En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 39 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 49 min 21 sec
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 2 heures 18 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 3 heures 36 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 5 heures 56 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 24 min 48 sec
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 1 heure 35 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 2 heures 55 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 5 heures 20 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 7 heures 32 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 9 heures 37 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 17 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Dindons de la farce ?

Pourquoi l’accord sur le Brexit pourrait bien ne pas satisfaire les électeurs britanniques qui l’ont voté

Publié le 09 décembre 2017
Avec l'accord trouvé entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, le gouvernement britannique s’est acheté quelques jours de paix et la Commission européenne a pu montrer son art dans le maniement de la carotte et du bâton. Mais les électeurs pro-Brexit pourraient en être déçus.
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec l'accord trouvé entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, le gouvernement britannique s’est acheté quelques jours de paix et la Commission européenne a pu montrer son art dans le maniement de la carotte et du bâton. Mais les électeurs pro-Brexit pourraient en être déçus.
  1. Atlantico : Une des principales motivations du vote en faveur du Brexit a été la volonté d'exprimer une insatisfaction à l'égard de l'immigration, notamment intra-européenne (Pologne principalement). Dans quelle mesure l'accord trouvé entre l'UE et le Royaume Uni pour le règlement du Brexit peut-il correspondre à cette demande de la population ? 

Bruno Bernard : Pour rendre du compte de l’impact de l’immigration en provenance d’autres pays de l’Union européenne il faut prendre conscience du nombre de personnes qui sont venues au Royaume-Uni dès 2004 au moment de l’élargissement de l’UE à l’est à 8 nouveaux pays (UE8) soit 53 000 personnes, principalement de nationalité polonaise.

En 2007, 112 000 citoyens de ces pays immigrèrent en Grande-Bretagne. Le niveau le plus bas étant enregistré en 2016 avec 48 000 personnes mais avec déjà 67 000 citoyens bulgares et roumains, l’immigration des deux derniers entrants dans l’Union européenne (UE2) semble avoir déjà pris le relais.

En 2015, il y avait 1,4 millions de citoyens des pays UE8 résidant au Royaume-Uni dont 813 000 polonais.

En 2017, l’Office for National Statistics a estimé à 2,38 millions le nombre d’employés issus de pays de l’Union européenne travaillant en Grande-Bretagne, 1,3 million viennent toujours des pays UE8 et déjà 347 000 sont issus de Bulgarie et de Roumanie.

En dépit du choix du Brexit, le pays conserve son attractivité économique aux yeux de nombreux européens, même si le solde migratoire britannique est actuellement le plus bas depuis 3 ans avec 246 000 personnes.

L’accord trouvé entre le gouvernement de Theresa May et la Commission européenne ne dit rien de spécifique sur un éventuel contrôle de l’immigration mais garantit le droit aux citoyens des pays membres de l’Union en Grande-Bretagne et aux citoyens britanniques installés dans les autres pays de l’UE le droit de rester.

En résumé aucune révélation, ni aucune réelle avancée sur le sujet particulier de l’immigration mais une constatation du statu quo qui semble satisfaire tout le monde sauf peut-être ceux qui en avaient fait la raison numéro 1 pour voter en faveur du Brexit. A signaler toutefois qu’aucun « Brexiteer » n’a condamné l’accord obtenu par Theresa May ce qui semble signifier qu’aucune ligne rouge n’a été franchie non plus.

  1. Quels sont les points spécifiques de l'accord qui pourraient poser le plus de rejet de la part de la population pro-Brexit ? 

L’accord permettant aux négociations du Brexit de se poursuivre n’avait pas pour but de régler la question de l’immigration d’Europe de l’Est au Royaume-Uni mais il ne devait pas l’encourager non plus. Ainsi est-il utile de rappeler que Theresa May alors ministre de l’Intérieur était en charge de réaliser l’engagement, très critiqué alors, de David Cameron en 2010 de ramener le solde migratoire à moins de 100 000 personnes par an. Elle a également pris cet engagement lors de la campagne de 2017. Elle a donc un positionnement plutôt ferme sur la question même si ses résultats ne plaident pas pour elle.

Cet accord existe pour garantir aux citoyens des deux parties déjà installés le droit de rester où ils sont. Cela peut irriter certains partisans du Brexit qui attachaient beaucoup d’importance à faire cesser le flux de main d’œuvre pas chère récemment issus de Bulgarie et de Roumanie et précédemment de Pologne ou de Lituanie mais ce n’était ni le moment ni le bon vecteur pour réclamer un durcissement des règles migratoires. S’il y a des doutes sur l’accord, ils portent plus sur la partie relative à la future frontière entre l’Irlande et le Royaume-Uni qui semble indiquer que si ce dernier quittera bien le marché unique, la frontière entre les deux pays restera « ouverte ». Il faudra du temps pour bien saisir les subtilités d’un texte qui demeure plutôt vague, à dessein, afin de le rendre le moins contraignant possible et prescripteur pour l’avenir. Ainsi la future relation entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne sera « unique et spéciale », difficile de faire moins explicite.

Cet accord existe pour permettre aux parties négociantes d’avancer et d’éviter l’enlisement qui menaçait et ainsi d’attaquer enfin les discussions intéressent réellement le gouvernement britannique : les discussions commerciales.

  1. Quels sont les risques politiques liés à une telle situation ? Quelles sont encore les forces politiques exprimant cette volonté de lutte contre l'immigration, et quelles seront les conséquences de l'accord trouvé sur leur positionnement ? 

Avec cet accord le gouvernement britannique s’est acheté quelques jours de paix et la Commission européenne a pu montrer son art dans le maniement de la carotte et du bâton mais aussi sa capacité à savoir ne pas aller trop loin dans l’intransigeance et la punition du pays sortant.

Cet accord a également révélé l’incroyable pouvoir politique dont dispose le DUP nord-irlandais (parti unioniste) dans la majorité parlementaire incroyablement ténue de Theresa May. Dans la même semaine, ses dirigeants ont montré qu’ils pouvaient soit torpiller un accord avec l’Union européenne soit lui donner corps et ainsi assurer la survie politique du Premier ministre britannique.

Politiquement cet accord a, à nouveau, révélé, l’absence de plan B chez les conservateurs britanniques, qu’ils soient pro ou anti Brexit, pour remplacer Theresa May et c’est certainement la meilleure garantie de survie du gouvernement de cette dernière. Après elle ce serait le chaos ou pire, Jeremy Corbyn.

Le vote pour le Brexit fut la combinaison de la rencontre de trois groupes d’électeurs : la classe moyenne supérieure eurosceptique, la classe ouvrière âgée et les plus pauvres qui, confrontés à la réalité de l’immigration de masse, en font leur préoccupation numéro un. Ces derniers ne votaient plus jusqu’au Brexit mais certains sont déjà retournés à l’abstention, n’ayant plus, paradoxalement, de véritable représentation avec la perte de substance du parti UKIP depuis la victoire du Brexit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 09/12/2017 - 20:05
En tt état de cause
S'il en est un pour qui c'est une mauvaise nouvelle c'est notre JMS qui n'avait cessé de délirer sur le RU qui s'enfonçait dans les eaux pendant que les anglais demandaient pardon à genoux à Juncker! A noter que la note sera de 40 MM quand l'UE voulait 100 MM !!Des gens bien élevés fermeraient leur gueule pour quelque temps au moins..pas Sylvestre! c'est ce qui fait le charme des canards sans tête! ils ne voient rien mais mettent leurs plumes partout !
Deudeuche
- 09/12/2017 - 14:37
@vangog
Yep!
vangog
- 09/12/2017 - 13:39
Il n’a pas l’air d’avoir compris grand-chose
aux motivations des brexiteurs, le conseiller de la mairie UMP-UDI du 9eme arrondissement! Donc, on ré explique: les principales motivation des Brexiteurs étaient de se désolidariser des politiques immigrationnistes de la CEDH-CJUE, incarnées dans la passoire Schengen, ce qui a été fait, dès le lendemain du Brexit. Ainsi, les Anglais retrouvent le droit de choisir qui doit rester et qui doit partir d’Angleterre...aucune raison d’expulser qui que ce soit, à moins qu’il ne soit un terroriste potentiel (ce que ne permettait pas l’UE), et aucune raison de rétablir des frontières physiques avec l’Irlande! Quand au reste, le marché libre, les anglais n’ont pas un intérêt énorme à ce qu’il change...avec cet accord, les Anglais gagnent sur tous les plans...