En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

07.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 22 min 14 sec
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 2 heures 20 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 3 heures 45 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 4 heures 31 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 5 heures 27 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 10 heures 12 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 22 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 34 min 22 sec
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 3 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 9 heures 13 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 10 heures 25 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 6 min
© SAJJAD QAYYUM / AFP
© SAJJAD QAYYUM / AFP
Natalité et espérance de vie

Cette bombe démographique passée inaperçue et qui se cache pourtant au coeur de notre perception de la démographie française

Publié le 20 novembre 2017
Le retour des idées néo-malthusiennes, très populaires dans les années 1980 est loin de faire son grand retour sur la scène internationale. Il serait difficile de parler de contrôle des natalités aux pays occidentaux qui se demandent comment ils vont faire pour payer les retraites.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le retour des idées néo-malthusiennes, très populaires dans les années 1980 est loin de faire son grand retour sur la scène internationale. Il serait difficile de parler de contrôle des natalités aux pays occidentaux qui se demandent comment ils vont faire pour payer les retraites.

Atlantico : Suite à la publication d'un "cri d'alarme pour la planète" soutenu par 15 000 scientifiques, la question de la décroissance démographique, par le biais d'une pression à la baisse de la natalité a pu être évoquée. En quoi une telle perspective, pour l'occident, pourrait-elle aboutir à son propre effacement ? 

Laurent Chalard : La question du surpeuplement de la planète a occupé le devant de la scène internationale entre les années 1960 et les années 1980, du fait d’une croissance démographique mondiale, qui semblait alors exponentielle et paraissait consécutivement beaucoup trop rapide par rapport aux perspectives envisagées de progression des ressources alimentaires de la Terre. C’est l’époque du triomphe des idées néo-malthusiennes, avec l’ouvrage catastrophiste de Paul R. Ehrlich paru en 1968, intitulé la bombe démographique (The Population Bomb en anglais), qui prédisait la famine de masse pour les années 1980. Dans ce contexte, une politique malthusienne de limitation des naissances fut prônée par les organismes internationaux et largement suivie par les pays pauvres (par exemple, la politique de l’enfant unique en Chine). 

Cependant, dans les décennies suivantes, la situation va évoluer. D’un côté, sur le plan alimentaire, la Révolution Verte des années 1970-80 dans les pays du Tiers-Monde conduisit à une très forte augmentation des rendements agricoles, grâce à une meilleure rationalisation de la production, à la mécanisation et à l’apport des engrais. D’un autre côté, sur le plan démographique, une forte décélération de la croissance de la population est constatée dans les années 1980-2000, consécutive d’une diminution quasi généralisée de la natalité. Ces deux évolutions ont contribué à revoir respectivement à la hausse, les ressources alimentaires mobilisables à l’échelle de la planète, et fortement à la baisse, les projections démographiques, éloignant le spectre du surpeuplement, qui va disparaître progressivement des grands enjeux du débat public international. Au début des années 2000, Malthus semblait définitivement échec et mat !

Néanmoins, les choses ont changé ces dernières années. L’émergence d’un nouveau catastrophisme, climatique cette fois-ci, fait ressurgir la peur du surpeuplement, puisque l’augmentation du nombre d’êtres humains est un des facteurs potentiels du réchauffement d’origine anthropique de la planète, dans un contexte de poursuite annoncée de la croissance démographique mondiale dans les prochaines décennies, du fait des effets de vitesse acquise (de jeunes générations pléthoriques alors que les générations âgées demeurent encore relativement peu nombreuses en-dehors des pays occidentaux) et de la progression de l’espérance de vie. 

En conséquence, certains écologistes prônent, de nouveau, l’adoption d’une politique néo-malthusienne, reposant sur une baisse drastique de la natalité partout dans le monde. Or, cette prise de position est problématique, car, en 2017, de nombreux pays, dont la quasi-totalité de ceux occidentaux, mais aussi des Etats d’Asie Orientale, connaissent une dénatalité importante, qui est éventuellement susceptible de menacer leur niveau de développement économique, leur posant des problèmes pour le financement des retraites ou leurs besoins de main d’œuvre... Donc, ce n’est pas en adoptant une idéologie néo-malthusienne en Occident que l’on va pouvoir faire remonter les niveaux de fécondité dans ces pays à des niveaux plus soutenables, c’est-à-dire proches du seuil de remplacement des générations.  

Cette tentation d'un déclin démographique par le biais de la natalité est elle simplement réaliste ? Comment comprendre ces dynamiques ? 

Au premier abord, agir par l’intermédiaire d’une baisse de la natalité pour limiter la croissance démographique planétaire relève du bon sens, en particulier dans les pays où la natalité apparaît encore trop importante (c’est-à-dire essentiellement en Afrique subsaharienne en 2017). Cependant, cette action ne serait pas suffisante pour atteindre l’objectif de réduction du nombre d’êtres humains, car les promoteurs de cette politique oublient un facteur essentiel, qui rend inéluctable, sauf catastrophe planétaire, la poursuite de la croissance démographique. 

En effet, le nombre d’êtres humains augmente de plus en plus pour une raison différente, qui est, tout simplement, la hausse continue de l’espérance de vie (une bonne chose, il convient de le rappeler !), conduisant à faire vivre en même temps sur la Terre de plus en plus de générations. Pour résumer, dans le schéma ancien, une espérance de vie de 25 ans, la planète était peuplée d’une génération de 25 ans. Dans le schéma actuel, une espérance de vie de 75 ans, cela signifie que la terre est peuplée de trois générations de 25 ans, donc nous avons trois fois plus de personnes vivant en même temps uniquement du fait du facteur âge. Or, l’espérance de vie devrait continuer de croître, assurant le maintien d’une croissance démographique mondiale, sauf effondrement de la fécondité planétaire à des niveaux inédits (par exemple, si l’ensemble des terriens adoptaient la fécondité actuelle de la Corée du Sud). D’ailleurs, pour montrer l’influence de ce facteur, les révisions à la hausse des projections de population de l’Afrique subsaharienne sont essentiellement dues à la régression de l’épidémie du SIDA, qui a permis à des pays de (re)gagner en quelques années plusieurs dizaines d’années d’espérance de vie (et donc autant d’habitants futurs) !

A plus long terme, que peut on anticiper des tels enjeux ? Entre une problématique en ciseau, entre progression démographique et limites des ressources ? 

A plus long terme, les perspectives de stabilisation démographique mondiale, qui constituent une sorte d’idéal à atteindre pour certains démographes qui « croient » en la main invisible de la théorie de la transition démographique, apparaissent peu crédibles, dans le sens qu’il n’y a aucune raison qu’un équilibre naturel s’installe, même si les actions conjuguées des pouvoirs publics peuvent tendre à essayer de s’en rapprocher. Dans les faits, deux scénarios d’évolution de la population mondiale sont envisageables pour les prochains siècles. 

Le premier scénario, guère souhaitable mais envisageable, est celui de l’effondrement démographique, faisant suite à l’explosion. L’humanité fatiguée de vivre, n’enfantant plus, pour des raisons principalement psychologiques, mais aussi biologiques (par exemple, une moindre qualité du sperme du fait des pollutions chimiques), finissant par disparaître pour cette raison. La fécondité mondiale passerait largement sous le seuil de remplacement des générations, sans arriver jamais à se redresser. La population diminuerait inexorablement.

Le second scénario, plus crédible à défaut d’être forcément souhaitable, est la poursuite d’une croissance démographique, plus ou moins soutenue, qui conduira tôt au tard, l’humanité à pousser les ressources terrestres jusqu’à ses limites, et l’obligera donc à partir coloniser d’autres planètes. Ce scénario, qui relève de la Science-Fiction aujourd’hui, n’en apparaît pas moins crédible à long terme, d’autant que, comme le martèle l’astrophysicien britannique Stephen Hawking, si l’humanité veut perdurer un certain temps à l’échelle cosmologique, elle sera obligée de quitter la planète Terre, aux ressources limitées et qui sera menacée par des cataclysmes destructeurs, risquant de mettre en péril la vie humaine sur notre planète. 

Finalement, la question de la croissance démographique planétaire relève essentiellement d’une question philosophique : l’humanité a-t-elle vocation à ne jamais quitter son berceau, et donc à péricliter, ou a-t-elle vocation à s’étendre, ce qui ne peut que passer à terme par la conquête de l’espace pour exploiter de nouvelles ressources ailleurs dans l’univers ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

07.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 20/11/2017 - 13:32
Un petit rappel Ganesha
Dans le courrier de l'Unesco ( j'ai plus l'année en tête), Cousteau ,au bord de l'orgasme dit: "il faudrait 350 000 morts par jour pour sauver la planete"!!! Notons d'abord que la maxime ne s'appliquait pas à lui puisqu'il fit 4 gamins dont deux avec une hôtesse de l'air 30 ans plus jeune!Ehh c'est ça les gourous, ça aime la chair fraiche! Beck Marchall est un "petit bras" à côté!!! Mais question: combien de villes en France n'ont pas leur rue ou leur place du commandant Cousteau? Bon ok, j'en conviens: avec Vangode, les Champs Elysées seraient rebaptisés "Avenue du Maréchal"
kelenborn
- 20/11/2017 - 13:13
oui patafanari z'avez raison
Et qu'est-ce qu'elle en dit la Polonuche? C'est bien ce petit rappel sur Ehrlich qui a raconté des conneries tout le temps où il a pu nuire! Comme par exemple que l'on allait vers un refroidissement au début des années 80! L'usine à daube de la peur qui n'a aucun mal à trouver des clients. Pour la démographie, la plupart des statistiques sur l'Afrique sont fausses car réalisées pour complaire au potentat local! Tout montre, en revanche que quelque chose semble inéxorable : quand le revenu s'élève, la fécondité baisse mais ce n'est pas le seul facteur: l'Iran a vu sa fécondité tomber et ce ne sont quand même pas les mollahs qui ont proné le coïtus interruptus! Quant à la colonisation des autres planetes!!! C'est la NASA ui a besoin de sous?
patafanari
- 20/11/2017 - 11:26
Grosse fatigue
Le dernier homme regardera la dernière femme
et retournera au dernier bistrot.