En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Surlygirl
Ecole
Alerte sur le niveau de lecture des petits Français : la faute à qui ? À nous tous (oui, vous aussi)
Publié le 06 décembre 2017
Les compétences en lecture des petits Français ne cesse de régresser. Oui l'école est en partie responsable. Mais elle n'est pas la seule...
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les compétences en lecture des petits Français ne cesse de régresser. Oui l'école est en partie responsable. Mais elle n'est pas la seule...

A l'école...

Que l'école balaie devant sa porte, si elle n'a pas tous les torts, elle en a quelques-uns. Elle lit et fait lire moins et moins longtemps. Le temps consacré aux apprentissages des bases du français a diminué drastiquement et un certain nombre de règles de français ne font plus l'objet d'apprentissages systématiques. A partir du CP, la lecture c'est comme le sport, plus on lit et mieux on lit, plus on systématise, avec des apprentissages par cœur, plus la lecture devient une habitude, un réflexe, quelque chose qui ne passe plus par le décryptage ânonné et laborieux entendu chez une majorité d'élèves de fin de CP, quand on en est là. Mais également, l'apprentissage de la langue passe par l'écrit, décrété rébarbatif et souvent délaissé, voire abandonné, au profit de cette chose supposée magique qu'est le clavier. Détrompons nous, tracer, c'est s'approprier, reconnaître, engranger, structurer et mettre en application ces règles devenues non ou peu apprises. Cette perte de sens et d'exigence ne date pas d'hier, elle a lentement fait son nid depuis une vingtaine d'années et plus même, mais les résultats tangibles sont là.

 

Ces élèves de CM1 d'aujourd'hui, testés en berne, sont les élèves de CP de Vincent Peillon, Benoît Hamon et Najat Vallaud-Belkacem, plus préoccupés de temps scolaires, avec une réforme en quatre jours et demi sur laquelle tout le monde sera revenu à la rentrée 2018. Du tripatouillage pour rien donc. Plus préoccupés aussi de grandes causes sociales : la lutte contre l'homophobie dès le CP, par exemple, si ce n'était pas si grave, on en rirait. Mais aussi la nutrition, le tri sélectif des déchets, le secourisme, le brevet de piéton, qui n'ont rien à faire à l'école, laquelle alterne les sensibilisations à une alimentation saine et la fête des anniversaires en classe avec des sodas, des gâteaux et des bonbons, on n'en est plus à une contradiction près. Plus préoccupés encore, de politique, avec la théorie du genre qui a fait couler beaucoup d'encre, l'accompagnement des sorties scolaires par des femmes voilées, les tentatives sans cesse alambiquées pour obliger les parents à une mixité ethnique à laquelle ils se refusent. Sur ces trois volets, l'école a laissé entrer en son sein des conflits et des préoccupations qui n'ont rien à faire dans les cartables, perdu beaucoup de temps et surtout perdu de vue ses missions principales. Mais le terrain était déjà bien prêt pour ces trois ministres dont on ne gardera pas un grand souvenir.

 

Chez les parents...

 

Il se passe aussi une petite révolution dans les familles, avec cette lecture qui n'est plus l'apanage d'un grand nombre de parents d'élèves de CP, de la génération des 25/35 ans, bien ancrée dans les pratiques modernes et autant postée devant les écrans que ses enfants, dès le plus jeune âge. Parents trentenaires comme enfants de six ans disposent de quatre à cinq écrans différents devant lesquels ils passent trois, quatre ou cinq heures par jour. Les enfants ne lisent plus beaucoup de manière spontanée, le peu qu'ils lisent, c'est encore à l'école et ils ne voient pas non plus leurs parents lire. Ne blâmons personne, la responsabilité entière se dilue dans le progrès technologique et l'utilisation imprévisible et immodérée parfois, que les personnes peuvent en avoir. Cela se fait au détriment de l'école qui demande une attitude active et un intéressement, une forme de volontarisme que ne nécessite pas le média à écran qui se satisfait d'une posture passive, voire captive.

 

Mais ne nous trompons pas, la lecture aussi nécessite justement cette attitude active, cette posture engagée après laquelle courent désormais quasiment tous les professeurs, tout le contraire de la passivité de mise devant les écrans. La posture n'est pas là, du moins, elle l'est chez très peu d'élèves, empiriquement, je dirais, un quart d'entre-eux. Cela vient du positionnement dans des familles horizontales, c'est à dire que les places respectives des parents et des enfants n'existent plus. On est à l'image de ces dessins d'enfants, plus ou moins toujours les mêmes. Les personnages y sont représentés en ribambelles, tous de la même taille et avec les mêmes caractéristiques, ceux qui savent, les parents, n'ont rien de plus. Illustrations fréquentes d'un malaise gradué dans lequel l'enfant est roi ou livré à lui même avec les technologies modernes en libre service. Contexte dans lequel l'accession au savoir ne représente symboliquement aucune plus-value pour un enfant déjà comblé, voire même blasé. Dans le pire des cas, apprendre représente même le risque de ne pas rester l'enfant préféré autour de qui tout va tourner, grandir signifiant alors perdre, son rôle d'enfant adulé. Ceci est toujours gradué, plus ou moins affirmé à l'école, mais se traduit globalement par une réticence à apprendre, un désintérêt, une apathie, ou même un refus. En moyenne, on a cette impression de rythme cahin-caha dans les apprentissages avec des enfants peu concentrés, bavards et aux attentions fugaces. Ils n'ont pas pour habitudes d'écouter les adultes, ces sont les adultes qui les écoutent habituellement. Jean-Paul Brighelli a dit cela à sa manière, du genre : parfois, à trop écouter les élèves, ce sont les profs qu'on n'entend plus.

 

Et ce qui fâche...

 

Enfin, il faut, pour comprendre ces statistiques PIRLS se remettre en tête que ce sont des chiffres moyens et Luc Ferry, également ancien ministre de l’Éducation nationale, n'a pas hésité, voici quelques dizaines de jours, à jeter son gros pavé dans la mare. "Si on supprimait les 15% de quartiers pourris qu'il y a en France, nous serions classés numéro 1 dans Pisa !", a t-il expliqué abruptement sur BFM-TV. Oui, Monsieur Ferry, c'est un peu raide, mais il y a du vrai. La journaliste Apolline de Malherbe lui réplique alors, « Quand il y a 98 nationalités dans un collège, c'est une richesse ». Non, Madame de Malherbe, ce n'est pas une richesse au sens dogmatique ou l'entend la bien-pensance, même si ça pourrait éventuellement le devenir. Du moins, on peut en rêver. Ces 98 nationalités, puisque c'est l'exemple retenu, représentent en premier lieu une difficulté, pour apprendre le français, pour obtenir de bonnes postures préalables aux apprentissages, pour repousser dehors des conflits extérieurs qui s'invitent à l'école, comme le conflit israélo-arabe, le conflit turco-kurde et bien d'autres. Plus globalement, dans ces quartiers souvent peu francophones, désignés comme « pourris » par Luc Ferry, il faudrait effectivement changer de cap, se soucier un peu moins, voire pas du tout, du respect de la culture et du racisme et un peu plus de règles scolaires, républicaines et d'apprentissages, à condition toutefois que les parents et leurs enfants adhèrent un minimum à ce qu'on leur propose et en cela, on rejoint cette idée que l'on ne peut apprendre la langue française contre son gré, que la raison en soit culturelle ou due à la profusion d'écrans et de biens matériels. Ceci dit, même si Luc Ferry a raison, certains quartiers font baisser la moyenne, ils ne sont pas responsables de toute la baisse.

 

A l'autre extrémité, d'autres font remonter la moyenne : 15 à 25 % de très bons élèves et de familles très porteuses. Ce sont ceux qui lisent, écrivent aussi et qui lisent même très bien, à la fois les livres et les écrans, qui ont des nouvelles technologies une utilisation active, une vision internationalisée et un avenir entre les mains. Le vrai échec se situe là, doublement, dans cette incapacité à maintenir la classe moyenne à son niveau d'antan et dans cette autre incapacité à transformer les apports extérieurs en Français instruits. Et de la même manière qu'elle n'est pas responsable seule du fiasco, l'école ne peut toute seule inverser cette tendance devenue très lourde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 07/12/2017 - 16:58
La faute à nous tous? Il ne
La faute à nous tous? Il ne faudrait quand même pas exagérer. On peut quand même se désolidariser d'un système semblant être soigneusement organisé pour faire des petits français de parfaits abrutis..
lasenorita
- 07/12/2017 - 14:21
Autrefois...
Autrefois, nous obtenions de meilleurs résultats en orthographe! Les bacheliers ne faisaient pas de fautes d'orthographe! Peut-être que les enseignants et les élèves attachaient plus d'importance à la ''langue française'' qu'actuellement.... ainsi mes sœurs,qui ont quitté l'école à l'âge de 14 ans, avec le Certificat d'Etudes, à Alger, ne font pas de fautes d'orthographe....pour obtenir ce Certificat d'Etudes il ne fallait pas avoir zéro dans une matière, or si on faisait 5 fautes en orthographe, c'était éliminatoire: on comptait la ponctuation (un quart de faute),les fautes ''d'usage''(une demi-faute),les fautes de grammaire (une faute entière):c'était au temps de ''l'Algérie française'' et les musulmans, également, parlaient et écrivaient correctement ''le français''...
pale rider
- 07/12/2017 - 08:29
Ma faute , oh non ! Mes enfants lisent et écrivent tres bien
Mais à quel prix ! 20 ans à les suivre , les encourager au quotidien et sans relâche. Une lutte contre l'éducation nationale pieds à pieds car cette dernière prêchait la lecture globale qui a failli emporter à tout jamais ma cadette. Une éducation nationale souvent servie par des larbins serviles, lâches, incultes qui servent l'ogre œillères bien fermées , oreilles bien bouchées et divulguent à l'envie l’idéologie gauchisante, malheur aux déviants ! Parfois dans ce parcours à travers les ruines fleurit un enseignant résistant, quel bonheur alors ! C'est tellement rare mais il faut les saluer, ils existent , nombreux . Le mammouth est presque mort , enfin ! Faisons en sorte que ces nombreux courageux prennent le relais