En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 3 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 5 heures 48 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 7 heures 40 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 9 heures 29 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 10 heures 2 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 10 heures 22 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 11 heures 16 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 5 heures 38 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 7 heures 35 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 10 heures 12 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 12 heures 4 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 4 heures
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Best of Atlantico 2017

Pourquoi les inégalités visibles et invisibles ont bien été la clé de la présidentielle 2017

Publié le 29 décembre 2017
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. Après le premier tour de l'élection présidentielle, Laurent Chalard est revenu sur une France "coupée en deux."
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. Après le premier tour de l'élection présidentielle, Laurent Chalard est revenu sur une France "coupée en deux."

Article initialement publié le 25 Avril 2017

Atlantico : La carte de vote de ce 1er tour par départements révèle une forte opposition territoriale des choix politiques. Quels sont les principaux enseignements à en tirer ?

Laurent Chalard : Il saute aux yeux à l’analyse de la carte de la répartition géographique des candidats arrivés en tête par département au 1° tour de l’élection présidentielle de 2017 qu’il existe deux France, séparées par une ligne imaginaire qui relierait Le Havre à Marseille, opposant d’un côté, une France de l’Est, qui accorde préférentiellement ses suffrages à Marine Le Pen du Front National, à, d’un autre côté, une France de l’Ouest, où Emmanuel Macron d’En Marche l’emporte.

Pour tout géographe, cette carte fait immédiatement penser à l'opposition historique, le long de cette même ligne, entre une France industrielle et urbaine à l'est et une France agricole et rurale à l’ouest. Or, comme nous l’avions montré dans un article de la revue Population & Avenir paru en 2011[1], nous assistons à un processus de retournement des dynamiques territoriales hexagonales, la croissance de l’emploi étant désormais plus forte à l’ouest qu’à l’est de cette ligne depuis les années 2000. En effet, les anciennes régions de tradition industrielle de l’est ont fortement souffert de la désindustrialisation, qui a touché prioritairement les industries traditionnelles (textile, métallurgie, automobile) alors que l'ouest, historiquement moins industrialisé, a moins été touché par ce processus tout en bénéficiant de l’installation d’industries de nouvelle génération (par exemple, l’aéronautique) et de la tertiarisation de l’emploi.

En conséquence, il s’ensuit qu’assez logiquement, dans la France déclinante, grande perdante de la mondialisation, la candidate de l’extrême-droite fasse ses meilleurs scores (à l’exception des métropoles), alors que dans la France qui se porte mieux, le candidat au discours le plus optimiste vis-à-vis de la mondialisation, en l’occurrence Emmanuel Macron, soit plébiscité.

Peut-on expliquer le fort vote "macroniste" dans l'Ouest par le biais d'une présence moins forte des inégalités, plus dans un sens historique qu'actuel ? En quoi la stratification sociale y est différente de l'est ? Quels sont les enjeux relatifs à l'immigration qui peuvent également avoir un impact ?

Effectivement, du fait d’un héritage industriel moins important et plus récent (il remonte aux Trente Glorieuses), la stratification sociale à l’ouest de la ligne Le Havre – Marseille est, en règle générale, moins forte qu’à l’est, avec des oppositions sensiblement moins marquées entre les « riches », peu nombreux à l’ouest du fait de la faiblesse des grandes entreprises capitalistes, et les « pauvres », eux aussi moins nombreux car l’emploi progresse et le chômage est plus faible. Ce contexte de moindres inégalités de revenus rend le modèle économique dominant plus attractif que dans les territoires de l’est où elles sont flagrantes, favorisant le vote pour le candidat perçu comme « optimiste ».

Cependant, un autre facteur peut aussi expliquer le moindre succès des idées d’extrême-droite à l’ouest de la ligne Le Havre-Marseille, qui est la faible présence de l’immigration extra-européenne dans cette partie de la France, faisant passer les questions identitaire et culturelle au second plan dans un contexte où le niveau de vie des classes populaires est meilleur qu’à l’est. En effet, il convient de garder en tête que le vote populiste est le produit d’une combinaison de facteurs (le degré de corruption locale joue aussi un rôle).

Quelle est la spécificité du vote "Emmanuel Macron" ? Sur la base de cette carte, quelles sont les indications à retenir sur son électorat ?

L’analyse de la carte du vote pour Emmanuel Macron au 1° tour de l’élection présidentielle de 2017 montre qu’il n’existe pas un « vote Macron », mais que, dans les faits, il agrège deux profils de vote, qui répondent à des logiques géographiques différentes.

D’un côté, ce qui est assez remarquable lorsque l’on compare la carte du vote Emmanuel Macron en 2017 avec celle du vote François Bayrou en 2007, c’est la forte corrélation entre les deux concernant les principales zones de force (piémont ouest-pyrénéen : « fief » de François Bayrou, Grand Ouest, Massif Central, ainsi qu’accessoirement en Côte d’Or et en Savoie), témoignant de l’existence d’une géographie spécifique du vote « centriste » en France, qui, sans surprise avec ce que nous avons dit précédemment, est dominant à l’ouest de la ligne Le Havre-Marseille. C’est un vote de classes moyennes qui se classent plutôt au centre-droit dans le grand ouest et au centre-gauche dans le Massif Central.

D’un autre côté, la seconde grande logique géographique correspond au survote pour Emmanuel Macron dans les grandes métropoles, suivant le modèle mis-en-avant par le géographe Christophe Guilluy, de territoires gagnants de la mondialisation, qui plébiscitent le candidat faisant l’apologie du modèle économique dominant actuellement. Dans ces territoires, le vote pour Emmanuel Macron est essentiellement le fait de personnes très diplômées, qui gagnent relativement bien leur vie, bénéficiant pleinement de la mondialisation.

A l’arrivée, c'est l'agrégation de ces deux votes, le « vote centriste » et le « vote des métropoles », qui a permis à Emmanuel Macron de se retrouver au second tour de l’élection présidentielle. En effet, si son socle électoral ne s’était appuyé qu’exclusivement sur le vote des gagnants des métropoles, ce dernier n'aurait pas été suffisant pour le qualifier, puisqu’il a dû le partager avec le candidat de la droite, François Fillon. Emmanuel Macron a donc une dette certaine vis-à-vis de l’électorat centriste, dont celui de François Bayrou. Espérons, une fois sa victoire acquise au second tour, qu’il se rappellera qu’il n’est pas juste le candidat des élites des grandes métropoles, mais, avant tout, le candidat d’un « centre » français qui ne demande qu’à exister !

[1] CHALARD Laurent, DUMONT Gérard-François (2011). « L’armature urbaine de l’emploi en France. Un basculement géographique ». Population & Avenir. N°704. Septembre-octobre 2011. Pages 4-7 et 20.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires