En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 49 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 26 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 38 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 38 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 30 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 30 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 30 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 7 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 34 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Du rififi au Medef : les patrons cherchent la solution miracle pour installer Jean-Dominique Senard à la place de Pierre Gattaz

Publié le 05 décembre 2017
Les élections pour désigner le prochain président du Medef devraient permettre au patron de Michelin de remplacer Pierre Gattaz. Sauf que les statuts ne le permettent pas. Ridicule.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les élections pour désigner le prochain président du Medef devraient permettre au patron de Michelin de remplacer Pierre Gattaz. Sauf que les statuts ne le permettent pas. Ridicule.

Les élections à la présidence du Medef ont toujours donné lieu à une campagne électorale disons assez compliquée. On a oublié, mais la précédente élection qui avait obligé Laurence Parisot à quitter ses fonctions, avait été d’une violence inouïe. La bagarre qui démarre aujourd’hui est beaucoup plus polissée. 

La première question est de savoir pourquoi ce type d’élections paraît aussi importantes aux élites parisiennes.  Tout simplement parce que le président occupe un poste de pouvoir avec tous les signes extérieurs du pouvoir et que la lutte pour le pouvoir est dans l’ADN des organisations sociales. Cette affaire d’ego n’est pas essentielle. 

Le plus important est que dans l’organisation du système socio-économique français, le Medef occupe une place très importante puisqu’il cogère le modèle social avec l’Etat et ses syndicats de salariés. Or, nous entrons dans une phase de réforme et de modernisation du système paritaire dans toutes ses composantes, l’assurance chômage, l’assurance maladie et la retraite. 

Ajoutons à cela que le président du Medef a aussi un rôle de pédagogie sur les grandes mutations qui s’imposent avec l‘obligation d’embarquer le plus grand nombre dans la modernité. C’est donc l’interlocuteur obligé de l‘Etat et des syndicats au niveau national et international. Il doit avoir une vision, et une force de conviction pour la faire accepter. Pas facile tous les jours. D’autant que le Medef est une organisation qui regroupe des entreprises les plus diverses par la taille, le métier ou les perspectives. Des unités de production qui ont parfois des intérêts contradictoires. Difficile de faire cohabiter sur une ligne cohérente, la grande distribution, la banque et les industriels. Difficile pour parler d’une même voix aux entreprises du Cac 40, aux entreprises familiales et aux petites PME. 

Donc, le président du Medef doit faire la synthèse entre toutes ces composantes. Son élection donne lieu à un débat qui est tout à fait normal. 

La situation actuelle est particulièrement cocasse. Il existe au sein du patronat un chef d’entreprise qui paraît réunir à peu près toutes les qualités. C’est Jean-Dominique Senard. Le président de Michelin, l'une des entreprises industrielles françaises parmi les plus connues et les plus présentes dans le monde.  C’est sans doute un des plus performants à un moment où l’industrie française est en pleine transformation, pour assumer et la mondialisation et le digital. Ce candidat est en mesure de gagner contre la plupart des autres possibles qui sont aussi plein de qualités, mais sans doute plus fragiles et n’ayant pas le parcours international de Senard. 

Son problème est qu’il aura 65 ans le 7 mars prochain c’est à dire avant l’élection et que les statuts du Medef stipulent que les présidents du Medef doivent entrer en fonction avant 65 ans. A priori donc, c’est mort. C’est mort mais c’est une situation ridicule. On a un candidat qui est respecté par presque la totalité des composantes du Medef, et on s’aperçoit à la veille de monter l’escalier que juridiquement l’escalier est fermé. C’est ridicule de voir le Medef qui s’est fait le champion de l’allongement de la vie professionnelle, et qui demande à tous de retarder le départ à la retraite, de se retrouver bloqué ainsi par une disposition qu’il combat chez les autres mais qu‘il s’impose à lui même.  C’est ridicule parce que cette disposition est utilisée par beaucoup pour alimenter une campagne de dénigrement des uns et des autres.  C’est ridicule aussi parce que ça ternit l’image d’un Medef qui s’est quand même beaucoup améliorée sous la présidence de Pierre Gattaz. 

Alors face à cet imbroglio, le comité exécutif doit trouver une solution mais il aura du mal à échapper au procès de tripatouillage et de combles de pouvoirs. A priori, le comité exécutif qui a commencé hier à travailler à quatre solutions. 

La première, c’est d’appliquer les statuts, ce qui évince de fait Jean Dominique Senard. Dans ce cas, le mouvement patronal se choisira un président entre les quelques personnalités qui vont se porter candidats comme Alexandre Soubot, Geoffroy Roux de Bézieux ou Thibault Lanxade. Personnalités intéressantes mais qui ne portent pas encore une parole audible par tous. 

Pierre Gattaz ne peut même pas se représenter puisqu’il a lui même fait changer les statuts pour empêcher les renouvellements. 

La deuxième solution serait de s’affranchir de cette limite d’âge. Evidemment et on s’étonne que le Medef ne l’ait pas fait avant. Parce que ça risque d’être très compliqué. Il faut changer les statuts, il faut donc que le comite exécutif et le propose en assemblée générale. C’est compliqué à faire en trois mois. 

La troisième solution serait que Pierre Gattaz démissionne avant et organise des élections anticipées de façon à permettre à Senard de passer avant sa date d’anniversaire. Une belle polémique en perspective, qui fait combine et difficile à accepter. Pierre Gattaz la refusera. 

La quatrième solution, la plus probable, serait de s’inspirer des élections américaines. Le Medef organiserait les élections avant que Jean-Dominique Senard fête ses 65 ans en mars, mais entrerait effectivement en fonction à la fin du mandat de Pierre Gattaz qui irait donc au bout de son mandat en juillet 2018. Pendant quelques mois, comme aux Etats-Unis, on aurait au Medef deux présidents (un sortant et un entrant) qui cohabiteraient. 

Les statuts seraient respectés et la majorité des patrons qui pensent que Senard est l’homme qui leur faut pour les représenter seraient satisfaits. 

L’équilibre entre les nécessités du pragmatisme, les ambitions personnelles et le respect des règles juridiques est quand même compliqué à respecter.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 05/12/2017 - 15:27
Présidence du Medef, métier en soi.
La fonction de président du MEDEF est une fonction à plein temps qui est très différente de celle de chef d'entreprise C'est une fonction très politique qui était assumée autrefois par de très "hauts fonctionnaires" patronaux comme Ceyrac ou Huvelin. On a voulu les remplacer par des chefs d'entreprises ayant plus de légitimité syndicale mais, en réalité, cela ne marche pas, en tout cas dans le contexte français. Il est vrai que Senard semble avoir plus l'envergure et le style de ses très anciens prédécesseurs.
Atlante13
- 05/12/2017 - 11:05
Suite, désolé...
de maladie, ou d'allergie macronesque, je suis certain qu'ils pourraient trouver une bonne formulation. Ils pourraient même le nommer à l'Observatoire de la langue française, spécialement créé par notre soi-disant républicain Valls pour recaser l'ami cégétiste Le Paon? Les autres iBidules étant déjà occupés pas Cherche et Thibaud.
Atlante13
- 05/12/2017 - 11:00
"Amélioré sous la présidence de Gattaz"?
Ah bon, désolé mais on n'avait pas remarqué, on croyait seulement qu'il faisai≈t partie de cabinet Hollande. C'est vrai aussi que pour remplacer la Parisot, soutien de campagne pour Hollande, ça convenait très bien. On pourrait peut-être suggérer à mr Gattaz de démissionner, pour raison, que sais-je, de ma