En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 50 min 13 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 38 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 44 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 49 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 46 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 18 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 24 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 6 heures 20 sec
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 29 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 56 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 23 min
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Risque

Comment la réponse du gouvernement à la victoire des nationalistes en Corse est en train de se transformer en piège politique

Publié le 23 décembre 2017
Les élections territoriales en Corse ont fait naître un nouveau registre de commentaires et provoqué des réactions bien au-delà de l’île.
Vincent de Bernardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Bernardi est directeur de la communication et des relations institutionnelles de CCI France. Il a été auparavant directeur du service d'information du Gouvernement (SIG), directeur général du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les élections territoriales en Corse ont fait naître un nouveau registre de commentaires et provoqué des réactions bien au-delà de l’île.

Alors que les vainqueurs parlaient de raz de marée démocratique au soir du premier tour, les perdants regrettaient, dans une forme de paradoxe, la faible mobilisation de l’électorat.

Les uns et les autres n’ont pas eu tort dans leurs analyses. La coalition emmenée par Gilles Simeoni et Jean Guy Talamoni amplifiait fortement un mouvement entamé depuis deux ans, progressant même en nombre de voix. Il paraissait alors justifié de « surfer » sur la métaphore maritime en évoquant « une vague » pour les plus modérés, une déferlante, voire un tsunami pour les plus enthousiastes. Du côté des listes de droite et de la République en Marche, en constatant une abstention massive, le taux le plus élevé enregistré en Corse pour des élections territoriales, on déplorait la désaffection grandissante des électeurs au débat démocratique. La Corse qui s’était souvent distinguée du continent sur ce plan, se banalise progressivement. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. Si la multiplication des scrutins (3 en 2017) est souvent avancée au même titre que la conviction d’un match joué d’avance, c’est surtout une forme de perte de confiance dans les responsables politiques qui explique la progression de l’abstention. En Corse, comme ailleurs en Europe, les électeurs portent un jugement critique à l’égard des gouvernants et plus généralement de la classe politique installée. L’institut Kantar public a sondé récemment les Français, les Allemands, les Néerlandais et les Britanniques sur leur rapport aux institutions politiques et démocratiques. Une très forte majorité de Français et de Britanniques considère que la plupart des dirigeants ne comprennent pas leurs problèmes. Par ailleurs, dans les quatre pays étudiés, les opinions se rejoignent pour considérer majoritairement que les dirigeants politiques sont malhonnêtes.

Ces attitudes conduisent de plus en plus de citoyens à se réfugier, soit dans l’abstention, soit dans un vote populiste. C’est ce qui s’est passé en Corse lors des élections présidentielles, où Marine Le Pen est arrivée en tête au premier tour et a réalisé un score élevé au second. En revanche, lors des élections territoriales, les autonomistes et les nationalistes ont su capter, dans une campagne souvent qualifiée d’atone, les attentes d’un électorat qui s’est élargi au delà de leurs soutiens traditionnels. Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’Ifopsouligne que le score de la liste Pe a Corsica traduit une aspiration forte à la défense d’une identité, niée par un Etat perçu comme trop centralisateur et bousculée par une communauté immigrée dont les valeurs sont parfois jugées incompatibles avec la culture insulaire et ses racines chrétiennes.

Ces résultats ont également fait naître des commentaires pour le moins étonnants. Le débat consistait à savoir si la Corse était à l’aube de l’indépendance à l’instar de la Catalogne ! De nombreux media en ont fait des sujets tandis que le porte-parole du Gouvernement a cru bon, face à cet emballement, de préciser qu’il ne s’agissait pas d’un « scrutin sur l’autonomie ou sur l’indépendance, ni un référendum » avant d’ajouter qu’il s’agissait« d'abord d’un scrutin territorial sur l'avenir de la Corse, le développement économique, les transports, l'accès aux soins, bref, ce qui fait la vie d'une collectivité ». Voilà la Corse renvoyée à un simple statut de collectivité certes unique, parmi les autres collectivités. Il est intéressant d’analyser comment le Gouvernement s’est attaché à relativiser cette élection hyper médiatisée, après les épisodes catalans. La nomination d’une « Madame Corse » aurait pu donner le signe d’une ouverture pour mettre en œuvre ce « pacte girondin » qu’appelait de ses vœux Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. En choisissant la ministre déléguée auprès du Ministre de l’Intérieur, c’est l’inverse qui se produit.  Ses premières déclarations témoignent que le dossier Corse sera envisagé sous un aspect plus technique que politique. Le porte parole du Gouvernement n’a pas dit autre chose en déclarant que « des discussions vont s'engager, le dialogue va s'ouvrir une fois que la collectivité territoriale unique et l'exécutif seront installés, dès le 1er janvier, et donc le dialogue va se faire comme il se fait avec l'ensemble des exécutifs des collectivités régionales ». Le particularisme de la Corse tient en réalité au fait qu’elle est désormais une collectivité unique. Cette approche dont on décèlera le caractère stratégique autant que l’habileté politique, porte en germe un dialogue chaotique avec la nouvelle majorité territoriale. Cette dernière devra convaincre « Madame Corse » que l’autonomie n’est pas une rupture mais une avancée démocratique. Cela ne va-t-il d’ailleurs  pas dans le sens de la transformation voulue par le Gouvernement ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 24/12/2017 - 10:50
@ajm
Comme cela a toujours été le cas, nul n’est à l’abri De l’intelligence, même la France ! Sert à rien de se massacrer dans des révolutions pour ne rien changer au fonctionnement debile et destructeur de la centralisation parisienne !
ajm
- 23/12/2017 - 17:25
Un état qui marche contre lui-même.
L'état Français a toujours été centralisateur et fiscalement vampire depuis au moins Richelieu et Louis 13. En cela , il est bien Français Par contre, ce qui est nouveau, c'est que cet état semble avoir honte de la France et des Français, plus préoccupé d'idées creuses et de slogans imbéciles sur les droits de l'homme et le sauvetage de la planète que des intérêts et de la survie du pays et de ses habitants.
En somme, on a maintenant un état qui pompe l'energie et les ressources de la France contre elle-même ; pour hâter sa disparition et la célébrer en plus, sous les applaudissements d'une majorité d'imbéciles soumis et de pseudo élites cyniques.
La situation Corse est une mauvaise réponse à cet affaissement général de la France et de son état qui pousse certains citoyens à se refugier sous d'illusoires identités locales faute de pouvoir arrêter la machine infernale des échelons supérieurs nationaux et européens.
Deudeuche
- 23/12/2017 - 16:26
L’autonomie est la seule
Façon de prendre ses distances de l’etat Vampire parisien, qui n’a de français que le nom.