En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 8 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 9 heures 13 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 12 heures 47 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 13 heures 44 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 19 heures 9 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 8 heures 34 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 9 heures 43 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 12 heures 53 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 19 heures 10 min
Vieille école

Hollande et son vrai handicap : la gauche orpheline d'un modèle pour penser le monde actuel

Publié le 03 avril 2012
François Hollande continue de se revendiquer social-démocrate. Mais avec la crise économique, ce modèle semble à bout de souffle, tandis que la gauche traditionnelle de Jean-Luc Mélenchon inspire une partie des électeurs.
Christophe Prochasson est historien et directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).Derniers ouvrages parus : L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée (Demopolis, 2008), 14-18. Retours d’ expérience  (Tallandier...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Prochasson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Prochasson est historien et directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).Derniers ouvrages parus : L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée (Demopolis, 2008), 14-18. Retours d’ expérience  (Tallandier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande continue de se revendiquer social-démocrate. Mais avec la crise économique, ce modèle semble à bout de souffle, tandis que la gauche traditionnelle de Jean-Luc Mélenchon inspire une partie des électeurs.

Atlantico : Le modèle social-démocrate, dont se revendique François Hollande, repose sur un équilibre entre l’acceptation du capitalisme et la redistribution des ressources. Mais en pleine crise économique, l’Etat providence a-t-il encore quelque chose à redistribuer ?

Christophe Prochasson : Il est clair que le modèle social-démocrate tel qu’il s’est définit après la Seconde guerre mondiale est aujourd’hui périmé dans une large mesure. La crise participe largement à ce constat, qui s’inscrit tout de même dans une tendance qui se dessine depuis les années 1980. La social-démocratie est née dans des circonstances historiques très particulières reposant sur la reconstruction de l’Europe.

Il faut rappeler que ce modèle n’a jamais été celui de la gauche française. Le modèle social-démocrate s’appuyait sur un réformisme de classe, une intégration de la politique et du monde syndical. C’est ce qui existait dans d’autres pays européens, comme le travaillisme britannique ou la social-démocratie allemande. En France, la tradition politique de gauche a longtemps été dominée par une critique radicale du capitalisme et un discours reposant sur le changement de régime économique dominée par une forte inspiration révolutionnaire.

Je pense que François Hollande vise autre chose lorsqu’il parle de social-démocratie. Mais il en parle assez peu. Il y a quelques années, lorsqu’il était Premier secrétaire du Parti socialiste, il n’évoquait pas ce terme car il sentait déjà que ce modèle était sur sa fin. Il évoquait plutôt l’idée de réformisme de gauche.

François Hollande n’est pourtant pas dans la remise en cause de l’économie de marché et défend des notions de justice sociale. Ces références s’approchent malgré tout de la social-démocratie. Ces repères ont-ils un avenir dans le contexte économique actuel ?

C’est vrai, François Hollande ne remet pas en cause l’économie de marché. D’une certaine façon, je pense que c’est même plus que cela : il ne remet pas en cause le capitalisme comme mode de production des richesses. D’ailleurs, qui le remet véritablement en cause en France à part une extrême minorité qui se place à l’extrême gauche de l’extrême gauche ? Même Jean-Luc Mélenchon, malgré l’agitation de son drapeau rouge, ne condamne pas le capitalisme. La raison en est simple : nous sommes dans une conjoncture historique dans laquelle il n’y a pas d’alternative au capitalisme. A part la Corée du Nord et la Chine, qui réussit le tour de force d’être à la fois capitaliste et communiste. Le capitalisme constitue aujourd’hui le seul horizon historique à échelle humaine.

François Hollande ne se situe pas du tout dans la recherche d’un renouvellement des fondements de la social-démocratie. Il y a eu des tentatives dans ce sens en Grande-Bretagne : c’est ce que Tony Blair a appelé le New Labour qu’il a construit avec des théoriciens tels qu'Anthony Giddens. Il y a eu des mobilisations aussi en Suède. Mais tout cela n’est plus d’actualité. Je pense qu’il y a pourtant toujours un espace libre de réflexion pour répondre à des angoisses, des incertitudes, des injustices, toutes les failles à la solidarité nationale. Le candidat socialiste creuse dans ces directions sans que cela veuille dire qu’il ait la réponse.

Les forces d’opposition, aujourd’hui, cherchent à réfléchir à des formes d’organisation différentes qui répondent à des maux sociaux et économiques. Cela ne remet pas pour autant en cause le capitalisme. C’est non seulement légitime mais tout à fait sage. Reste que cela brouille ostensiblement l’ancien clivage qui avait permis la définition de ce que sont la droite et la gauche.

 

Mais une redistribution est-elle possible au vu de la situation actuelle ?

Il existe un profond sentiment d’injustice à ce sujet. Il est d’ailleurs curieux que Nicolas Sarkozy, qui d’habitude sent bien les choses dans la société française et sait comment les exploiter à son profit, ne sente pas cela. Ce sentiment est ancré dans les différents électorats et dans les classes sociales qui se tenaient habituellement à l’écart de ce type de motivations - ce que l’on appelle les classes moyennes, même si cela va à mon sens au-delà - est touché par ce type de problématiques. Les difficultés pour les jeunes diplômés de trouver du travail, les écarts de salaires dans le monde de l’entreprise, étaient autrefois acceptés du fait d’amortisseurs qui étaient autant de protections. Aujourd’hui, ces protections s’affaiblissent et rendent de fait les inégalités sociales beaucoup moins tolérables.

Il y a une aspiration qui va dans ce sens. Que les gens croient ou pas à l’existence d’une solution, ils n’acceptent plus cette situation. Quel que soit le vainqueur de l’élection, il faudra apporter une solution.

Jean-Luc Mélenchon parvient-il à répondre à ce sentiment d’injustice ressenti par un nombre croissant de Français plus que François Hollande ?

Je ne crois pas. Jean-Luc Mélenchon propose de vieilles réponses qui s’enracinent dans une mythologie qui a fait vivre la gauche pendant très longtemps. Il se repose surtout sur des réponses venues d’en haut : l’Etat. Les adhésions que trainent Jean-Luc Mélenchon, aux alentours de 15%, sont proches de ce qu’a toujours représenté le reliquat de la gauche révolutionnaire : communistes et extrême gauche. Ces tendances ont obtenu à peu près 14% sur les élections de 1995 et 2002, c’est cohérent.

Jean-Luc Mélenchon grapille peut-être 1 ou 2 points de plus du fait de l’aspect extraordinaire de sa campagne. Mais je ne crois pas que les électeurs croient en Jean-Luc Mélenchon. Ils cherchent dans ce personnage un tonus supplémentaire à apporter à la politique de François Hollande. A l’ère du numérique, Jean-Luc Mélenchon parvient à raviver le souvenir de Georges Marchais en défendant l’idée d’un passé qui était meilleur. Il joue sur la nostalgie importante au sein de la gauche française. Mais il ne s’agit pas, à mon sens d’un vote d’adhésion à ses propositions politiques.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 04/04/2012 - 18:24
La Gauche aurait pu être une alternative constructive
si elle n'avait basé tout son programme sur l'anti Sarkosysme primaire, démontrant, par là même, l’inanité de ses propositions. Et pourtant il y avait du travail sur la planche car la crise ne laissera pas de répit au prochain président. Mais l’archaïsme et l'incongruité des propositions de Mélenchon, Joly et Flamby, comme l'absurdité de leurs alliances fait courir un grave danger à la France.
Aimable
- 04/04/2012 - 09:47
L'obscurantisme de gauche
La gauche préserve de toute destruction le marbre dans lequel est gravé depuis des lustres son modèle économique antidéluvien ...
marc auréle
- 03/04/2012 - 16:40
d'accord avec emcé
il manque l'analyse du sentiment inverse (trés répandu également) :l'exaspération devant le MANQUE d'inégalités entre celui qui mérite et celui qui ne mérite pas , une fois que la niveleuse égalitariste de gôôche est passée par là.
Doit on rappeler qu'égalité et justice ne sont pas EVIDEMMENT synonymes?
Chacun doit avoir ce qu'il mérite , et pas forcément la même chose que le voisin.
Les inégalités ne sont choquantes que pour les extrêmes ( genre bonus de traders ou parachutes dorés de patrons du CAC 40 ) . Pour les 99 p. cent de la population non concernés , elles sont plutôt insuffisantes pour matérialiser les différences de compétence et de mérite . Le peu qu'il en demeure est de plus assez souvent réparti en dépit du bon sens ( sur ce point les "partageux " ont raison ) . Assez souvent , mais pas majoritairement , toutefois .