En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Prohiber le mensonge
Pourquoi les fake news sont parfois utiles
Publié le 05 janvier 2018
Lors de ses vœux à la presse, Emmanuel Macron a réaffirmé son engagement de lutter contre le phénomène de fake news et, sans les nommer, la nouvelle chaîne de télévision RT (Russia Today) et Sputnik.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de ses vœux à la presse, Emmanuel Macron a réaffirmé son engagement de lutter contre le phénomène de fake news et, sans les nommer, la nouvelle chaîne de télévision RT (Russia Today) et Sputnik.

Emmanuel Macron est donc parti en guerre contre les fake news. A ce stade, il est encore trop tôt pour savoir ce qui ressortira du débat parlementaire, sans compter un éventuel recours devant le Conseil constitutionnel. Il reste que l’annonce présidentielle est d’autant plus surprenante que rien, dans son programme présidentiel, ne mentionnait un tel projet. De plus, justifier cette loi par le fait d’avoir été soi-même victime de fausses nouvelles (victime toute relative puisqu’il a finalement été élu) donne le sentiment d’agir par esprit de revanche, ce qui n’est jamais très flatteur. Accessoirement, on rappellera aussi qu’il existe déjà une réglementation avec la loi sur la presse de 1881, réglementation qui n’a visiblement pas été d’une grande efficacité si l’on en juge par la colère présidentielle. Une nouvelle loi ferait-elle mieux ? On peut en douter, même si le problème de l’ingérence des pays étrangers dans les processus électoraux doit être pris au sérieux. Mais comment l’empêcher à l’ère de l’information mondialisée ?

Si l’annonce présidentielle a été très fraichement accueillie, y compris par les journaux comme Libération ou Le Monde qui se vantent d’avoir une haute conception de la vérité, un large consensus existe pour dénoncer les fake news et appeler à lutte contre ce qui est présenté comme une menace pour la démocratie.

Ce consensus témoigne pourtant d’une vision qui n’est pas satisfaisante. Evidemment, chacun préfère avoir des informations vraies que des informations fausses, mais le problème s’avère plus complexe. On rappellera d’abord que toutes les informations ne peuvent pas être prouvées, ou du moins pas dans l’immédiat (faut-il rappeler la maladie de George Pompidou ou de François Mitterrand, ou le compte suisse de Jérôme Cahuzac ?). De plus, croire qu’il est possible d’expurger le débat politique de toute fausse information relève d’une conception idéalisée de la politique : c’est partir du principe que la politique oppose le vrai et l’erreur. Or, la compétition politique est par définition un domaine où le vrai et le faux sont constamment mêlés, même si c’est à des degrés variables. Chaque camp recourt à des exagérations, des déformations, voire des mensonges, pour critiquer les arguments de l’autre camp et donner plus de visibilité à son message. Les opposants à l’avortement ou aux vaccins, pour prendre deux exemples d’actualité, ont recours à la mauvaise foi et aux fausses informations pour soutenir leur cause, mais on pourrait en dire autant de tous ceux qui sont engagés en politique. Par définition, chacun affirme être dans le vrai et considère que ses adversaires sont dans l’erreur. Personne n’est dupe de ce petit jeu, et c’est pourquoi la volonté de prohiber le mensonge ne peut qu’être perçue comme un abus de pouvoir pour réduire au silence les opposants, ce qui ne peut qu’aggraver la défiance et le complotisme qui imprègnent désormais une partie de l’opinion publique, surtout dans un contexte où les pressions morales et identitaires ne cessent de se multiplier pour euthanasier le débat politique.

Par ailleurs, toute tentative de purifier la politique néglige l’utilité des fake news, ce qu’elles sont susceptibles d’apporter aux électeurs et aux débats. Prenons un exemple : pendant la dernière élection présidentielle, Emmanuel Macron a subi plusieurs rumeurs sur ses liens supposés avec l’islamisme (il a été accusé d’être financé par l’Arabie Saoudite ou d’être un proche de l’UOIF). Ces rumeurs sont évidemment malveillantes, mais elles ont pris naissance sur les silences et les lacunes du candidat, qui est resté soigneusement dans le flou sur des enjeux importants comme la laïcité et l’islam. Les fake news servent ainsi de révélateurs ; elles ont pour vertu de soulever des problèmes, de forcer les acteurs politiques à clarifier leur discours ou leur programme, à prendre position lorsqu’ils refusent de le faire.

Bien sûr, il existe des rumeurs détestables, et certaines sont difficiles à réfuter. Mais en voulant éviter ces imperfections du débat politique, on risque de créer une situation pire que le mal : qui va contrôler ? Sur quels critères ? Avec quelles sanctions ? Et puis, serait-ce une bonne chose pour le débat politique lui-même ? Les partis qui font commerce des fausses informations finissent par le payer. N’est-ce pas justement ce qui est arrivé au Front national ? La grande faiblesse de ce parti est en effet son défaut de crédibilité, défaut qu’il a longtemps entretenu par ses attaques excessives, fruits d’une culture extrémiste dont il peine à se départir. Souvenons-nous du débat de l’entre-deux tours : juste avant la fin, Marine Le Pen a tenté une dernière attaque en lançant une fake news au sujet du compte offshore qui serait détenu par Emmanuel Macron aux Bahamas. L’attaque était basse, et en agissant ainsi, Marine Le Pen a sans doute achevé de convaincre les électeurs qu’elle n’avait pas atteint le statut de candidate à part entière.

Les fake news fournissent ainsi un éclairage : ils contribuent à identifier les partis, à les situer sur une échelle démocratique où l’usage de l’argumentation fondée en raison constitue le curseur. C’est pourquoi le même raisonnement peut être appliqué à la poussée du Front national : ce qui a favorisé sa progression, n’est-ce pas le sentiment que les partis de gouvernement ont produit un discours devenu incohérent par rapport à la réalité ? Un festival de fake news, en somme. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Zèbre Zélé
- 06/01/2018 - 19:10
Que viennent faire les opposants aux vaccins dans cet article ?
D'habitude j'apprécie beaucoup les analyses très fines de Vincent Tournier, mais là il y a un point sur lequel on ne peut pas le suivre, quand il dit "Les opposants à l’avortement ou aux vaccins, pour prendre deux exemples d’actualité, ont recours à la mauvaise foi et aux fausses informations pour soutenir leur cause". Pour l'avortement c'est déja très discutable, mais pour les vaccins c'est totalement faux. M. Tournier, si vous voulez un dossier complet sur le sujet, je suis à votre disposition.
Djib
- 05/01/2018 - 17:03
Péché par action et péché par omission.
Condamner les fake news, pourquoi pas? Comme le dit l'article tout le monde ou presque préfère avoir des infos sur des faits avérés, même si on voit la grosse ficelle. Donc OK pour punir le péchè par action, mais quid du péchè par omission, comme selui commis l'année dernière par les journaux bien pensant et bien respectables allemmands qui ont caché tant qu'ils ont pu le faire les viols en meutes de Cologne? Qui sanctionnera l'information absente, ou euphèmisée, pour ne pas dire la vérité lorsqu'elle dérange.
LouisArmandCremet
- 05/01/2018 - 13:50
Histoire...
L'histoire est pleine de cas d'histoire dite officielle, qui s'est révélée après n'être qu'un mensonge. Avec cette loi, la responsabilité des soviétiques à Katyn par exemple, aurtait été une fake news.
Ça laisse à réfléchir quand on sait que en 1991, on a finalement retrouvé dans les archives de la Loubienka le document signé de la main de Staline, ordonnant le massacre.