En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 2 heures 44 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 5 heures 26 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 8 heures 53 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 5 heures 6 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 6 heures 12 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 8 heures 43 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 9 heures 5 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 13 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
Phoenix

Le clivage droite gauche n’est pas mort, il se porte même très bien, merci

Publié le 02 décembre 2017
Dans un billet publié par BVA, Bruno Cautrès explique pourquoi il est illusoire de penser que la séquence ouverte avec l’élection d’Emmanuel Macron a refermé la page des clivages politiques et des conflits de valeurs et d’intérêts économiques.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un billet publié par BVA, Bruno Cautrès explique pourquoi il est illusoire de penser que la séquence ouverte avec l’élection d’Emmanuel Macron a refermé la page des clivages politiques et des conflits de valeurs et d’intérêts économiques.

Plusieurs événements très récents de la vie politique permettent de revenir sur la question des dimensions de notre espace politique et certaines de ses évolutions en cours : la fragmentation et l’éparpillement de la droite, le choix par d’anciens membres de LR de rejoindre La République en Marche ! et l’entrée au gouvernement d’un député PS (qui venait à peine de voter contre le budget du gouvernement).

Deux explications sont possibles : une explication optimiste et une explication pessimiste. L’explication pessimiste va tendre à mettre ces événements sur le compte de la nature de l’homme politique, un drôle d’être qui chercherait avant tout à détenir des rôles ou des postes. Cette explication est sans doute trop sombre et simplificatrice. L’explication optimiste va mettre en valeur la période exceptionnelle que nous vivons, la libération des énergies et des talents qui étaient bridés dans les structures de « l’ancien monde ».

Cette explication est peut-être légèrement trop belle pour être totalement vraie. On doit sans doute considérer que les deux types d’explications se combinent : dans une période exceptionnelle, les acteurs politiques, même s’ils restent des acteurs stratégiques, des « maximisateurs » de leurs avantages, sont disponibles pour se laisser surprendre par l’aspiration à participer au grand mouvement. 

Au-delà de ces deux types d’explications, pour lesquelles chacun dosera à sa manière le côté optimiste ou pessimiste, un élément fondamental peut être retenu : pour que des personnalités politiques quittent leurs familles politiques d’origine ou rejoignent un gouvernement ou une tendance politique qu’ils combattaient avant, encore faut-il que les cloisonnements de l’espace politique soient devenus suffisamment souples et fluides pour le permettre. 

La période actuelle ressemble en effet à un vaste chantier sur le terrain duquel s’affrontent des équipes animées des intentions les plus diverses ; mais toutes parlent néanmoins une langue commune, celle de la construction/déconstruction. On ne compte plus ceux qui veulent construire, reconstruire, réparer, refonder, autant de verbes que l’on emploie après une destruction ou un dynamitage.

On pourrait néanmoins distinguer deux grandes familles de ces équipes sur le chantier : les « déconstructeurs » qui veulent décloisonner, abattre des murs, créer de nouveaux volumes, repousser les murs, ouvrir des fenêtres ; les « préservateurs », qui veulent sauver le patrimoine d’un monde politique à l’architecture vacillante, tentent de sauver ses fondations en « bétonnant » sur ses pierres fondamentales, veulent retrouver le plan de départ et le dessein originel. 

 

Ces différents projets et visions rencontrent un problème technique de base : l’espace de la politique n’est en effet pas un espace vide.

La place que les « déconstructeurs » veulent investir ou celle que les « préservateurs » veulent sauvegarder est structurée par des cloisons que l’on nomme les clivages politiques.

Le plus ancien est celui qui oppose la gauche et la droite, cette dimension qui oppose les deux pôles de la justice sociale d’un côté et du libéralisme économique de l’autre.

Depuis une trentaine d’années est apparue une seconde cloison: la montée des valeurs du libéralisme culturel, de la tolérance en matière d’évolutions sociétales, qui s’est progressivement affirmée en une polarité qui oppose les valeurs de l’ouverture au monde à celles du repli ou de la demande de protection au sein des frontières nationales. 

Ce second clivage a eu des effets majeurs sur le contenu du premier : la gauche s’est fortement associée aux valeurs de la tolérance culturelle mais elle est traversée de fortes tensions sur la question économique tandis que la droite a vu s’affirmer de fortes tensions internes sur la question identitaire et nationale tout en restant assez unie sur l’économie. 

De tout ce chantier que va-t-il ressortir ? Il ne fait pas de doutes que les cloisons et les murs de notre espace politique vont perdurer même si le plan d’ensemble ne sera plus le même.

Des frontières et des limites entre des gauches et des droites d’un nouveau type vont s’affirmer. Notre vie politique ne deviendra pas un grand « open space », sans clivages, sans conflits d’interprétation sur ce qui est juste ou injuste dans la répartition des places et des richesses.  

Il serait tout à fait illusoire de penser que la séquence ouverte avec l’élection d’Emmanuel Macron a refermé la page des clivages politiques et des conflits de valeurs et d’intérêts économiques entre des groupes de citoyens.

Le renouveau des acteurs et des pratiques de la vie politique va donner naissance à de nouveaux talents qui vont progressivement donner du sens à ces nouveaux clivages politiques.

L’éternel Phœnix du clivage gauche-droite n’en a pas fini avec nous. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 03/12/2017 - 11:18
oui
Est ce quelqu'un a compris ce dont l'auteur voulait parler?