En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Alessandro FUCARINI / AFP
Toto Riina, le jeu et la valeur de la chandelle
Vie et mort d’un parrain : mais au final, est-ce que le crime mafieux paye ?
Publié le 19 novembre 2017
Poursuivi toute sa vie, en permanent danger de mort, la vie de mafieux n'est pas nécessairement la vie idéale qu'on imagine. Même si le parcours orageux de Toto Riina a aussi eu ses franges d'or...
Docteur en sciences politiques, Fabrice Rizzoli enseigne dans différents établissements universitaires, IRIS, Sciences-po Paris et anime le site mafias.fr (analyse au quotidien d'un phénomène complexe). Il a écrit La mafia de A à Z (aux éditions Tim...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Rizzoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en sciences politiques, Fabrice Rizzoli enseigne dans différents établissements universitaires, IRIS, Sciences-po Paris et anime le site mafias.fr (analyse au quotidien d'un phénomène complexe). Il a écrit La mafia de A à Z (aux éditions Tim...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Poursuivi toute sa vie, en permanent danger de mort, la vie de mafieux n'est pas nécessairement la vie idéale qu'on imagine. Même si le parcours orageux de Toto Riina a aussi eu ses franges d'or...

Atlantico : Toto Riina dit "La Bête", une des têtes de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, vient de mourir dans la prison qu'il fréquentait depuis 1993 après avoir été condamné à perpétuité pour avoir commandé les meurtres des juges Falcone et Borsellino. Indépendamment de l'argent qu'il a certainement amassé lors de sa carrière, a-t-il pu profiter de cet argent et de son pouvoir lors de sa vie ? Ou peut-on considérer qu'il a du lutter et se cacher toute sa vie ? Bref, est-ce que le crime mafieux paye ?

Fabrice Rizzoli : Il a profité de cet argent en s'achetant de nombreux biens et terrains dont sa famille, au sens large, a profité jusqu'aux confiscations des années 1990.

En outre, cet argent a été très utile pour rester au pouvoir au sein de l'association criminelle et afin d'assurer sa cavale. Donc on peut dire que l'argent lui servi à rester libre pendant 24 ans au nez et à la barbes des citoyens et policiers honnêtes. Il a pu se marier en Sicile avec la complicité d'un homme d'église et faire un voyage de noce à Venise dans les années 1970 ! Il a pu voir ses enfants souvent alors que les enfants de ses victimes n'avaient plus de père.

En revanche, comme je l'explique dans mon livre la mafia de A à Z, depuis que l'Etat italienne lutte efficacement contre la mafia, il a perdu ses biens grâce à une loi révolutionnaire d'usage social des biens confisqué. La dernière villa de Toto Riina, celle de Palerme dans laquelle il a été arrêté, est une caserne des carabiniers! Et son ancienne maison à Corleone est devenu un lycée agronome où les jeunes siciliens apprennent un métier qui leur permettra de ne pas rentrer dans la mafia.

Lutte interne au sein de la "famille", concurrence externe avec les autres "familles" mafieuses italiennes, opposition et combat contre l'Etat... La vie du mafieux n'en fait pas un parangon d'une forme de darwinisme individuel exacerbé, dans le sens où la seule règle qui semble dicter la ligne de vie du mafieux est la lutte pour la survie et l'augmentation du pouvoir ? Quelle place tient, pour contrebalancer peut-être, la place des "codes d'honneur" souvent prêtés à cette famille du grand banditisme ?

Les mafieux fascinent parce qu'ils sont comme nous. Ils ne sont pas des monstres! Qui n'a pas eu envie d'étrangler son voisin quand il fait du bruit ? La différence c'est que Toto Riina invitait à manger ses futurs victimes puis parfois les étranglait lui-même, mais aprés manger!

Oui, la mafia c'est la loi du plus fort et donc les codes d'honneur ne sont là que pour justifier une action. Je te tue parce que tu dois de l'argent à la famille et je fais de toi un exemple. Mais il arrive qu'un chef mafieux ne tue pas le jeune amant de sa femme car c'est un bon soldat. C'est donc à géométrie variable. Selon les chefs. Riina était sévère avec les mafieux qui ne respectaient pas leur épouse mais il tuait femmes et enfants innocents sans pitié.

Si on compare une figure comme celle de Riina à celle très médiatisée, de Pablo Escobar, n'y a-t-il pas aussi une certaine tendance narcissique présente chez toutes ces "grandes figures" qui occulte le travail plus discret des autres grands acteurs de ces business mafieux ?

Escobar aimait se mettre en scène, politiquement, médiatiquement, etc. Riina n'a jamais fait cela. En revanche, il faisait parfois tuer ses victimes avant le journal télévisé. Ainsi il se servit des médias pour communiquer sur sa puissance.

En revanche, tous les chefs mafieux ont besoin de complicité pour leur cavale, pour le blanchiment, pour les affaires légales : banquiers, avocat, politique. Pas de complices : pas de mafia! Le mafieux n'est rien sans ses complices. La mafia c'est un corps social : c'est une bourgeoisie mafieuse comme l'explique depuis 40 ans Umberto Santino, le plus grand spécialiste de la mafia siclienne.

Qu'est-ce qui différencie, dans son "modus vivendi", un mafieux de la grande époque type Riina d'un mafieux "nouvelle génération" ? 

Toto Riina était un instrument de gouvernance nationale en Italie. Il maintenait la Démocratie Chrétienne au pouvoir contre les forces progressistes et a bénéficié d'une impunité hors norme. Il était le référent de Salvo Lima, homme politique à la solde de Giulio Andreotti, l'homme politique le plus important de la Première République Italienne (19448-1993). C'est comme cela qu'il est devenu un mafieux hors norme. Aujourd'hui, les mafieux siciliens sont diminués par le travail magistral des juges et des policiers. C'est la mafia calabraise qui a pris le dessus.

Les mafieux moins puissants se concentrent sur les affaires légales à l'aide de la corruption mais ne peuvent plus partir en guerre contre l'Etat italien!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
05.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
06.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
07.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 19/11/2017 - 12:33
En lisant cet article
j'ai eu une pensée bizarre, pourquoi la France n'a-t-elle pas de mafia type italienne? une mafia qui corrompt les hommes politiques, les magistrats, la police, etc... au plan national? Peut-être parce qu'elle a inventé le capitalisme de connivence? qui fait que toute l'économie de notre pays dépend des hommes du CAC 40 et du gouvernement en place? c'est vrai que là tout se négocie dans les coulisses. Peut-être que nos haut-fonctionnaires sont assez puissants, pour qu'ils n'aient pas besoin d'envoyer des tueurs, un simple huissier escorté leur suffisent? Rappelez-vous le cas Fillon. Et comme on connait le système politique français où un fonctionnaire peut être président ou parlementaire puis redevenir fonctionnaire, on finit par retrouver toujours les mêmes au pouvoir? Peut-être parce qu'en France il y a tellement de réseaux souterrains du pouvoir qu'on ne sait jamais qui, au fond, dirige réellement le pays? Bref, en France nul besoin d'une Mafia, elle est déjà dans nos institutions... c'est ce qu'on appelle sortir par le haut.