En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

06.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 16 min 36 sec
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 3 heures 45 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 16 heures 33 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 17 heures 16 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 18 heures 43 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 20 heures 23 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 21 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 40 min 31 sec
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 5 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 16 heures 58 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 18 heures 7 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 19 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 21 heures 8 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 23 heures 34 min
Payer plus pour manger autant

Inflation cachée : comment le panier de la ménagère explose à coup de hausses des prix masquées

Publié le 06 avril 2012
20% d'augmentation sur le café, 10% sur les céréales du petit déjeuner, 8% sur le chocolat... L'association de consommateurs CLCV a calculé que l'inflation dans l'alimentation a dépassé 5% en 2011. Un chiffre bien loin des estimations de l'Insee.
Charles Pernin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Pernin est chargé de mission alimentation et santé pour l'association Consommation logement cadre de vie (CLCV).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
20% d'augmentation sur le café, 10% sur les céréales du petit déjeuner, 8% sur le chocolat... L'association de consommateurs CLCV a calculé que l'inflation dans l'alimentation a dépassé 5% en 2011. Un chiffre bien loin des estimations de l'Insee.

Atlantico : L’enquête de l’association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) montre une augmentation des prix de de l’alimentation 5,1 % entre janvier 2011 et janvier 2012. Le « panier de la ménagère » de l’association Familles rurales a lui augmenté de 4,4% sur la même période. Pourtant, l’inflation a officiellement été de 2 ,5% en 2001 selon l’Insee. Comment expliquer cette différence ?

Charles Pernin : Les méthodes de calcul ne sont pas similaires. Ce chiffre de l’Insee est l’indice des prix à la consommation : il comprend les voitures, l’électroménager, l’alimentation, l’alcool, etc. Si on prend seulement leur indice alimentaire, l’inflation était de 3,6%. C’est moins que notre chiffre, car le panier de l’Insee contient aussi des marques de distributeurs et des « premier prix », alors que notre panier ne comprend que des marques nationales.

Par ailleurs, l’indice de l’Insee comprend aussi les fruits et légumes frais, dont les prix ont diminué de 1,4%. Le nôtre n’en contient pas. Concrètement, nous avons ciblé des grandes catégories (produits laitiers, céréales, jambon, etc.) et choisi deux produits pour chacune.

Cet indice des prix alimentaire est peu médiatisé. Peut-on parler d’inflation cachée ?

En farfouillant sur le site de l’Insee, on finit par trouver des données, mais c’est vrai qu’elles passent inaperçues. L’indice des prix à la consommation n’est pas un bon indicateur, car il contient un très large éventail de produits, dont de l’équipement qu’on achète rarement, comme un téléviseur. D’où le décalage avec le quotidien des consommateurs.

C’est d’autant plus dommageable que l’inflation des produits alimentaires touche tout le monde dans son quotidien. Pour les ménages modestes, l’alimentation occupe une part plus importante des dépenses que pour les ménages aisés, l’augmentation est beaucoup plus sensible pour eux.

Avez-vous observé des tactiques d’industriels pour camoufler les hausses des prix, par réduisant en réduisant les formats ?

Curieusement, on a plutôt vu des augmentations de taille. Varier le format est toujours un moyen de brouiller les pistes. En saisissant un produit, les gens vont se dire « houla, c’est très cher » avant de voir qu’il est écrit « format max » ou « plus 20% » et se dire que c’est donc logique. Sauf que cette augmentation de volume s’accompagne aussi d’une augmentation du prix, mais pas au même rythme. Pour les céréales de petits déjeunes par exemple, on a observé une augmentation de format, et en rapportant le prix au format précédent, on a observé une augmentation.

 

Quelle est la cause principale de cette hausse des prix ?

La hausse des cours des matières premières est l’argument invoqué par les professionnels. La CLCV est sceptique, puisque le poids de la matière première dans le prix d’un produit fini est très marginal, surtout pour les produits très transformés. La matière première pèse très peu, une part plus importante du prix est liée au coût marketing, à la transformation industrielle, aux taxes, etc.

Les associations de consommateurs demandent plus de transparence sur la formation des prix et notamment une information claire sur la marge nette des différents professionnels. Cette marge correspond au profit que réalise chaque professionnel sur le produit. On n’a pas ces données, ce qui ne nous permet pas de comparer les profits réalisés par les uns et les autres.

Il faut aussi se poser la question de la concurrence, aussi bien dans l’industrie que dans la grande distribution. Il y a eu ces derniers temps plusieurs procédures engagées par l’autorité de la concurrence pour des pratiques anti-concurrentielles, dans l’industrie de la farine, des endives, des yaourts…

Dans la grande distribution, on veut donc un état des lieux des zones de chalandise, car on trouve beaucoup de situations très peu concurrentielles. Il y a eu notamment la question de Paris, où Casino truste 61,7 % des parts de marché de la distribution alimentaire. Il faudrait savoir quelle est la situation dans chaque zone de chalandise et le cas échéant obliger des acteurs à céder des parts de marché là où ils sont en position dominante.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 06/04/2012 - 21:37
il y a aussi le prix des médicaments qui baisse dans le panier!
car l'état (ou plutôt la sécu) l'impose. Mais les Français s'en fichent, car leur cotisations ne baissent pas, elles! ce qui augmente, par contre, c'est le nombre de Pharmacies en faillite: y aurait-il une relation? Si Flamby est élu, il a promis une baisse encore plus importante des médocs et, donc, une part plus importante de Pharmacies en faillite; Mais aucune importance, seule compte la démagogie et l'élection! Après, vae victis!
NYOR
- 06/04/2012 - 19:26
feuille28
Une partie de la réponse à votre question: 1/ les coûts de la logistique ont considérablement baissé ces dernières années 2/ La massification des achats et la mise en place de structure low-cost
Cela ne touche pas que le panier de la ménagère. Même les grands projets sont touchés par ses principes. Vous seriez particulièrement étonné de la logistique induite.
Harmageddon,
Je veux bien l'argument des salaires et des taxes mais à chaque fois, personne ne parle de productivité. S'il vous faut 2 types à 20euros de l'heure pour faire le travail d'un payé 30, l'argument tombe. Et le coût de la main d'oeuvre n'est pas toujours si énorme dans la balance.Cela dépend des produits. On peut l'imaginer importante pour les fruits, maintenant pour les yaourts, lessives etc... Il y a d'énormes investissements industriels nécessaires. Et l'automatisation poussant, le part du salaire n'est plus aussi importante;
cappucino
- 06/04/2012 - 19:04
Il y a aussi l'inverse
Les prix baissent car il y a moins de produits dedans, mais au Kg on constate une augmentation.