En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Dis-moi combien tu consommes et je te dirai qui tu es

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 9 heures 29 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 10 heures 31 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 12 heures 13 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 15 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 18 heures 59 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 9 heures 54 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 10 heures 58 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 12 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 14 heures 33 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 18 heures 36 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 10 heures
© AFP
© AFP
Contestation

Grèves et manifs contre la loi travail : comment expliquer que 65% des Français pensent qu’ils vont être des perdants de la politique d’Emmanuel Macron mais que si peu de gens se mobilisent

Publié le 16 novembre 2017
Un sondage Viavoice pour le journal Libération, le président compte désormais 40% de bonnes opinions avec un soutien grandissant des gens de droite.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage Viavoice pour le journal Libération, le président compte désormais 40% de bonnes opinions avec un soutien grandissant des gens de droite.
Y a-t-il, face à l'ambition de redistribution qui anime l'État, une résistance française en profondeur, discrète mais tenace, sur laquelle Emmanuel Macron surfe pour réformer? L'apathie apparente des Français et leur indifférence évidente pour les mouvements de contestation initiés par les organisations syndicales en constituent une illustration. 
 
Lundi dernier, Libération publiait un sondage concluant au désaveu que les Français infligeraient à la politique présidentielle. Selon cette enquête, 72% des Français trouveraient le système de redistribution injuste et 61% le trouvent de moins en moins juste. Le quotidien en conclut que le gouvernement devrait s'inquiéter.
 
Derrière ce sondage, on voit poindre en creux une vision du monde traditionnelle à gauche, fondée sur quelques convictions simples. Au premier chef, la redistribution serait, pour les Français, la mère de toutes les vertus, le fondement incontournable de toutes les politiques, et elle devrait guider tout gouvernement en place. Toute action exécutive qui ne respecte pas ce présupposé serait vouée à l'échec. 
 
Le problème est que le comportement politique des Français dément manifestement cette certitude. Au contraire même, tout laisse à penser qu'il existe une puissante résistance française à la redistribution et un attachement tenace à des politiques inégalitaires qui encouragent le travail et désapprouvent la redistribution. 
 
L'inertie du mouvement social contre redistribution
 
Le mouvement de protestation contre les ordonnances, qui doit avoir lieu aujourd'hui, en donne un nouvel exemple. Alors que, sabre au clair, le gouvernement a réformé de façon substantielle le droit du travail, les salariés du secteur privé observent sagement les événements. C'est à peine si quelques fonctionnaires, non concernés par les mesures, se mettent en grève. 
 
Depuis la parution des ordonnances, les choix politiques contraires à la redistribution n'ont pas manqué. Entre le suppression de l'ISF, la baisse de la fiscalité du capital, la suppression des emplois aidés et la hausse de la CSG, les symboles ont abondé pour mettre les Français dans la rue et pour grossir les rangs des manifestants. Et malgré tout, rien ne se passe.
 
Et si, au fond, cette apathie avait une explication simple? Et si, à une société qui redistribue les richesses au prix d'une fiscalité confiscatoire et d'une paralysie lancinante des initiatives, les Français préféraient une société qui redistribue moins par l'État mais fait plus confiance au marché pour parvenir à ses fins? Tout laisse à penser, en tout cas, que l'âge d'or de la redistribution est fini, et que  la société française a changé en profondeur. 
 
Le mythe de la redistribution
 
Au demeurant, il faudra bien un jour revisiter l'histoire contemporaine à la lumière de ce doute. Depuis plusieurs décennies, une construction marxiste impose d'examiner l'opinion française sous le prisme d'une inclination naturelle à la redistribution. Même dans les sphères d'influence de droite, on présuppose que les Français veulent de l'égalité, de la redistribution, du social. D'où les expressions de plus en plus allergisantes comme "droite sociale", gaullisme social, et autres références implicites à l'idée que, dans tous les cas, il faut tempérer le marché par de fortes politiques de redistribution et de protection, notamment par l'impôt et la mutualisation.
 
Le problème est que cette conviction, très liée aux débats de Mai 68, repose sur une occultation de mouvements contraires, tout aussi forts et signifiants. La permanence de plusieurs dizaines de niches fiscales, qui rendent aujourd'hui l'impôt illisible, montre bien que, dans le temps où la pression fiscale augmentait jusqu'à représenter 56% du PIB, la résistance s'organisait pour y échapper. Le paradoxe tient au caractère public et quasi-institutionnel de cette résistance. 
 
Au fond, les Français n'aiment pas la redistribution et envoient à l'Assemblée Nationale des majorités qui les aident à lui résister. C'est une fadaise d'intellectuel de soutenir le contraire. 
 
De ces fadaises, il est resté dans l'opinion un mouvement paradoxal, contradictoire. D'un côté, la doxa de "la redistribution, c'est bien" s'est imposée comme un arrière-fond intellectuel. De l'autre, la résistance continue et on n'imagine pas s'en passer. 
 
Une France de plus en plus décomplexée
 
La nouveauté qui se produit sous l'ère Macron tient à la fragilité de la doxa. Progressivement, l'opinion héritée de Mai 68 selon laquelle la redistribution est un passage obligé pour toute politique, une question de respectabilité en somme, perd de son évidence. Tout se passe comme si le politiquement correct de la redistribution perdait de son aura au profit d'une autre vision du monde. 
 
Dans la pratique, expliquer qu'une société n'est pas obligée de redistribuer devient de moins en moins sulfureux. On n'est plus voué aux gémonies lorsqu'on soutient que les prélèvements obligatoires n'ont pas à vivre en expansion continue. Soutenir que l'inégalité créatrice peut être préférée à l'égalité confiscatoire ne choque plus, ou plus autant. 
 
La France de Macron est, à cet égard, une France décomplexée. Cela ne signifie pas que ce mouvement soit franc et massif, unilatéral et monolithique. On voit, sur un certain nombre de sujets de protection, que l'engouement pour l'action publique reste fort.
 
Mais, tendanciellement, se fait jour une prise de conscience. Elle est relative, répétons-le, incertaine et tâtonnante. Toujours est-il qu'elle est bien là et que les Français sont prêts à juger souhaitable une politique injuste aux yeux des critères anciens, mais perçue comme un mal nécessaire pour le redressement collectif. Ce mouvement de fond devrait, dans les années à venir, modifier en profondeur la perception politique des Français. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Dis-moi combien tu consommes et je te dirai qui tu es

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 17/11/2017 - 23:27
Deux conclusions à cet article novateur.
La première, c'est la fin de la redistribution tous azimuts, la segonde, les retraités du privé sont très cocus: non seulement ils ont beaucoup plus travaillé que leurs successeurs, ni Rtt ni 35h, mais en plus ils ont une CSG++ et d'ici peu leurs caisses Agirc et Arco vont fondre pour financer les retraites des fonctionnaires et assimilés. Plus cocus, tu meurs...
Mamounette
- 16/11/2017 - 22:15
La CSG pour les retraités
Je ne suis pas d'accord que l'on déshabille Pierre pour habiller Paul. La CSG prélevé sur les retraités a pour but de donner du pouvoir d'achat aux actifs (et encore) c'est de la redistribution. En clair, le retraité, considéré comme riche par Macron, et ce depuis 2008, doit s'appauvrir pour l'actif, comment justifie-il cette manœuvre ? Un parallèle, la prime pour l'emploi que les syndicats ont approuvés, ce n'est pas à l’État de pourvoir au salaire mais à l'employeur. Avec la CSG, le retraité pourvoi au salaire de l'actif en échange de quoi ? Rien, il serait logique (mais utopique) d'avoir un retour sur investissement.
veloman95
- 16/11/2017 - 17:42
Parce qu'ils ont compris
que c'est la seule solution si on veut réduire le chômage de masse. ça ne veut pas dire qu'ils sont content.