En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
Chevalier à la parka rouge
Les 3 temporalités nécessaires pour comprendre l’impact de l’élection de Laurent Wauquiez chez LR
Publié le 15 décembre 2017
L’élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti Les Républicains, suivie du départ de Xavier Bertrand et de la composition d’une nouvelle équipe de direction autour du nouveau Président permet de remettre en perspective les évolutions récentes de la droite française. Par Bruno Cautrès pour BVA.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti Les Républicains, suivie du départ de Xavier Bertrand et de la composition d’une nouvelle équipe de direction autour du nouveau Président permet de remettre en perspective les évolutions récentes de la droite française. Par Bruno Cautrès pour BVA.

L’élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti Les Républicains, suivie du départ de Xavier Bertrand et de la composition d’une nouvelle équipe de direction autour du nouveau Président permet de remettre en perspective les évolutions récentes de la droite française. Pour cela, il faut renoncer aux seules explications de court terme et comprendre que le temps politique est un temps sédimenté par des couches successives. Rien n’est jamais totalement inattendu en politique et tout évoque les effets en écho des différentes temporalités politiques

La première dimension temporelle dans laquelle s’inscrit cette élection est celle du temps court : le contexte « post-traumatique » de l’élection présidentielle de 2017. Un peu comme le PS après le 21 avril 2002, les militants LR ont souhaité désigner un leader au CV politique déjà bien garni, une personnalité bien installée et campée dans le paysage médiatique afin que leur parti puisse à nouveau être incarné par une forte personnalité. La droite française a connu plusieurs leaders qui « faisaient chef » : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ont incarné, avant Laurent Wauquiez, un leadership fondé sur l’autorité, l’expression d’une ligne politique goûtant peu les « courants internes » qui déchiraient régulièrement dans le même temps le PS.

La seconde dimension temporelle dans laquelle peut s’analyser l’élection de Laurent Wauquiez est celle du moyen terme. Cette deuxième dimension nous ramène au tournant de 2004. L’élection de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP cette année-là (il obtient 85,09 % des voix des membres du parti face à Nicolas Dupont-Aignan et Christine Boutin) a été suivie d’une victoire à la présidentielle de 2007, d’un match (de boxe) entre François Fillon et Jean-François Copé en 2012 pour la tête du parti, du retour de Nicolas Sarkozy en 2014, et de la désignation de François Fillon comme candidat à la présidentielle de 2017 à l’issue d’une primaire très mobilisatrice et ouverte.

En treize ans, la droite a eu plusieurs occasions de se choisir un leader. A chaque fois le choix s’est porté sur une personnalité incarnant une ligne de « droite sans complexe ». Le score de François Fillon à la présidentielle (20%), dans le contexte d’une descente aux enfers, est une donnée que l’on aurait d’ailleurs tort de négliger : son échec (mais en obtenant un score inférieur de seulement 1,3 point à Marine Le Pen) montre en creux la formidable envie de victoire qu’avait la droite, sur une ligne économique et identitaire que son candidat qualifiait lui-même de « radicale ».  

La troisième dimension temporelle qui permet de comprendre l’élection de Laurent Wauquiez est celle du plus long terme : la création de l’UMP en 2002 souhaitait unifier toutes les droites et en finir avec le spectre de la division. Comme si la création d’une union partisane, d’abord destinée à gagner les législatives de 2002, pouvait abolir les lourdes tendances historiques de la pluralité des droites françaises si bien décrite par René Rémond et son triptyque des trois droites : la droite « bonapartiste » autoritaire, la droite « orléaniste » libérale et modernisatrice et la droite « légitimiste », conservatrice et nostalgique de la royauté.

Les divisions provoquées au centre par la création de l’UMP (François Bayrou, lâché alors par de nombreux centristes ne souhaita pas rentrer dans l’UMP et faire allégeance) et les difficultés régulières de l’UMP à faire tenir ensemble les différentes traditions des droites françaises étaient en fait annonciatrices des clarifications qui s’affirment aujourd’hui : un centre-droit se rapprochant du centre-gauche (François Bayrou appela à voter pour François Hollande en 2012) ou rêvant d’une émancipation politique à travers une coalition des centres « à l’allemande » (rêve finalement porté plus haut et plus fort par Emmanuel Macron), une droite sous pression du Front national et qui cherche à (re)gagner de l’espace sur sa droite.

En somme, le retour à droite du projet maintes fois remis d’un « grand parti conservateur et libéral ». Exit l’UMP version originale et la rhétorique de l’alliance « de la droite et du centre » ? Telle va être l’épineuse question stratégique à laquelle Laurent Wauquiez devra apporter des réponses, posée aujourd’hui dans des termes plus difficiles qu’au moment de la création de l’UMP. 

La temporalité est affaire d’historien. L’historien de formation qu’est Laurent Wauquiez souhaite visiblement accélérer le tempo et vite relever le gant. Au fait, cette expression nous vient de la chevalerie du Moyen Age : à l’époque, la coutume voulait que les chevaliers jettent un gant au sol pour défier un adversaire et que celui-ci ramasse le gant en signe d’acceptation du combat. La tonalité vigoureuse des premiers discours du nouveau « patron » de LR semble indiquer que sa célèbre parka rouge va sans doute céder la place à une plus forte armure…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
05.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
06.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 15/12/2017 - 20:55
La société civile ?
@gilbert perrin. Qui en effet de la société civile, qui avait bien lancé la campagne de F Fillon ? Wauquiez compte-t-il faire appel à Rafik Smati, ce jeune chef d'entreprise du numérique qui avait porté le fer avec les macronistes et qui anime Objectif France ?
gilbert perrin
- 15/12/2017 - 08:47
l'équipe ne doit pas s'arrêter à 7 noms ?????
PELTIER et ABAD à la territorialité OUI, mais avec le terrain, avec la société civile en dehors du système et des partis....