En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 5 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 42 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 22 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 21 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 4 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 34 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Une question de réalisme

Sommet social européen : pourquoi il est urgent que les chefs d’Etat de l’Union adoptent enfin des discours et des objectifs RÉALISTES

Publié le 17 novembre 2017
Dans une tribune, l'économiste Dani Rodrik rapporte les propos d'un dirigeant européen : "Nous accusons les populistes de formuler des promesses qu’ils ne peuvent tenir, mais nous ferions bien d’adresser cette critique à nous-mêmes". Un constat de lucidité face à des électeurs lassés des promesses non-tenues ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une tribune, l'économiste Dani Rodrik rapporte les propos d'un dirigeant européen : "Nous accusons les populistes de formuler des promesses qu’ils ne peuvent tenir, mais nous ferions bien d’adresser cette critique à nous-mêmes". Un constat de lucidité face à des électeurs lassés des promesses non-tenues ?

Atlantico : Ce vendredi 17 novembre s'ouvre le ​Sommet social de l’Union européenne, à Göteborg en Suède, notamment en présence d'Emmanuel Macron. Un sommet qui a notamment pour objectif de répondre à la problématique de la montée du populisme en Europe. Dans une tribune publiée par "project syndicate", l'économiste Dani Rodrik rapporte les propos d'un dirigeant européen en indiquant « Nous accusons les populistes de formuler des promesses qu’ils ne peuvent tenir, mais nous ferions bien d’adresser cette critique à nous-mêmes ». En quoi les dirigeants européens doivent-ils en effet accepter une telle réflexion entre les promesses de la construction européenne et la réalité du terrain en 2017 ?

Edouard Husson : La remarque de cet ancien ministre européen est lucide. L’européisme, version régionale du mondialisme, et le populisme sont des frères jumeaux: l’essor du Front National est exactement contemporain du ralliement du PS, en 1983, au programme centriste, libéral et européiste d’un Delors, qui ressemblait furieusement à la politique qu’avait menée Giscard. C’est à ce moment que droite et gauche de gouvernement sont devenues strictement interchangeables. Et le Front National s’est installé dans un droite-gauche populiste qui répondait exactement au centrisme au pouvoir. Lorsque Jean-Marie Le Pen dit en 2002, dans l’entre-deux-tours, « je suis économiquement de droite, socialement de gauche et nationalement de France », cela fait curieusement écho au triptyque giscardien, réduit à l’échelle française; c’est la France contre l’Europe. Mais, en politique, affirmer « je veux l’Europe » ou « je veux la France » ne veut strictement rien dire. C’est comme dire « je veux le beau temps » ou « je suis contre la maladie ». De quelle Europe, de quelle France parlez-vous? Au jeu populisme contre mondialisme, le mondialisme l’emporte parce qu’il tient les leviers du pouvoir et a plus d’argent. Mais les électeurs renvoient de plus en plus dos à dos populisme et mondialisme dans la mesure où les deux nous privent de ce qui fait vivre la démocratie: un débat entre une droite et une gauche. De quelle Europe? De quelle France parlons-nous? Si le débat entre droite et gauche disparaît, alors nous avons une opposition classe contre classe; les riches l’emportent sur les pauvres tandis que les classes moyennes s’évaporent et la démocratie s’étiole.

​En partant d'un tel constat, quelles seraient les propositions, sur un terrain économique et social, qui pourraient apparaître réalistes​, et ainsi en finir avec des promesses intenables par les gouvernements ? Au regard de la configuration actuelle de l'ensemble, et des jeux de pouvoirs européens, quelles sont les réformes envisageables sur ces questions ?

Par définition, la politique est l’art de choisir entre plusieurs possibilités d’organisation. Le grand politique identifie un levier, qui lui permettra de mettre en mouvement la société de manière rapide et décisive. Pardonnez-moi cette évidence mais les grands politiques sont rares car il faut des hommes et des femmes qui sachent à la fois voir loin et se concentrer, en même temps, sur les  détails qui leur permettront de débloquer des situations. Tenir les deux bouts n’est possible que si l’on a du caractère, du courage politique. Pour être politique, il faut accepter le débat, la joute; il faut assumer clivage, mise à distance. La politique vit du débat entre une droite et une gauche. La France, l’Europe, s’étiolent parce qu’on y voit aucun débat politique. Macron est l’homme du « en même temps ». Angela Merkel n’a cessé de répété « Il ‘y a pas d’alternative ». Réconcilier les peuples avec l’Europe ne dépend pas de la capacité à « faire peuple » des dirigeants. Lorsque Giscard est allé « dîner chez l’habitant » ou a invité des éboueurs au petit déjeuner à l’Elysée, cela ne lui a rapporté aucune voix; cela a même dû lui en faire perdre. Regardez Sarkozy; je me souviens d’un de ses amis d’adolescence racontant en s’amusant: « pendant longtemps, Nicolas ne connaissait que deux lieux en France, Neuilly et Saint-Tropez - peut-être trois avec la station-service à mi-chemin. »; et pourtant Sarkozy a su parler à la France tant qu’il a assumé d’être de droite et proposé des politiques tranchées. Mais, très vite, Sarkozy s’est « giscardisé »: il a pratiqué « l’ouverture »; il a accepté le Traité de Lisbonne; et il est devenu de plus en plus « franco-allemand ». Aujourd’hui, l’enjeu pour l’Europe, c’est que la France mette l’Allemagne au pied du mur: refaire Schengen; avoir une autre lecture du traité d’Union Monétaire, qui implique une politique de change active etc....

Toujours selon Dani Rodrik  "il est naturel que les électeurs se lassent des promesses qu’ils formulent, et qu’ils se laissent séduire par des candidats de l’antisystème, dont ils peuvent raisonnablement attendre un changement par rapport aux politiques habituelles". D'un point de vue politique, comment permettre une reprise de contact entre les populations et un tel projet européen "réaliste" ?

Les élites doivent tout faire pour organiser un débat en leur sein. Il est bon qu’il y ait des libéraux. Il est dommage qu’en face d’eux on ne trouve pas plus de conservateurs. La seule façon qu’aurait la droite française de déstabiliser Macron, c’est de développer un programme conservateur au sens britannique du terme. Personne n’est contre la paix et la prospérité mondiale; personne n’imagine une nouvelle guerre européenne; eh bien, justement, au nom du bien commun - du « Commonwealth »! - il est urgent d’opposer à la politique de Monsieur Macron: 1. Une renégociation de Schengen. 2. L’instauration d’une politique de change active de la zone euro 3. Une politique d’investissement massif, privé comme public, dans l’éducation et la recherche 4. Une politique de soutien aux familles. 5. L’instauration de la souveraineté des Français et des Européens sur les données numériques etc.... Sur chacun de ces dossiers, on voit bien comme le verrouillage des débats par les institutions européennes et le consensus merkelien peut être un obstacle. Tant mieux: il y aura débat; la France réapprendra à exiger la défense de ses intérêts en Europe; il y aura peut-être même cassure avec les partenaires sur tel ou tel point. Il faut être prêt à l’assumer. Et qu’on ne nous raconte pas qu’une nouvelle politique de la chaise vide mettrait en danger l’Europe! Au contraire, c’est la seule façon de la sauver. Il ne s’agit pas, d’ailleurs, de chaise vide! Angela Merkel ou un autre chancelier allemand si cette dernière ne réussissait pas à construire de coalition, arriveront profondément affaiblis par les dernières élections allemandes. La France a la chance d’avoir un président fort au moment où la chancelière est très affaiblie. Il est grand temps de restaurer politique et débat au sein des institutions européennes. C’est d’ailleurs à cette occasion que nous allons voir si notre président est vraiment fort.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 18/11/2017 - 07:42
Deneziere, comique au 1er ou second degré ?
Question d'humeur... Quand mr. Husson nous présente sa proposition n°2 : ''L’instauration d’une politique de change active de la zone euro'', que veut-il dire exactement ? Ce sont ''les marchés'' qui décident des taux de change entre le dollar, l'euro et la monnaie chinoise. L'idée que mr. Husson veut donc exprimer, c'est que les nations européennes devraient adopter la proposition de Marine Le Pen au second tour : le retour à une forme améliorée de ''serpent monétaire''. On peut donc trouver, selon son humeur, rigolo ou pathétique quand ''Deneziere'' écrit que c'était ''quasi exactement les propositions de François Fillon'' ! Ensuite vient la proposition n° 3 de mr. Husson : '''Politique d’investissement massif, privé comme PUBLIC''. Pour ceux qui comprennent le français, cela veut dire creusement du déficit budgétaire ! Mais, là aussi, notre ami Denezière, qui est décidément ''complètement bouché'', s'écrie : ''C'est exactement ce que proposait Fillon'' !
kelenborn
- 17/11/2017 - 22:29
Denezière
C'est un peu ennuyeux parce que Fillon étant un exemple de celui qui fait le contraire de ce qu'il dit: parangon d'honnêteté à l'entendre mais ripoux jusqu'à la moelle, sévère avec l'islam mais adorant inaugurer les mosquées ( Sarko ne dit-il pas de lui: il n'a qu'à venir au conseil des ministres avec son tapis de prière et ses babouches) Fillon le preux chevalier qui a bouffé son slip pendant cinq ans à Matignon: bref la réincarnation de Tartuffe en moins drôle mais , il est vrai, sans qu'on ait à payer l'entrée ce qui est bien puisqu'il est sorti avant la fin de la pièce: j'arrête parce que je vais faire du Marcel Prout, ce qui est le domaine réservé de Debout la classe!
Deneziere
- 17/11/2017 - 21:11
Je me gausse
Il est plutôt savoureux de voir certains commentateurs, qui d’habitude conchient Filllon, mouiller leurs petites culottes devant cet article - très bon au demeurant - qui énonce des propositions dont celles de Fillon étaient les plus proches lors de la campagne du premier tour.