En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 26 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 44 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 35 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 12 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 19 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 14 heures 2 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 19 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 4 heures 4 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 37 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 57 min
© Reuters
© Reuters
American nightmare

Élection locale clé pour Trump : l’Alabama où l’exemple le plus frappant de la pauvreté absolue qui gangrène les États-Unis

Publié le 12 décembre 2017
L'Alabama tient aujourd'hui ses élections sénatoriales. Roy Moore, candidat sulfureux semble bien parti pour ravir le siège de Jeff Session. Dans un des Etats les plus pauvre du pays, Trump fait encore recette après plus d'un an de présidence.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Alabama tient aujourd'hui ses élections sénatoriales. Roy Moore, candidat sulfureux semble bien parti pour ravir le siège de Jeff Session. Dans un des Etats les plus pauvre du pays, Trump fait encore recette après plus d'un an de présidence.

Atlantico :  L'élection sénatoriale de l'Alabama aura lieu ce 12 décembre, dans un contexte tendu quant à la personnalité du sénateur en poste, Roy Moore, soutenu par Donald Trump. Au-delà des polémiques, l'Alabama a été directement visé par les déclarations de Philip Alston, rapporteur spécial auprès de l'ONU sur la question de la pauvreté extrême, celui-ci ayant déclaré, à propos de la pauvreté qui touche cette région "Je pense que cela est très rare dans le monde développé, cela n'est pas un spectacle que l'on voit habituellement, je dois dire que je n'avais vu cela auparavant". Quelle est la particularité de la pauvreté américaine dans cette région ? Dans quelle mesure est-elle, ou non, comparable à la situation européenne ? 

Laurent Chalard : Selon les données du Census Bureau, l’équivalent américain de l’Insee, pour l’année 2014, l’Alabama se caractérise par le quatrième plus fort taux de pauvreté des Etats des Etats-Unis, soit 19,2 % de la population totale, derrière la Louisiane, le Nouveau-Mexique et le Mississippi, qui détient le record national, soit un taux de 21,9 %. Trois de ces quatre Etats correspondent au Sud Profond (Deep South), où la minorité noire est plus nombreuse qu’ailleurs, en particulier dans les zones rurales. Cette pauvreté a donc un caractère ethnique certain.

La pauvreté américaine dans l’Alabama, comme dans les autres Etats du Sud Profond, se présente partiellement comme une pauvreté absolue, c’est-à-dire des conditions de vie et d’hygiène ne correspondant pas aux standards des pays développés. Par exemple, il peut se constater l’absence de système d’égouts dans les maisons, les eaux usées s’écoulant dans la nature, ce qui cause des problèmes de santé, ou encore une alimentation en électricité au caractère intermittent, les habitations n’étant pas (ou mal) rattachées aux réseaux d’infrastructures nationaux. 

Cette pauvreté absolue n’est pas comparable à ce que l’on retrouve en Europe occidentale, où la pauvreté, à l’exception des sans domiciles fixe et des roms, est une pauvreté relative, les pauvres bénéficiant du minimum vital pour assurer leurs besoins primaires (se nourrir, s’habiller, se loger) et leurs conditions de logement répondant à des normes de confort correctes.

Quelles sont les causes de cette situation ? Comment les Etats Unis en sont venus à créer de telles enclaves de pauvreté, d'une telle intensité ? 

Cette situation est le produit de deux principales causes, spécifiques à l’histoire des Etats-Unis.

La première tient à la mise en place du peuplement du pays. En effet, territoire peu densément peuplé à l’arrivée des colons européens, ces derniers ne vont pas l’occuper mètre carré par mètre carré, domestiquant partout la nature, mais de manière beaucoup plus lâche, c’est-à-dire qu’ils vont s’installer et ne domestiquer totalement la nature que dans les zones les plus favorables à l’implantation humaine, correspondant à une occupation en archipel du territoire, que l’on retrouve en Russie, avec les mêmes problèmes à la clé. En effet, il s’ensuit l’absence d’un quadrillage total de l’espace en services publics, que ce soit pour les réseaux d’assainissement ou d’électricité, contrairement à ce qui se constate en Europe occidentale, où l’espace est entièrement humanisé et équipé.

La seconde cause concerne l’échec de l’émancipation des noirs, suite à la fin de l’esclavage dans les plantations de coton, qui ne s’est pas traduite par une progression sociale. Les noirs ont été cantonnés à la pratique de l’agriculture dans des zones rurales enclavées, à l’écart des principaux territoires de développement économique, étant laissés pour compte et maintenus dans un statut de citoyens de second zone, la ségrégation raciale étant de règle jusque dans les années 1960. En conséquence, il s’est constitué une « black belt », qui se caractérise par la pauvreté, les problèmes sociaux et la criminalité.

Au-delà des causes, et alors que ce phénomène a pu être décrit, notamment par la littérature américaine, comment expliquer la perpétuation de la situation et l'apparente inaction des pouvoirs publics à l'égard de ces populations ?

La perpétuation de cette situation de pauvreté absolue est la conséquence de la philosophie de la société américaine. Dans les sociétés européennes, le concept d’égalité, hérité de la Révolution Française, joue un rôle majeur dans l’organisation des sociétés. Il est à l’origine des politiques d’Etat Providence, visant à réduire au maximum les inégalités, en particulier en supprimant la pauvreté absolue. Pour la majorité de la population européenne, l’Etat se doit d’apporter une aide aux plus démunis. A contrario, aux Etats-Unis, le concept de liberté l’emporte totalement, ce qui sous-entend que chaque homme est responsable de son destin. S’il est pauvre, c’est de sa faute et il n’existe aucune raison de l’aider. L’inégalité ne constitue pas un problème en soi et ne conduit consécutivement pas le citoyen américain aisé à avoir une mauvaise conscience de sa persistance. L’inégalité est perçue comme « naturelle », voulue par Dieu, dans un contexte psychologique, où la vision religieuse protestante prédomine. Les pouvoirs publics, ne faisant que suivre les désidératas de leurs électeurs, n’apparaissent donc guère actifs dans la résorption de ces problèmes. 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 13/12/2017 - 00:09
Alabama vote Trump à 62,1%!
Peut-être les habitants « pauvres » d’Alabama espèrent-ils qu’un gouvernement de droite forte, intelligemment protectionniste et libérale, les tirera de la pauvreté où les ont englués les gouvernements gauchistes (géographiquement) de Clinton, Obama, Carter etc... Donald réussit à délocaliser, combattre efficacement le chômage qui mène à la pauvreté durable, tout en diminuant drastiquement les impôts...et, manifestement, ces succès énervent certains gauchistes archaïques, engoncés dans leur vérités toutes faites de pacotille...too bad!
Anouman
- 12/12/2017 - 20:55
Alabama
Je ne sais pas trop ce qu'on trouve là-bas (à part Lyniyd Skynyrd) mais il doit y avoir d'autres raisons économiques au développement moindre de cet état. Et ce n'est pas non plus le Bangla Desh.
Liberte5
- 12/12/2017 - 19:41
Heuseusement qu'il y a les blancs pour justifier
le retard économique des noirs. Aux USA ceux qui se battent y arrivent plus ou moins. En Afrique les pays ont eu leur indépendance depuis 60 ans. Où en sont-ils? Toujours, le chaos, la misère, les conflits ethniques etc.la corruption.Le départ des blancs du Zimbabwe a entrainé misère et famine. En revanche en Asie les pays sont tous sortis du sous développement: Corée du Sud, Taïwan, Malaisie, Indonésie, Thaïlande etc.