En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

07.

Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France

01.

Google accuse la Chine de bloquer Gmail

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 6 heures 13 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 9 heures 15 min
pépites > Science
IHU Méditerranée Infection
Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique
il y a 10 heures 22 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Sibeth Ndiaye décide de remanier les membres de son cabinet ministériel
il y a 14 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Espoir
Sophie Pétronin serait toujours en vie, selon le fils de l'otage française enlevée au Mali
il y a 15 heures 15 min
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 17 heures 13 min
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 19 heures 34 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 20 heures 55 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 6 heures 28 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 9 heures 54 min
pépites > Santé
Prise de guerre ?
Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France
il y a 13 heures 50 min
pépite vidéo > Europe
Courage des Britanniques
Le prince Charles adresse un message de solidarité aux Britanniques face à l’épreuve du coronavirus
il y a 14 heures 59 min
light > High-tech
Bonheur en famille
Confinement : grâce à Google et à la réalité augmentée, il est possible de recréer un véritable zoo à la maison
il y a 16 heures 33 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 21 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Discussions difficiles

Allemagne : après les marchandages entre les Verts, la CSU et le FDP sur l'immigration et l'écologie, la future coalition se dirige vers un accord a minima

Publié le 18 novembre 2017
Lors des discussions visant à former une nouvelle coalition pour gouverner, la CDU-CSU s'est retrouvée écartelée entre deux partenaires bien turbulents.
Fabien Laurencon est agrégé d'allemand, diplômé de Sciences Po Paris. Il a enseigné l'histoire et la civilisation allemandes à l'université Sorbonne nouvelle Paris III et à Paris X.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Laurençon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Laurencon est agrégé d'allemand, diplômé de Sciences Po Paris. Il a enseigné l'histoire et la civilisation allemandes à l'université Sorbonne nouvelle Paris III et à Paris X.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors des discussions visant à former une nouvelle coalition pour gouverner, la CDU-CSU s'est retrouvée écartelée entre deux partenaires bien turbulents.

Atlantico : Il y a un mois, s’ouvrait le début des négociations concernant le compromis de coalition gouvernementale en Allemagne, mais celles-ci peinent à aboutir. Entre la CDU CSU, le FDP et les verts, quels sont les acteurs qui portent le plus de responsabilité dans ce blocage ? Comment départager la part de jeu politique et la part de réelle préservations des intérêts de ces partis dans cette discussion ? 

Fabien Laurençon : La première phase de négociations, ou pour reprendre le terme allemand, d'entretiens exploratoires (Sondierunsgespräche) s'est achevée vendredi matin après un marathon de 15 heures de discussion entre les quatre partis sur un constat implicite d'échec: Verts, libéraux, CDU et CSU ne sont parvenus à s'entendre sur aucun objectif concret. Les discussions doivent reprendre aujourd'hui pour aboutir, dans le scénario idéal, à un accord de principe d'ici dimanche soir - date limite tacitement acceptée par les négociateurs, et avancée par le secrétaire général de la FDP, Wolfgang Kubicki. 

C'est l'impression de découragement et de frustration qui dominait les commentaires cette semaine tant les points de désaccord ne semblent pas avoir diminué, voire se sont multipliés à l'issue des négociations malgré une série de compromis de part et d'autre, notamment de la part des Verts qui ont assoupli un certain nombre d'exigences, par exemple sur la généralisation de la voiture électrique à partir de 2030. Au delà des jeux tactiques et des postures de négociation, les difficultés sont d'abord imputables au format complètement inédit, à quatre parties, et aux combinaisons qui en découlent. 

Parmi les acteurs de ce blocage, figurent au premier chef les libéraux incarnés par Christian Lindner en affichant une position intransigeante sur le fond, tout en multipliant des déclarations conciliantes de façade. La FDP affirme même être prête à de nouvelles élections. Le blocage autour des questions fiscales, et en particulier la question de l'abandon du Soli, ou Solidaritätzuschlag, illustre cette ligne politique dure, sûre d'elle même, voire arrogante de la FDP, qui donne l'impressions de se considérer comme le réel pivot de la coalition, fidèle en cela à sa position historique de "faiseuse de rois", dans les coalitions précédentes des années 1970 et 1980.

L'autre facteur de paralysie dans ces négociations tient à la CDU-CSU et à la double crise de leadership de cette coalition dans la coalition: du côté de la CSU, l'affaiblissement de son dirigeant, Horst Seehofer,et la guerre de succession interne au parti et au sein du Landtag pour le remplacer par Markus Söder, constitue un handicap certain dans les négociations vis-à-vis des autres partenaires. Structurellement, l'érosion du parti est un phénomène ancien, qui a commencé bien avant la poussée de l'AfD. 

Côté CDU, la paralysie des discussions révèle les limites du mode de gouvernance de la chancelière, et son incapacité à fixer un cap, un sens à ses partenaires, et au fond une vision pour les quatre ans à venir . Cette dimension de chef d'orchestre au sein du quatuor politique en cours de constitution, fait aujourd'hui défaut, et c'est une des raisons des dissonances chroniques depuis un mois. 

Le dernier facteur tient à l'incapacité des "petits" partis (et au fond à une forme d'immaturité), à dépasser leur positionnement durant la campagne, adressé d'abord à leur base électorale, pour passer en mode négociations, et enfin rechercher des compromis véritables . 

Alors que les points de désaccords les plus sensibles concernent l'immigration et la question écologique, une sorte de "marchandage" semble avoir lieu entre les partis sur ces thèmes. Ces échanges sont ils classiques dans de tels accords de négociations, ou atteint on ici un point haut dans l'histoire contemporaine allemande ? Comment analyser la position de la CDU sur cette question, et plus particulièrement celle de la CSU ? Faut il voir une première conséquence du bon score de l'AFD ? 

Les marchandages sont une constante de ce type de négociations, cependant, il est clair que le sujet "immigration" revêt une sensibilité particulière  , voire une dimension émotionnelle dans le débat politique en Allemagne depuis 2015. Les Verts souhaitent la mise en place du regroupement familial pour les réfugiés issus des zones de conflit, se heurtant à l'opposition catégorique de la CSU, les premiers prévoyant un flux de 70 000 réfugiés par an, tandis que les seconds tablent sur 750 000 personnes. Au delà de la bataille de chiffres, pour les deux partis, le sujet est existentiel, voire identitaire : pour les Verts, l'accueil des réfugiés est constitutif de leur ADN politique, pour la CSU, doublement affaiblie par l'échec des élections du 24 septembre dernier et la fin de règne de son leader, et la plus menacée par la surenchère politique de l'AfD sur sa droite et le risque de "mitage" territorial de sa base électorale comme le montrent les bons scores du parti d'extrême droite populiste en Bavière, c'est une question de survie. 

Sur les autres points de blocage comme la fiscalité (l'abandon du Soli, ce prélèvement fiscal destiné historiquement pour financer la reconstruction des nouveaux Länder, et qui s'élevait à 17 Mds€ l'an passé), l'écologie (le nombre de GW issue des centrales à charbon à laquelle l'Allemagne devrait renoncer ou la voiture propre), ou la défense, les déclarations en off ou en on des différents partis au cours des dernières semaines indiquent que des concessions tactiques seront envisageables, en revanche sur la question des réfugiés, qui devient un différenciant identitaire pour ces deux partis, les divergences paraissent insurmontables.  

Quels sont les partis, ou les personnalités qui ont le plus à perdre lors de ses négociations ? Quels sont les pronostics que l'on peut formuler en imaginant une issue à cette tentative de compromis ?

De part sa position centrale, de sa responsabilité et des attentes qui pèsent sur lui, le parti chrétien-démocrate est le plus exposé. Les concessions importantes qu'il a acceptées de faire à ses trois partenaires témoignent en creux de sa volonté d'aboutir vite. Un échec des discussions est néanmoins peu probable tant les conséquences d'un nouveau scrutin seraient désastreuses pour la crédibilité même du système politique allemand qui profiterait au discours anti-système de l'AfD. Tous les partis seraient perdants dans ce scénario et aucun dirigeant n'a réellement intérêt, pas même la FDP, à jouer le pourrissement de la situation. 

In fine, les quatre partenaires devraient donc converger dimanche sur un accord a minima et initier ainsi la phase des négociations proprement dites, qui ont pour objectif d'aboutir à la signature d'un accord de coalition, et à la répartition des postes (tractations qui ont de fait déjà commencé, comme en témoignent les discussion sur l'avenir du ministère de l'aide au développement, et son possible rattachement à un grand ministère des affaires étrangères et de la mondialisation, qui pourrait revenir au n°1 des Verts, Cem Özdemir, ou à la FDP). 

Du fait de sa position très inconfortable évoquée plus haut sur l'échiquier politique, c'est la CSU qui a le plus à perdre à l'heure actuelle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

07.

Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France

01.

Google accuse la Chine de bloquer Gmail

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 18/11/2017 - 21:19
J’envie les Allemands
Eux, au moins, ont un débat sur l’immigration. En France, on a eu une campagne présidentielle qui a duré six mois, et le mot n’a pas été prononcé une fois.
Liberte5
- 18/11/2017 - 17:46
A. Merkel va devoir en rabattre!!!!!
Sa politique qui consistait à suivre le mouvement en fonction de la direction du vent à atteint son pont de chute. Les vents contraires lui ont retiré toute marge de manœuvre et elle doit subir la pression de plusieurs courants dont le FDP. Quant à l'AfD il se tient en embuscade. Ce dernier mandat est celui de trop pour A. Merkel.
kelenborn
- 18/11/2017 - 11:40
Boh
L'article est sérieux mais....
1. La CDU-CSU a sans doute raison d'avoir des craintes mais...oublie-t-on que le SPD est au fond du trou? En cas de nouvelles élections , et comme les allemands détestent le désordre, il suffirait que Merkel s'en aille pour que les chrétiens démocrates remportent les élections avec 40% des voix
2 La FDP a raison ( je parle de stratégie) car, à la différence des journaleux français un peu con, elle a vu d'où venait le vent! En Autriche et en Basse Saxe, les Grünen se sont effondrés . Ce n'est pas un hasard: l'opinion publique pourtant culturellement favorable aux thèses vertes dans ses pays ( voir la proximité de l'idéologie radicale verte avec celle du Troisième Reich) est en train de comprendre!!!