En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© flickr / pasukaru76
La main à la poche

+ 4,5 milliards de prélèvements fiscaux sur les ménages en 2018 : voilà comment estimer si vous ferez partie de ceux qui vont payer

Publié le 22 décembre 2017
En 2018, certains ménages vont subir une augmentation de leur prélèvements obligatoires, provoquant mécaniquement une baisse sensible de leur pouvoir d'achat. Mais qui sont les principaux concernés ?
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2018, certains ménages vont subir une augmentation de leur prélèvements obligatoires, provoquant mécaniquement une baisse sensible de leur pouvoir d'achat. Mais qui sont les principaux concernés ?

Atlantico : Selon une note publiée en début de semaine par l'INSEE, "au total sur l’année 2018, la combinaison de ces hausses et de ces baisses augmenterait les prélèvements obligatoires sur les ménages d’environ 4,5 milliards d’euros, ce qui ôterait –0,3 point à l’évolution du pouvoir d’achat (la contribution des mesures de fiscalité directe serait positive à +0,2 point de RDB, mais celles de fiscalité indirecte serait de –0,5.point)." Au-delà de la polémique entre le gouvernement et l'INSEE, relative au constat, quels seront les ménages qui devront subir l'augmentation de 4.5 milliards d'euros de prélèvements pour l'année 2018 ? Qui sont les principaux concernés ? 

Philippe Crevel : L’INSEE dans sa note de conjoncture du mois de décembre souligne que les ménages devront subir, en 2018, une hausse de leurs prélèvements de 4,5 milliards d’euros. Cette hausse est la conséquence d’un important jeu de bonneteau à somme non nul. Les augmentations de taxes interviennent dès le début d’année, taxes sur les carburants, droits sur les tabacs. Par ailleurs en opérant en deux temps le transfert des cotisations sociales sur la CSG mais en augmentant d’1,7 point cette dernière dès le 1er janvier, les pouvoirs publics encaissent un gain substantiel.  Par ailleurs, es différentes mesures de baisses ne se feront sentir au cours de l’année voire en fin d’année pour la taxe d’habitation. Il en est de même avec le prélèvement forfaitaire unique ou la suppression de l’ISF sur les produits financiers.

Les retraités qui ne bénéficient pas d’exonération de cotisations sociales supportent en grande partie ce surcoût d’autant que la baisse de la taxe d’habitation ne les concernera qu’en fin d’année, du moins pour ceux qui en profiteront. Les épargnants seront également pénalisés car ils devront supporter une majoration de 1,7 point des prélèvements sociaux. Certes, ils pourront bénéficier du Prélèvement Forfaitaire Unique mais cela ne sera qu’au moment de la sortie de leur épargne. Par ailleurs, le durcissement de l’assurance-vie pour les assurés ayant plus de 150 000 euros commence aussi dès le 1er janvier.

L'INSEE évoque une situation découlant du calendrier des réformes, les baisses de prélèvements intervenant après les hausses, ce qui justifierait cette situation. Cependant, les ménages qui subiront les hausses d'impositions seront-ils également concernés par les baisses prévues, ou est-on en présence d'un simple jeu de vases communicants ? 

Pas tous, par définition, les retraités qui ne bénéficieront pas de la baisse de la taxe d’habitation subiront l’érosion de leur pouvoir d’achat d’autant plus que leur retraite sera gelée.

Les retraités dont le revenu de référence est supérieur à 28 000 euros pour la première part de quotient familial, majorée de 8 500 euros pour les deux demi-parts suivantes, et de 6 000 euros pour chaque demi part ne seront pas concernées.

Les 4 millions de foyers qui sont déjà exonérés de TH n’auront pas de compensation sur ce terrain. Les cadres supérieurs non assujettis à l’ISF devraient être également dans ce jeu de bonneteau car les cotisations sociales sont plafonnées mais pas la CSG.

Que peut-on anticiper de la situation une fois l'ensemble des réformes fiscales mises en œuvre, peut-on juger ce résultat comme "globalement satisfaisant" ? 

Un jeu de bonneteau n’est pas une réforme fiscale. L’opération transfert menée par le Gouvernement vise à faire participer un peu plus les retraités au financement de la protection sociale en jouant sur coût global du travail. C’est courageux mais cela n’est pas une révolution. L’introduction du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus de l’épargne est plus novatrice et il sera intéressant de suivre si elle modifie les comportements d’épargne des ménages. De même, la suppression partielle de l’ISF même si elle ne concerne qu’un nombre très limité de contribuables, 350 000, est une réelle rupture. A gauche comme à droite, un consensus existait pour juger cet impôt antiéconomique mail nul n’osait passer à l’acte.

L’autre opération importante qui est un enfant du précédent quinquennat est la mise en œuvre de la retenue à la source à partir du 1erjanvier 2019. Il est regrettable que cette mesure ne s’accompagne pas d’une réelle modernisation de l’impôt sur le revenu. Il aurait fallu en profiter pour oser remettre en cause le système du quotient conjugal, abaisser les taux tout en supprimant la kyrielle de niches fiscales. Afin d’éviter la levée d’un grand nombre de boucliers et de glaives, le Gouvernement n’a pas touché à l’architecture de l’IR au risque d’avoir des cafouillages en série d’ici un an.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 23/12/2017 - 18:46
@Lazydoc
y a pire en vue.
le premiers inquiets de l'abaissement des impôts US sont les...canadiens;qui déjà demandent l'alignement pour rester compétitifs... et repas voir les entrepreneurs traverser la frontière....c'est embêtant pour Macron car nous venons de signer ( enfin l'UE) un accord de libre échange avec le Canada...nos produits français vont une fois de plus perdre en compétitivité

bref il va arriver un moment(bien que le problème remonte à 1974) ou la relance keynésienne financée par l'impôt toujours + et la dette toujours+
ne pourra plus 's'appliquer
je sais bien qu'il y'a des partisans de prendre les économies des français pour continuer indéfiniment ils sont simplement idiots au point de ne pas comprendre qu'on pourrait boucher le trou partiellement une fois mais avec des conséquences économiques et financières dignes d'un tsunami
mais bon on a apparemment les politiques que l'on mérite
Lazydoc
- 23/12/2017 - 02:03
Explosion de la dette?
La réforme fiscale de Trump peut provoquer une reprise de l’inflation aux USA, forçant ainsi la FED à augmenter les taux d’intérêt; l’Europe sera obligé de suivre pour rester compétitive. Et là, la France va s’écrouler sous le poids de sa dette.
Anguerrand
- 22/12/2017 - 17:46
Macron a la même politique qu’hollande
La plus facile, celle d’augmenter toujours plus les impôts. Macron avait pourtant affirmé que 2018 serait l’annee des baisses d’impots, et il ose prétendre faire ce qu’il dit . Tous menteurs et les français trinquent chaque années un peu plus.