En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 17 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 17 heures 28 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 17 heures 36 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 18 heures 20 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 14 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 15 heures 38 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 16 heures 48 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 17 heures 37 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 18 heures 6 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 10 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
© Reuters
Vu de l’estrade

Sélection à l’université : petites réflexions sur ce que vivent les profs face aux étudiants qu’on leur « livre »

Publié le 13 décembre 2017
Un dessin représentant le jardin de l’université avec une mention explicite à l’herbe que fume le candidat, une copie d’une étudiante parlant des biscuits BN qui l’empêchent de travailler, une autre étudiante en train de dessiner une vache pendant l’examen au vu et au su des surveillants, le quotidien d’un universitaire s’occupant des premières années de licence à la fin des années 2000 ressemble plus à celui d’une institutrice d’une école maternelle qu’à la formation de jeunes adultes destinés à entrer sur le marché du travai
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un dessin représentant le jardin de l’université avec une mention explicite à l’herbe que fume le candidat, une copie d’une étudiante parlant des biscuits BN qui l’empêchent de travailler, une autre étudiante en train de dessiner une vache pendant l’examen au vu et au su des surveillants, le quotidien d’un universitaire s’occupant des premières années de licence à la fin des années 2000 ressemble plus à celui d’une institutrice d’une école maternelle qu’à la formation de jeunes adultes destinés à entrer sur le marché du travai

Et encore, il ne s’agit que du sommet de l’iceberg, étant donné les accommodements des enseignants titulaires avec une situation indigne d’un pays développé, qui s’apparente beaucoup plus à la corruption généralisée de Républiques Bananières !

En effet, pour maintenir les effectifs, et donc justifier de sa paie à la fin du mois, certaines universités maintiennent artificiellement des formations sans aucun débouché, en acceptant n’importe qui et ce pas uniquement en première année. Le nombre de Masters qui ne vivent que grâce à des étudiants africains maîtrisant difficilement la langue française (les meilleurs préfèrent  l’Amérique du Nord) et à des chômeurs déguisés, c’est-à-dire des jeunes que l’on a incité à poursuivre des études en sachant pertinemment qu’ils n’ont pas le niveau, est assez impressionnant. Les universitaires se préoccupent beaucoup plus de la pérennité de leur poste que de l’avenir des étudiants, qui semble constituer le cadet de leurs soucis ! Il n’est donc guère surprenant qu’une partie d’entre eux, malgré les plaintes de convenance, voit d’un bon œil les taux de réussite de plus en plus spectaculaires au Baccalauréat, ce qui assure de fournées nombreuses permettant au système de se perpétuer pendant encore quelque temps, c’est-à-dire pour les nombreux enseignants désabusés jusqu’à la retraite.

Parallèlement, les bourses sont devenues l’équivalent d’un « RSA jeune », le RSA ne concernant que les personnes âgées d’au moins 25 ans. En conséquence, pléthore de jeunes disposant d’un Bac professionnel en chaudronnerie s’inscrivent, par exemple, en première année de licence d’histoire avec pour objectif affiché sur la feuille de présentation remplie en début d’année de devenir professeur d’histoire-géographie. Bien évidemment, personne n’est dupe de la motivation réelle de l’inscription universitaire, mais tout le monde fait comme si de rien n’était, les enseignants, avec la bénédiction de nos gouvernants ravis de voir de potentiels chômeurs non comptabilisés par les statistiques officielles, devenant complices d’un système qui conduit, année après année, à ronger l’université française.

Cependant, nous ne sommes pas encore arrivés au bout de nos surprises car une nouveauté  a désormais gagné l’université, la violence. Au milieu d’un cours, un jeune fâché d’avoir vu sa note diminuée par deux par le professeur pour tricherie lance de rage une chaise contre le mur et insulte une camarade de TD. A une autre occasion, deux étudiants commencent à s’empoigner, qu’il sera difficile d’arrêter, étant donné l’état second, lié à l’abus de drogues, courant au sein de nos pseudo-facultés, de l’un d’entre eux. Par ailleurs, dans les discussions avec vos collègues, des enseignantes plus âgées que vous, vous font part de la peur que leur inspirent certains élèves, dont elles sont convaincues que le futur se situera à la Maison d’Arrêt. Parallèlement dans d’autres universités, des rumeurs de professeurs violentés circulent, sans qu’il soit possible d’en vérifier la véracité.

La barque étant suffisamment chargée, nous n’allons pas nous étendre plus longuement, au risque de déprimer de nombreux lecteurs, qui trouveront probablement ces propos exagérés, voire provocateurs, visant à défendre le principe de sélection. Néanmoins, je tiens à les rassurer, il n’en est malheureusement rien, le réel est ce qu’il est, que cela plaise ou non ! Sachez-le, Madame, Monsieur, l’université française est malade, gravement malade…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Xenophon
- 16/12/2017 - 10:54
Mais de quoi s'étonne -t-on?
En théorie et sans redoublement, un illettré peut aller jusqu'en terminale. Là il suffit presque d'apprendre à écrire, lire et compter pour réussir au Bac, avec un peu de chance! Et là, c'est la Fac qui permet de vivoter encore quelques années avant, évidemment, de s'inscrire au chômage. A moins d'avoir milité chez les Jeunesses Socialistes pour trouver un poste à la Mairie de Paris!!!
Xenophon
- 16/12/2017 - 10:54
Mais de quoi s'étonne -t-on?
En théorie et sans redoublement, un illettré peut aller jusqu'en terminale. Là il suffit presque d'apprendre à écrire, lire et compter pour réussir au Bac, avec un peu de chance! Et là, c'est la Fac qui permet de vivoter encore quelques années avant, évidemment, de s'inscrire au chômage. A moins d'avoir milité chez les Jeunesses Socialistes pour trouver un poste à la Mairie de Paris!!!
Xenophon
- 16/12/2017 - 10:54
Mais de quoi s'étonne -t-on?
En théorie et sans redoublement, un illettré peut aller jusqu'en terminale. Là il suffit presque d'apprendre à écrire, lire et compter pour réussir au Bac, avec un peu de chance! Et là, c'est la Fac qui permet de vivoter encore quelques années avant, évidemment, de s'inscrire au chômage. A moins d'avoir milité chez les Jeunesses Socialistes pour trouver un poste à la Mairie de Paris!!!