l’égard des musulmans était déjà agitée suite à la publication de caricatures de Mahomet au Danemark en 2005.

Qu’il y ait un clivage droite-gauche sur les questions religieuses est assez logique. Nous avons vu que c’est à droite que la contestation de certaines lois, au nom des valeurs chrétiennes, s’est exprimée de manière plus ou moins radicale ces dernières années. La culture historique de la gauche - qui s’est en grande partie construite sur le combat laïc, et l’émancipation par rapport à l’ordre moral religieux - la rend sans doute plus attachée à certains principes constitutifs de la République désormais associés à « l’esprit Charlie ».

Cela explique sans doute en partie que 73% des gens de gauche se disent Charlie aujourd’hui, contre 52% à droite (dont 57% des sympathisants LR). Les sympathisants LREM, à ce titre, semblent plus proches de la gauche que de la droite (66% se disent Charlie).

Néanmoins, il est important de souligner que le débat dépasse largement le clivage gauche/droite. Il existe dans les deux camps - et au delà, car il faut toujours garder à l’esprit qu’une large minorité de français ne se sent ni « de droite », ni « de gauche » sans pour autant être apolitique - une adhésion à un logiciel républicain universaliste, résolument anticommunautariste, et une tendance à l’affirmation identitaire et à l’exacerbation du différentialisme, qui aboutit souvent à une logique victimaire. Dès lors qu’on considère que l’Etat et la société doivent reconnaître les spécificités de telle ou telle communauté - religieuse, sexuelle, régionale, ethnique…-, la caricature est rejetée comme une négation intolérable et un rejet de ce que l’on est. Derrière les « anti » ou « non-Charlie », il y a des gens « de gauche » qui considèrent que la caricature est une misère de plus infligée à des populations souvent modestes et ayant souffert la colonisation européenne (parmi les « non Charlie » de gauche, 34% disent qu’à travers ses caricatures Charlie va trop loin, et 23% considèrent que la liberté de caricaturer les religions doit s’arrêter au blasphème), mais aussi des gens « de droite » qui par là défendent un retour du religieux dans la définition des normes sociales communes (47% des gens « de droite » qui se disent « pas Charlie » estiment ainsi que Charlie hebdo va trop loin, et 24% que la liberté de caricaturer doit s’arrêter aux religions).

Comment ce clivage droite gauche se forme-t-il au niveau des catégories socio-professionnelles ? Faut il y voir un marquage de "classe" plutôt qu'un simple marqueur politique ? Quels en sont les ressorts ?

Le clivage qui est visible dans les données de l’Ifop procède d’abord d'une question culturelle et sociale. S’il ne faut pas écarter le libre arbitre de chacun, la manière dont vous vous appropriez les principes de la République dépend d’abord de votre environnement familial et social. Vous n’évoluez jamais seul dans la société, vous interagissez avec votre famille, vos voisins, vos collègues de travail. En ce sens, il s’agit d’abord d’un marqueur politique, comme le vote.

Ce qui est frappant, avec ce débat autour de Charlie, c’est qu’il fonctionne comme une sorte de miroir des fractures multiples de notre société. Il met en exergue les lignes de faille du logiciel Républicain, dont certaines ont pris davantage d’importance ces dernières années.
Il recoupe aussi notamment - au delà des traditions évoquées ci-dessus - le clivage peuple/élite. D’ailleurs, on note que ce sont souvent les mêmes personnes qui ne sont "pas Charlie" et qui expriment la plus grande défiance à l’égard des politiques et des institutions, qu’elles soient françaises ou européennes.

Aucune figure politique responsable dans notre République peut "ne pas être Charlie". Aucune autorité ne peut admettre que les principes sur lesquels elle repose soient bafoués et attaqués avec une telle violence. De ce point de vue, ne pas être Charlie c’est aussi une façon de se positionner contre cette élite, de manifester son opposition à la société. Rejetter l’autorité, ce qui passe par le rejet des valeurs communes en prétextant souvent que ces valeurs ne sont que des slogans sans traduction dans la réalité, voire des instruments de l’oppression.

Ce qui est inquiétant dans cette affaire, ce n’est pas tant l’existence de « Charlie » et de « non-Charlie ». Le clivage, la controverse, le débat, ont toujours été notre manière de « faire société ». Mais lorsqu’on exclut certains sujets de la sphère du débat légitime, lorsqu’on jette des anathèmes, que reste-t-il pour empêcher le séparatisme? Or sur nombre de sujets, il peut y avoir le sentiment qu’il ne faut plus rire, plus polémiquer, plus contester, au nom d’une certaine idée du respect des identités, des droits des minorités, ou de la Raison… il est frappant de constater que dans le sondage Ifop, 43% des français estiment que la liberté d’expression a diminué dans les « médias traditionnels », c’est à dire dans la sphère du débat « autorisé » (à la différence de la sphère familiale et des réseaux sociaux, pour lesquelles les Français ne font pas ce même constat). Il est possible de se demander si finalement, au prétexte de ménager toutes les identités et sensibilités, nous n’organisons pas la coexistence au lieu de renforcer la cohésion. La société victimaire fonctionne sur une forme d’interdit de « prévention ». C’est sans doute la conséquence de la domination intellectuelle de ce que l’italien Raffaele Simone a appelé « le monstre doux ». Est-ce durable?

Que peut révéler cette nouvelle divergence du climat actuel et du bouleversement de l’échiquier politique de cette dernière année ?

L’un des marqueurs politiques du macronisme, c’est de chercher à dépassionner les débats, à contourner la conflictualité politique. Il est ainsi parvenu à désamorcer un certain nombre de débats sur lesquels la conflictualité - notamment entre gauche et droite - était auparavant très forte. La question que repose Charlie en ce début d’année est celle de l’efficacité de la recette du « pragmatisme » macronien dans le passage de l’économique au sociétal.

En réalité, il y a deux écueils devant cette méthode. D’une part, si l’on s’attache aux seules questions de la caricature des « communautés religieuses », nous touchons à « l’intimité », à la conception même de la vie que nous portons en chacun de nous. En ce sens, l’idée d’un aggiornamento pragmatique apparaît compliqué. On le voit dans ce qui pour l’instant peut apparaître comme des hésitations à porter le débat sur la fin de vie, pourtant remis en avant par certains élus de la majorité LREM.

D’autre part, si l’on élargit la focale au delà de la seule question religieuse, c’est la vision de notre République qui est en jeu. Elle ne peut faire l’objet d’une discussion. Soit l’on est universaliste, soit l’on est différentialiste. Cela impose un choix très net, exclusif de l’autre. Ici, il s’agit moins d’une question de méthode, que de formuler une vision de la société, et le message que la France adresse au monde.

De ce point de vue, le bouleversement de l’échiquier politique ne joue aucun rôle. Il met en revanche au défi la méthode que les Français ont plébiscité en balayant les vieux partis, les vieilles oppositions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
La résignation des chômeurs face à la loi d’airain de l’offre et de la demande
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 07/01/2018 - 20:23
l'ambiguité du mouvement!
l'ambiguité du mouvement! Quand on y repense, il y avait de quoi vomir à voir Joffrin -Mouchard jouer les indignés, allant même jusqu'à offrir les locaux de ses latrines (Libération) pour accueillir les rescapés! Le même Joffrin Mouchard qui est une copie presque conforme d'Adie Plenel et de Boniface! Ces gens la qui se retenaient de dire que les victimes n'étaient jamais que les victimes indirectes de la fachosphère qui avait excité les musulmans! Des lors, est-il étonnant que le "je suis pas Charlie" se développe à droite, c'est à dire chez ceux qui sont à priori les plus éloignés des grotesques simagrées de Plennel et qui refusent d'être cocus. Et dans la gauche , combien sont ceux qui, au fond se réjouissent de la mort des "Charlie" en se disant que cela servira d'exemple aux autres! Alors dire, Je suis Charlie quand on est islamo-collabo , ça ne coûte pas cher!
kelenborn
- 07/01/2018 - 20:14
Misère nouére
Cette nonne femme m'inispose au plus haut point tant elle cause alors qu'elle n'a rien à dire. C'est j'Accuse qui pose la bonne question en soulevant l'ambigu
Stargate53
- 07/01/2018 - 15:50
Charlie !
Cela correspondait à l'émotion du moment où des caricaturistes ont été assassinés pour de dessins ! Absurdes surtout que l'audience de ce journal n'est pas si étendue ! Alors, aujourd'hui que la gauche essaie de se raccrocher à un symbole cela fait partie de son ADN vide d'idées qui a fait sa chute ! La question reste l'islamisme radical qui doit être combattu, tout le reste n'est que communication politique comme d'habitude !