En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Retour à l'envoyeur
Mais que se passerait-il si les Chinois décidaient de ne plus recycler les produits usagés que la plupart des pays occidentaux leur expédient ?
Publié le 17 décembre 2017
D'ici la fin de l'année, la Chine va bannir l'import de 24 types de déchets destinés au recyclage en les qualifiant de "détritus étrangers". Cette décision va obliger les produits exportateurs à s'adapter.
Sylvie Matelly est Docteur en sciences économiques et directrice-adjointe de recherche à l'IRIS, spécialiste des questions d'économie internationale et d'économie de la Défense. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Matelly
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Matelly est Docteur en sciences économiques et directrice-adjointe de recherche à l'IRIS, spécialiste des questions d'économie internationale et d'économie de la Défense. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'ici la fin de l'année, la Chine va bannir l'import de 24 types de déchets destinés au recyclage en les qualifiant de "détritus étrangers". Cette décision va obliger les produits exportateurs à s'adapter.

Atlantico : D'ici la fin de l'année la Chine va bannir l'import de 24 types de déchets destinés au recyclage en les qualifiant de "détritus étrangers". Quelles pourraient être les conséquences pour les pays exportateurs de déchets à court et moyen termes?

Sylvie Matelly : Les pays exportateurs vont devoir trouver des solutions. A court terme il est probable que ce soit de nouveaux marchés. On parle de la Malaisie et d'autres pays seraient prêts à accueillir ces déchets. A moyen ou long terme qu'on le veuille ou non il faudra que les pays qui produisent autant de déchets mettent en place des mesures qui permettent de les recycler au mieux et cela aura un coût. Des investissements seront nécessaires. Cela viendra soit d'une volonté politique dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique et de volonté de préservation de l'environnement et même avec l'absence de volonté politique, le fait que la Chine ferme son marché, cela va automatiquement faire monter le prix de la tonne de déchet et lorsque cela sera rentable de se lancer dans le recyclage, on investira.

Je ne pense pas que cette interdiction créera de nouvelles décharges ou qu'il y aura de nouvelles atteintes à la préservation de l'environnement ou alors à très court terme. Ce qui est certain c'est que l'addition de la gestion des déchets va augmenter et que l'on va être obligé d'avoir de véritables réflexions sur les emballages, les plastiques et la gestion de nos déchets en général avant même de produire.

Est-ce que la Chine avec cette décision ne se prive pas tout de même d'une économie qui pourrait être intéressante ?

La Chine ne fait rien sans avoir de stratégie. Ils ont calculé que ces déchets difficilement recyclables ne leur rapportent rien. D'un point de vue social avec la progression et le développement économique du pays couplé à l'émergence d'une classe moyenne, il y a aussi l'apparition d'une volonté des Chinois d'arrêter d'être la poubelle du monde.

Cette décision de la Chine exprime aussi la volonté de choisir ses déchets. De choisir des déchets qui sont recyclables, des déchets à forte valeur ajoutée qu'elle n'aura pas à stocker pendant des années sans les exploiter. L'avantage de la première solution lorsqu'on ne les exploitait pas, qu'on les laissait trainer c'est que cela ne coûtait rien mais c'est évidemment une catastrophe écologique à long terme.

On réfléchit également à une piste malaisienne mais au final est-ce le bon chemin à prendre pour les pays exportateurs de déchets ?

A très court terme une filière de gestion des déchets ne s'improvise pas, d'où la piste malaisienne. Pour traiter les déchets chez nous, ce qui serait une démarche plus vertueuse, cela supposerait la création d'usines et le développement d'une industrie derrière. Il y a des enjeux d'emplois derrière la gestion des déchets. Reste à voir si le consommateur accepte de voir s'ouvrir des usines de retraitement des déchets à côté de chez lui. Exporter des déchets est beaucoup plus facile car il n'y a pas de remise en question à faire, on se contente de délocaliser le problème. Mais je doute, quel que soit la solution à court terme qu'elle puisse avoir l'ampleur de ce qu'était la solution chinoise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Une passe de génie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 17/12/2017 - 14:06
Et si on commençait
a ne plus leur envoyer les déchets les plus aptes à être recyclés avec une haute valeur ? L'Europe pourrait peut-être investir dans ce domaine avec les fonds européens. Un très bon emploi pour ces derniers !