En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Pixabay
Avec (un peu de) modération
Petits conseils d’avant réveillons pour les bons vivants : quitte à faire des excès, voilà les "moins pires"
Publié le 22 décembre 2017
La dinde est au four, le saumon et les escargots sont servis. Mais au fait, est-ce que tous les aliments se valent en période de fêtes ? Voici quelques astuces pour se faire plaisir sans finir Noël dans la douleur...
Nathalie Négro est diététicienne, membre de think tank ObésitéS
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Négro
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Négro est diététicienne, membre de think tank ObésitéS
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dinde est au four, le saumon et les escargots sont servis. Mais au fait, est-ce que tous les aliments se valent en période de fêtes ? Voici quelques astuces pour se faire plaisir sans finir Noël dans la douleur...

Atlantico : Alors que les repas des fêtes approchent, y a-t-il des aliments dont l'excès est pire que les autres ?

 

Nathalie Négro : Les excès les plus importants pendant les fêtes, c'est clairement au niveau des graisses, de l'alcool, des protéines et puis des sucres, c'est à dire finalement un petit peu de tout. L'excès qui est sûrement le plus problématique est celui de l'alcool, parce que non seulement au niveau énergétique l'alcool amène 7 kcal par gramme, mais perturbe en plus l'utilisation par le corps des autres nutriments, notamment des glucides. C'est donc, au niveau nutritionnel, le plus problématique.

 

L'excès le moins embêtant sera celui de protéine. Parce que même si on a des fruits de mer en entrée, puis ensuite une volaille en plat, on ne dépassera jamais les 3 grammes par kilogramme corporel, donc ce n'est pas un problème. Là où il peut y avoir un souci, c'est si ces protéines sont systématiquement associées à des graisses, si par exemple on sert des escargots, du foie gras et qu'après on mange un chapon.

 

Quant aux graisses, ça va dépendre de leur type. Si c'est un excès de graisse provenant d'une bûche pâtissière qui contient de la crème au beurre, après avoir mangé des escargots qui sont aussi servis avec du beurre, qu'on mange un poulet à la crème ensuite...Tout cela ne sera pas forcément sain à cause de l'excès de graisses saturées. Par contre si l'excès de graisse provient d'un saumon qui contiendra plutôt des acides gras oméga 3, que la graisse provient d'un foie gras dont on sait comment a été engraissé la bête et qui aura donc les mêmes acides gras que l'huile d'olive, ça sera moins embêtant.

 

 

Au final, ces repas de fête sont ponctuels. Peuvent-ils vraiment poser problème ?

 

Certains excès, même ponctuels, peuvent être problématique, notamment pour des personnes fragilisées. Un excès de protéine va provoquer une surcharge au niveau rénal, donc pour les gens qui ont des problèmes de calculs rénaux il faut faire attention. De même pour ceux qui ont déjà un taux d'acide urique un peu élevé, cela provoquera une crise de goutte.

 

Un excès de graisse peut provoquer des calculs biliaires. Si on mange beaucoup de graisses d'un coup, la vésicule va se contracter, et donc les calculs pourront se coincer dans le canal, et la personne se retrouvera à l'hôpital. L'excès de sucre ne posera pas de problème sur le court terme, sauf pour quelques personnes très sensibles, qui pourront se retrouver en hypo-glycémie deux à trois heures après le repas.

 

Pour l'alcool, en fonction de la capacité de chacun à détoxifier, il pourra y avoir une accumulation d'acétaldéhyde. Il ne s'agit pas de la gueule de bois, causée elle par la déshydratation, mais les deux peuvent provoquer des maux de tête.

 

 

Après sur le plus long terme, cela dépend du comportement de chacun. Si ça reste deux repas isolés, comme par exemple le 24 et le 31, il ne se passera rien, tant qu'on mange correctement entre les deux, car l'équilibre de notre alimentation se fait sur cinq à dix jours. Maintenant le souci qu'on a souvent avec les fêtes, c'est qu'il s'agit de plus de deux repas. Il y a le 24, mais aussi le 25, le 31, et entre les deux on revoit de la famille... Là le corps n'a plus le temps de récupérer. L'autre risque c'est aussi de prendre l'habitude de manger trop gras, trop salé et trop sucré et d'installer un comportement d'excès durable.

 

Existe-t-il des aliments que l'on peut consommer sans aucune retenue ?


Non, car tout aliment consommé en excès peut poser des problèmes, même les légumes. C'est une question de mesure et de répartition. Il faut essayer, même pendant un repas de fête, d'avoir des légumes dans une moitié de l'assiette, et la viande, le poisson ou les féculents sur l'autre moitié de l'assiette. Pour ce qui est des apéritifs, l'idéal c'est de mettre ce que l'on veut dans une petite assiette, et de s'en tenir à ça.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ajar
- 22/12/2017 - 17:14
Merci
De nous foutre la paix .