En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© AFP
Contestation
Grèves et manifs contre la loi travail : comment expliquer que 65% des Français pensent qu’ils vont être des perdants de la politique d’Emmanuel Macron mais que si peu de gens se mobilisent
Publié le 16 novembre 2017
Un sondage Viavoice pour le journal Libération, le président compte désormais 40% de bonnes opinions avec un soutien grandissant des gens de droite.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage Viavoice pour le journal Libération, le président compte désormais 40% de bonnes opinions avec un soutien grandissant des gens de droite.
Y a-t-il, face à l'ambition de redistribution qui anime l'État, une résistance française en profondeur, discrète mais tenace, sur laquelle Emmanuel Macron surfe pour réformer? L'apathie apparente des Français et leur indifférence évidente pour les mouvements de contestation initiés par les organisations syndicales en constituent une illustration. 
 
Lundi dernier, Libération publiait un sondage concluant au désaveu que les Français infligeraient à la politique présidentielle. Selon cette enquête, 72% des Français trouveraient le système de redistribution injuste et 61% le trouvent de moins en moins juste. Le quotidien en conclut que le gouvernement devrait s'inquiéter.
 
Derrière ce sondage, on voit poindre en creux une vision du monde traditionnelle à gauche, fondée sur quelques convictions simples. Au premier chef, la redistribution serait, pour les Français, la mère de toutes les vertus, le fondement incontournable de toutes les politiques, et elle devrait guider tout gouvernement en place. Toute action exécutive qui ne respecte pas ce présupposé serait vouée à l'échec. 
 
Le problème est que le comportement politique des Français dément manifestement cette certitude. Au contraire même, tout laisse à penser qu'il existe une puissante résistance française à la redistribution et un attachement tenace à des politiques inégalitaires qui encouragent le travail et désapprouvent la redistribution. 
 
L'inertie du mouvement social contre redistribution
 
Le mouvement de protestation contre les ordonnances, qui doit avoir lieu aujourd'hui, en donne un nouvel exemple. Alors que, sabre au clair, le gouvernement a réformé de façon substantielle le droit du travail, les salariés du secteur privé observent sagement les événements. C'est à peine si quelques fonctionnaires, non concernés par les mesures, se mettent en grève. 
 
Depuis la parution des ordonnances, les choix politiques contraires à la redistribution n'ont pas manqué. Entre le suppression de l'ISF, la baisse de la fiscalité du capital, la suppression des emplois aidés et la hausse de la CSG, les symboles ont abondé pour mettre les Français dans la rue et pour grossir les rangs des manifestants. Et malgré tout, rien ne se passe.
 
Et si, au fond, cette apathie avait une explication simple? Et si, à une société qui redistribue les richesses au prix d'une fiscalité confiscatoire et d'une paralysie lancinante des initiatives, les Français préféraient une société qui redistribue moins par l'État mais fait plus confiance au marché pour parvenir à ses fins? Tout laisse à penser, en tout cas, que l'âge d'or de la redistribution est fini, et que  la société française a changé en profondeur. 
 
Le mythe de la redistribution
 
Au demeurant, il faudra bien un jour revisiter l'histoire contemporaine à la lumière de ce doute. Depuis plusieurs décennies, une construction marxiste impose d'examiner l'opinion française sous le prisme d'une inclination naturelle à la redistribution. Même dans les sphères d'influence de droite, on présuppose que les Français veulent de l'égalité, de la redistribution, du social. D'où les expressions de plus en plus allergisantes comme "droite sociale", gaullisme social, et autres références implicites à l'idée que, dans tous les cas, il faut tempérer le marché par de fortes politiques de redistribution et de protection, notamment par l'impôt et la mutualisation.
 
Le problème est que cette conviction, très liée aux débats de Mai 68, repose sur une occultation de mouvements contraires, tout aussi forts et signifiants. La permanence de plusieurs dizaines de niches fiscales, qui rendent aujourd'hui l'impôt illisible, montre bien que, dans le temps où la pression fiscale augmentait jusqu'à représenter 56% du PIB, la résistance s'organisait pour y échapper. Le paradoxe tient au caractère public et quasi-institutionnel de cette résistance. 
 
Au fond, les Français n'aiment pas la redistribution et envoient à l'Assemblée Nationale des majorités qui les aident à lui résister. C'est une fadaise d'intellectuel de soutenir le contraire. 
 
De ces fadaises, il est resté dans l'opinion un mouvement paradoxal, contradictoire. D'un côté, la doxa de "la redistribution, c'est bien" s'est imposée comme un arrière-fond intellectuel. De l'autre, la résistance continue et on n'imagine pas s'en passer. 
 
Une France de plus en plus décomplexée
 
La nouveauté qui se produit sous l'ère Macron tient à la fragilité de la doxa. Progressivement, l'opinion héritée de Mai 68 selon laquelle la redistribution est un passage obligé pour toute politique, une question de respectabilité en somme, perd de son évidence. Tout se passe comme si le politiquement correct de la redistribution perdait de son aura au profit d'une autre vision du monde. 
 
Dans la pratique, expliquer qu'une société n'est pas obligée de redistribuer devient de moins en moins sulfureux. On n'est plus voué aux gémonies lorsqu'on soutient que les prélèvements obligatoires n'ont pas à vivre en expansion continue. Soutenir que l'inégalité créatrice peut être préférée à l'égalité confiscatoire ne choque plus, ou plus autant. 
 
La France de Macron est, à cet égard, une France décomplexée. Cela ne signifie pas que ce mouvement soit franc et massif, unilatéral et monolithique. On voit, sur un certain nombre de sujets de protection, que l'engouement pour l'action publique reste fort.
 
Mais, tendanciellement, se fait jour une prise de conscience. Elle est relative, répétons-le, incertaine et tâtonnante. Toujours est-il qu'elle est bien là et que les Français sont prêts à juger souhaitable une politique injuste aux yeux des critères anciens, mais perçue comme un mal nécessaire pour le redressement collectif. Ce mouvement de fond devrait, dans les années à venir, modifier en profondeur la perception politique des Français. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 17/11/2017 - 23:27
Deux conclusions à cet article novateur.
La première, c'est la fin de la redistribution tous azimuts, la segonde, les retraités du privé sont très cocus: non seulement ils ont beaucoup plus travaillé que leurs successeurs, ni Rtt ni 35h, mais en plus ils ont une CSG++ et d'ici peu leurs caisses Agirc et Arco vont fondre pour financer les retraites des fonctionnaires et assimilés. Plus cocus, tu meurs...
Mamounette
- 16/11/2017 - 22:15
La CSG pour les retraités
Je ne suis pas d'accord que l'on déshabille Pierre pour habiller Paul. La CSG prélevé sur les retraités a pour but de donner du pouvoir d'achat aux actifs (et encore) c'est de la redistribution. En clair, le retraité, considéré comme riche par Macron, et ce depuis 2008, doit s'appauvrir pour l'actif, comment justifie-il cette manœuvre ? Un parallèle, la prime pour l'emploi que les syndicats ont approuvés, ce n'est pas à l’État de pourvoir au salaire mais à l'employeur. Avec la CSG, le retraité pourvoi au salaire de l'actif en échange de quoi ? Rien, il serait logique (mais utopique) d'avoir un retour sur investissement.
veloman95
- 16/11/2017 - 17:42
Parce qu'ils ont compris
que c'est la seule solution si on veut réduire le chômage de masse. ça ne veut pas dire qu'ils sont content.