En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 10 heures 40 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 13 heures 21 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 16 heures 48 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 19 heures 57 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 21 heures 2 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 13 heures 2 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 14 heures 7 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 16 heures 39 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 17 heures 1 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 18 heures 12 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 21 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
"Surtout ne pas toucher"

Facebook renonce à signaler les fake news car... les gens cliquaient encore plus ! Mais de quel mal sommes-nous tous atteints ?

Publié le 02 janvier 2018
Facebook a annoncé la suspension de sa politique de lutte contre les fake news, jugée contre-productive. En creux, le géant californien avoue bel et bien son incapacité à faire réparer les liens entre société et médias.
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Facebook a annoncé la suspension de sa politique de lutte contre les fake news, jugée contre-productive. En creux, le géant californien avoue bel et bien son incapacité à faire réparer les liens entre société et médias.

Atlantico : Facebook vient d'annoncer que les articles considérés comme fake news ne seraient plus "signalés" par le réseau social, la technique s'étant avérée contre-productive,  car les articles signalés par Facebook étaient plus lus. Ne s'agit-il pas d'un signal fort de la transformation du rapport des gens aux grands médias et dont la manière dont se forme l'opinion ? Avec les nouvelles technologies qui atomiseraient la société et la faillite des médias traditionnels avons-nous perdu irrémédiablement le contact avec la réalité ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Le fait que Facebook annonce que les fake news ne seront plus signalées parce qu’au lieu de dissuader leur lecture, le système l’encourage indique une forte méfiance vis-à-vis des grands médias. Cette défiance existait déjà à l’état latent avant l’avènement des réseaux sociaux. À cet égard, l’étude de Richard Hoggart dans La Culture du Pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre publié en Angleterre en 1957 et en 1970 en France s’avère éclairante. Cet ouvrage montre en effet que le trait principal de la culture populaire est un clivage entre le « eux » et le « nous ». Le « nous » est le monde du connu, du proche, de la famille et du quartier. Il se définit à la fois par l’incertitude du lendemain et la crainte de tout ce qui lui est extérieur. Le proche, le connu, l’immédiat, le concret, l’intérieur, c’est-à-dire le foyer, la famille, le quartier, l’entraide, la franchise, la bonne humeur, seront alors très fortement investis. Et, tout ce qui provient du « eux », à savoir un monde menaçant, de pouvoir, de décision, synonyme de lointain, d’incertain, peuplé de patrons, de dirigeants, de politiques, d’intellectuels, de bureaucrates, de médecins, de savants, d’agents de police et de travailleurs sociaux, fera l’objet d’un rapport de défiance, d’évitement, ou de protection symbolique. Perçue comme une intrusion du « eux », plus ou moins forte selon les cas, allant du  bavardage à la propagande, l’information est mise à distance par l’indifférence, la nonchalance, une forme d’ « attention oblique », ou par le « débinage » 

Avec les réseaux sociaux, cette défiance du « nous » par rapport au « eux » va trouver un terrain d’expression proprement médiatique, c’est-à-dire que les réseaux vont devenir le média du « nous » par opposition aux grands médias traditionnels relevant du « eux ». Ainsi, chaque compte d’utilisateur appartenant au cercle des « amis » est considéré comme un élément du « nous », et le petit drapeau par lequel Facebook indique une fake news va être interprété comme un indice de ce que le « eux » veut « censurer ». Les utilisateurs s’empressent alors d’aller prendre connaissance de la fake news qu’ils voient comme quelque chose que le système, le pouvoir, les puissants veulent leur interdire.

Cela signifie-t-il que nous perdons tout contact avec la réalité ? Non, pas tout à fait. Disons que, sur les réseaux, nous avons tendance à nous tenir éloignés d’une certaine réalité : celle qui ne fait pas partie du « nous ». Autrement dit, on se renferme sur le connu, le proche, et l’on se défie de tout ce qui représente le système, y compris Facebook en tant qu’instance générale qui signale une fake news. La tendance au repli sur le connu est d’autant plus forte avec les algorithmes qui ne nous proposent que des contenus avec lesquels nous sommes en accord. Se créent ainsi de vastes chambres d’écho où l’on évite de se confronter à des positions différentes de la sienne, ou à des idées nouvelles. Plus que le contact avec la réalité, c’est le contact avec l’espace public au sens démocratique que l’on perd. Ou pour le dire autrement : on a tendance à s’éloigner de la réalité collective de la Nation pour faire corps avec celle de notre communauté.

S'agit-il aussi d'un camouflet pour la tendance journalistique récente au "fact-checking", dans un contexte où les convictions pré-existantes semblent dominer la question de la réalité ? 

Cela montre surtout que Facebook n’a rien à voir avec le journalisme. Car, le réseau n’embauche pas de journalistes, et, les utilisateurs « lambdas » ne sont pas des journalistes. Ils ne s’y comportent donc pas comme tels. À mon sens, au contraire, cela montre la nécessité du journalisme professionnel recoupant les données et vérifiant les faits. Il permet en effet de maintenir une réalité collective par des informations communes et fiables.  

L'erreur n'est-elle pas de considérer Facebook ou les autres réseaux sociaux comme une agora là où ces espaces numériques et nos modes de consommations des médias tiennent pour beaucoup de la sphère privée ?

Oui. L’espace public est le lieu où les idées sont débattues en vue de former l’intérêt général. Cela n’a rien à voir avec ce qui a cours sur Facebook ou les réseaux en général, comme nous venons de le voir. La confusion provient du fait que l’on pense que parce que ce qui se passe sur Facebook ou sur les réseaux a lieu dans un ailleurs physiquement loin de soi, on se situe dans un espace éloigné du cercle privé, c’est-à-dire un espace public. Mais cet espace-là, tel qu’il a cours sur les réseaux, n’a rien d’un lieu de débat où se forge l’intérêt général.  

C’est d’autant moins le cas que les notifications arrivent sur notre smartphone. C’est un outil technologique porteur d’une utopie : être une extension de nous-mêmes et de notre capacité d’action en nous permettant d’aller où l’on ne peut pas aller physiquement. Avec le smartphone, on a ainsi le sentiment de pouvoir aller très loin, de se projeter dans l’espace public, alors que bien souvent nous ne faisons que rester dans un entre-soi très privé, et que nous nouons avec cet objet un rapport relevé de l’intime. Pour beaucoup, il devient une sorte de double, que l’on porte dans une poche près du cœur, et qui finit par permettre de rester connectés avec sa communauté lorsque l’on s’en éloigne physiquement. Autrement dit, à l’usage, il est le contraire de l’utopie qu’il véhicule. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/01/2018 - 21:37
Pour Donald, les fake-News...
c’est la presse de l’establishment, toute arc-boutée depuis un an sur ses délires mono maniaques d’intervention russe dans les élections américaines, au point de ne plus parler de rien d’autre (comme les bons résultats de Donald, par exemple). Pour Macron-Rothschild, les fake-News sont les nouvelles non contrôlées par les CSA, AFP trotskyste et autre France télévision de la neo-fasciste Ernotte...exactement l'inverse!
Le gorille
- 03/01/2018 - 04:59
Fesse de bouc
Erreur Raymond75 ! Ce n'est pas face ! Réécoutez l'original ! Bon. Pour ma part, je m'en suis dessaisi. Nul ! Quant à y être obligé... soyons sérieux ! Si quelqu'un, un média par exemple, vous y oblige pour y placer un commentaire, eh bien, vous l'oubliez ! Car il n'est pas sérieux lui-même : il n'a pas réfléchi que tout le monde ne pense pas comme lui... et qu'il y a de la concurrence !
Le gorille
- 03/01/2018 - 04:50
Vérification des faits
Se cacher derrière un mot anglais ne me dit rien qui vaille, et pire : la vérification demande de la culture... si souvent absente, car trop chère à meubler ! Ou pire encore, interdite (la culture) ou abolie par les a priori enseignés dans l'ambiance actuelle... Quant aux "fausses nouvelles", bien malin celui qui, dans un réseau social, a les moyens de juger avec certitude. Bon, pourquoi ne pas simplement les enlever ou lieu de les pointer ? Donc de dire "c'est ce qu'il faut lire", bien connu en en pédagogie... J'en déduis qu'enlever, ce n'est pas possible. Alors... cessons d'en parler, et la bulle éclatera.