En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Daphné BENOIT / AFP
Là mais pas là (ou l’inverse ?)
G5 Sahel : les embarras de l’UE face aux défis de la sécurité en Afrique
Publié le 13 décembre 2017
Les cinq chefs d’Etat du Sahel ont répondu à l’invitation d’Emmanuel Macron et le G5 Sahel se tiendra ce mercredi à la Celle Saint-Cloud . Au total c’est une vingtaine de délégations qui seront présentes avec un objectif commun : renforcer la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme.
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cinq chefs d’Etat du Sahel ont répondu à l’invitation d’Emmanuel Macron et le G5 Sahel se tiendra ce mercredi à la Celle Saint-Cloud . Au total c’est une vingtaine de délégations qui seront présentes avec un objectif commun : renforcer la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme.

Atlantico : Ce 13 décembre, Emmanuel Macron recevra à la Celle Saint-Cloud les chefs d'Etat des pays membres du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), du président de la Commission de l'Union Africaine, mais également en présence d'Angela Mekel et du premier ministre belge, Charles Michel. Alors que la problématique touchant aux pays de la zone sahélienne concerne l'ensemble de l'Union européenne, aussi bien sur les questions de développement que de sécurité, comment expliquer une si faible présence des pays membres dans une telle réunion ? Comment expliquer ce qui ressemble à un désintérêt ?

Jean-Sylvestre Mongrenier : Ce n'est pas du désintérêt. L'Union européenne (UE) en tant que telle et ses Etats représentent la moitié du financement prévu pour le "G5 Sahel", cette coopération militaire entre cinq Etats de la région sahélo-saharienne (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad). Ce G5 est destiné à lutter contre les groupes djihadistes armés ainsi que le trafic de drogues et de migrants, activités qui contribuent à financer les groupes en question. Parallèlement, il existe depuis 2013 une Mission d'entraînement et de formation européenne, l'EUTM, qui a déjà formé 12.000 militaires maliens (sur un total de 30.000). L'EUTM compte 500 soldats européens, l'Allemagne, l'Espagne et la Belgique fournissant chacun une centaine d'hommes. Cette mission est sous les ordres d'un général belge. Il s'y ajoute l'EUCAP-Sahel-Mali, autre mission européenne qui forme les cadres de la police. Quant à l'ONU, elle a déployé au Mali la mission Minusma, forte de 11.000 hommes, qui est en charge de la stabilisation du Mali et de la réconciliation. Si la Minusma n'est pas une mission d'imposition de la paix, il reste qu'elle essuie des pertes relativement importantes. Son importance ne doit pas être sous-estimée. 

On se défiera donc du "blame game": plusieurs missions sont superposées, au Mali comme dans la région, et tout ne repose pas sur les Français  Il est vrai cependant que la France est en pointe sur ce théâtre. En 2014, l'opération "Barkhane" a succédé à "Serval", lancée en janvier 2013 pour empêcher les groupes djihadistes de "descendre" vers Bamako. "Barkhane" mobilise envrion 4.500 hommes et d'importants moyens. Ce n'est pas une opération européenne mais nationale, décidée, préparée et conduite depuis Paris, à l'extérieur des structures de l'UE. On ne saurait donc s'étonner de ne pas y voir incorporés d'autres soldats européens. C'est ensuite que la France s'est tournée vers ses partenaires, afin d'obtenir des moyens logistiques ou autres. Cela dit, l'aide militaire essentielle est fournie par les Etats-Unis (drones, ravitailleurs et avions de transport). Près de 800 soldats américains seraient présents dans la zone. Le fait est négligé, voire passé sous silence. Pudeur de jeune fille? L'Afrique et ses périls occupent une place grandissante dans la vision stratégique américaine (il y a loin du discours isolationniste aux réalités géopolitiques).

Atlantico : Ce 13 décembre, Emmanuel Macron recevra à la Celle Saint-Cloud les chefs d'Etat des pays membres du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), du président de la Commission de l'Union Africaine, mais également en présence d'Angela Mekel et du premier ministre belge, Charles Michel. Alors que la problématique touchant aux pays de la zone sahélienne concerne l'ensemble de l'Union européenne, aussi bien sur les questions de développement que de sécurité, comment expliquer une si faible présence des pays membres dans une telle réunion ? Comment expliquer ce qui ressemble à un désintérêt ?

Jean-Sylvestre Mongrenier : Ce n'est pas du désintérêt. L'Union européenne (UE) en tant que telle et ses Etats représentent la moitié du financement prévu pour le "G5 Sahel", cette coopération militaire entre cinq Etats de la région sahélo-saharienne (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad). Ce G5 est destiné à lutter contre les groupes djihadistes armés ainsi que le trafic de drogues et de migrants, activités qui contribuent à financer les groupes en question. Parallèlement, il existe depuis 2013 une Mission d'entraînement et de formation européenne, l'EUTM, qui a déjà formé 12.000 militaires maliens (sur un total de 30.000). L'EUTM compte 500 soldats européens, l'Allemagne, l'Espagne et la Belgique fournissant chacun une centaine d'hommes. Cette mission est sous les ordres d'un général belge. Il s'y ajoute l'EUCAP-Sahel-Mali, autre mission européenne qui forme les cadres de la police. Quant à l'ONU, elle a déployé au Mali la mission Minusma, forte de 11.000 hommes, qui est en charge de la stabilisation du Mali et de la réconciliation. Si la Minusma n'est pas une mission d'imposition de la paix, il reste qu'elle essuie des pertes relativement importantes. Son importance ne doit pas être sous-estimée. 

On se défiera donc du "blame game": plusieurs missions sont superposées, au Mali comme dans la région, et tout ne repose pas sur les Français  Il est vrai cependant que la France est en pointe sur ce théâtre. En 2014, l'opération "Barkhane" a succédé à "Serval", lancée en janvier 2013 pour empêcher les groupes djihadistes de "descendre" vers Bamako. "Barkhane" mobilise envrion 4.500 hommes et d'importants moyens. Ce n'est pas une opération européenne mais nationale, décidée, préparée et conduite depuis Paris, à l'extérieur des structures de l'UE. On ne saurait donc s'étonner de ne pas y voir incorporés d'autres soldats européens. C'est ensuite que la France s'est tournée vers ses partenaires, afin d'obtenir des moyens logistiques ou autres. Cela dit, l'aide militaire essentielle est fournie par les Etats-Unis (drones, ravitailleurs et avions de transport). Près de 800 soldats américains seraient présents dans la zone. Le fait est négligé, voire passé sous silence. Pudeur de jeune fille? L'Afrique et ses périls occupent une place grandissante dans la vision stratégique américaine (il y a loin du discours isolationniste aux réalités géopolitiques).

Atlantico : Ce 13 décembre, Emmanuel Macron recevra à la Celle Saint-Cloud les chefs d'Etat des pays membres du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), du président de la Commission de l'Union Africaine, mais également en présence d'Angela Mekel et du premier ministre belge, Charles Michel. Alors que la problématique touchant aux pays de la zone sahélienne concerne l'ensemble de l'Union européenne, aussi bien sur les questions de développement que de sécurité, comment expliquer une si faible présence des pays membres dans une telle réunion ? Comment expliquer ce qui ressemble à un désintérêt ?

Jean-Sylvestre Mongrenier : Ce n'est pas du désintérêt. L'Union européenne (UE) en tant que telle et ses Etats représentent la moitié du financement prévu pour le "G5 Sahel", cette coopération militaire entre cinq Etats de la région sahélo-saharienne (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad). Ce G5 est destiné à lutter contre les groupes djihadistes armés ainsi que le trafic de drogues et de migrants, activités qui contribuent à financer les groupes en question. Parallèlement, il existe depuis 2013 une Mission d'entraînement et de formation européenne, l'EUTM, qui a déjà formé 12.000 militaires maliens (sur un total de 30.000). L'EUTM compte 500 soldats européens, l'Allemagne, l'Espagne et la Belgique fournissant chacun une centaine d'hommes. Cette mission est sous les ordres d'un général belge. Il s'y ajoute l'EUCAP-Sahel-Mali, autre mission européenne qui forme les cadres de la police. Quant à l'ONU, elle a déployé au Mali la mission Minusma, forte de 11.000 hommes, qui est en charge de la stabilisation du Mali et de la réconciliation. Si la Minusma n'est pas une mission d'imposition de la paix, il reste qu'elle essuie des pertes relativement importantes. Son importance ne doit pas être sous-estimée. 

On se défiera donc du "blame game": plusieurs missions sont superposées, au Mali comme dans la région, et tout ne repose pas sur les Français  Il est vrai cependant que la France est en pointe sur ce théâtre. En 2014, l'opération "Barkhane" a succédé à "Serval", lancée en janvier 2013 pour empêcher les groupes djihadistes de "descendre" vers Bamako. "Barkhane" mobilise envrion 4.500 hommes et d'importants moyens. Ce n'est pas une opération européenne mais nationale, décidée, préparée et conduite depuis Paris, à l'extérieur des structures de l'UE. On ne saurait donc s'étonner de ne pas y voir incorporés d'autres soldats européens. C'est ensuite que la France s'est tournée vers ses partenaires, afin d'obtenir des moyens logistiques ou autres. Cela dit, l'aide militaire essentielle est fournie par les Etats-Unis (drones, ravitailleurs et avions de transport). Près de 800 soldats américains seraient présents dans la zone. Le fait est négligé, voire passé sous silence. Pudeur de jeune fille? L'Afrique et ses périls occupent une place grandissante dans la vision stratégique américaine (il y a loin du discours isolationniste aux réalités géopolitiques).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 15/12/2017 - 09:38
L'Afrique:la drogue,le terrorisme..
L'Afrique nous envoie des terroristes qui ne viennent chez nous que pour profiter des ''aides'' sociales, de notre médecine, qui vendent de la drogue à nos enfants, etc. .Le trafic de drogue au Maroc représente 23% du PIB du Maroc, soit l'équivallent de 23 milliards de dollars.. Le Maroc est le principal fournisseur de haschich de l'Europe...en 2012,l'UNODOC estimait à 52.000 le nombre d'hectares cultivés pour une production de 38.000 tonnes, en comparaison, le Liban ne cultive que 3.500 hectares.. Et PAS de SANCTIONS européennes et internationales pour le Maroc comme pour Poutine.. Les anciennes colonies et protectorats africains ont voulu être ''indépendants''. .maintenant les pays africains doivent garder leur racaille et leurs terroristes chez eux!
wwmat
- 14/12/2017 - 11:37
Meme che guevara,
a renoncer à entrainer des troupes africaines, alors remplacer 4.500 français par 5000 africains revient à dire que Bamako tombera dans le mois suivant la rotation