En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Pixabay
Papaoutai

La PMA en l’absence de père, fabrique d’orphelins-nés

Publié le 20 novembre 2017
Célébrée le 20 novembre, la journée internationale des droits de l’enfant commémore chaque année l’anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Illettrisme au collège, taux de suicide record chez les adolescents, maltraitance infantile… la France ne manque pas de défis à relever en matière de protection de l’enfance.Célébrée le 20 novembre, la journée internationale des droits de l’enfant commémore chaque année l’anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Illettrisme au collège, taux de suicide record chez les adolescents, maltraitance infantile… la France ne manque pas de défis à relever en matière de protection de l’enfance.
Ludovine de La Rochère est présidente de La Manif Pour Tous.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ludovine de La Rochère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ludovine de La Rochère est présidente de La Manif Pour Tous.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Célébrée le 20 novembre, la journée internationale des droits de l’enfant commémore chaque année l’anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Illettrisme au collège, taux de suicide record chez les adolescents, maltraitance infantile… la France ne manque pas de défis à relever en matière de protection de l’enfance.Célébrée le 20 novembre, la journée internationale des droits de l’enfant commémore chaque année l’anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Illettrisme au collège, taux de suicide record chez les adolescents, maltraitance infantile… la France ne manque pas de défis à relever en matière de protection de l’enfance.

La force d’une société et sa fierté démocratique tient toujours et partout dans les moyens qu’elle met à défendre les plus faibles. Nous sommes fiers de vivre dans un pays qui agit pour protéger ses enfants contre toutes les formes d’instrumentalisation, de violences ou de privations. Cependant, face aux alertes du Comité des droits de l’enfant , nous encourageons le gouvernement à prendre au sérieux les atteintes persistantes aux droits des enfants. 

Nous sommes d’autant plus préoccupés que le gouvernement, bien que divisé à ce sujet, laisse entendre qu’il serait prêt à rajouter à ces atteintes l’injustice d’être privé délibérément d’un père dès la naissance.

L’ouverture de l’assistance médicale à la procréation aux femmes seules et aux couples de femmes offrirait la possibilité de faire volontairement des enfants orphelins de père… des orphelins-nés. Comme nous l’avions déjà dénoncé au moment de l’ouverture de l’adoption aux couples de même sexe, la PMA sans père piétinerait les droits de l’enfant au profit d’un droit à l’enfant, c’est-à-dire de l’intérêt des adultes. En contradiction avec les exigences formulées par les articles 2, 3 et 7 de la Convention, mais aussi de l’article 29 qui assigne à l’éducation de l’enfant l’exigence du « respect de son identité ». 

C’est bien l’identité de l’enfant qui est menacée parce que la filiation générée par la PMA sans père est une filiation fictive, incapable de satisfaire aux exigences d’une « parenté symbolique » au sens où l’entend la sociologue Nathalie Heinich :

« La parenté symbolique est la possibilité pour l’enfant de se penser à la fois dans une continuité généalogique et dans la différence des sexes, fondatrice de la conscience qu’il a de l’autre »  

L’absence de père crée pour les enfants une absence de repère, qui n’est pas sans occasionner des conséquences psychiques graves. L’association PMAnonyme recense de très nombreux témoignages poignants émanant de personnes qui souffrent de ne pas connaître leur origine, comme celui de Julie :

« Je suis l’enfant d’une femme et d’un petit tube en verre. Je veux savoir qui est l’homme qui m’a engendrée. Quand je suis face au miroir, je ne veux plus jamais me demander de qui me vient mon nez… » 

Face à cette détresse qu’ils comprennent, 77 % des Français considèrent que « l’Etat doit garantir aux enfants nés par PMA le droit d’avoir un père et une mère ». 

Jacques Testard lui-même ne s’y est pas trompé puisque le pionnier de la fécondation in vitro en France a dénoncé ce glissement du biomédical vers l’idéologie du droit à l’enfant, susceptible d’ouvrir une crise éthique gravissime. Il dénonce le fait que des individus demandent aux institutions de leur faire un enfant en laboratoire afin de leur éviter des relations sexuelles qu’ils ne souhaitent pas avoir. Il pointe aussi le risque de pénurie de sperme.  Dans ce contexte, en effet, les femmes infertiles seraient mises en concurrence avec les femmes célibataires et les couples de femmes et la gratuité du don de sperme pourrait être remise en cause. Cette (r)évolution mettrait à mal le principe de non-marchandisation du corps humain, en contradiction avec les valeurs de la République et sa devise : liberté, égalité, fraternité.

Face à cette menace humaine, sociale et éthique, la Journée Internationale des Droits de l’Enfant est l’occasion de rappeler que les enfants ne sont ni des valeurs d’échange, ni seulement l’objet du désir de leurs parents, mais des sujets de droits qu’il nous appartient de protéger du mieux que nous pouvons. C’est notre responsabilité. Elle est belle. Soyons-en dignes.

 

Bruno Dary, membre comité de pilotage de La Manif Pour Tous

Albéric Dumont, vice-président 

Ludovine de La Rochère, Présidente 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Neurohr Alain
- 22/11/2017 - 00:32
Plus grave
L'effondrement de la natalité des Français de souche me paraît un problème infiniment plus grave.
Ganesha
- 21/11/2017 - 18:22
Cloette
Cloette, dans une autre discussion, vous avez déjà reconnu que l'orientation sexuelle de chacun(e) n'est que très superficiellement influencée par celle de ses parents. Si l'on a un minimum de personnalité et de caractère, le ''vernis craquera'' assez rapidemen! !
cloette
- 21/11/2017 - 17:58
il y a les deux
50_50 l'environnement et les gènes, l'environnement pouvant faire muter les gènes d'ailleurs , donc 50% pour les séquelles, mais peut e^tre plus , vous voyez ,je suis large d'esprit .