En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 6 min 5 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 1 heure 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 1 heure 14 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 13 heures 39 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 16 heures 4 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 17 heures 17 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 19 heures 54 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 20 heures 53 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 48 min 21 sec
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 1 heure 14 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 1 heure 39 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 28 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 29 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 32 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 21 heures 53 min
© Reuters
© Reuters
Cause à effet ?

La prostitution réduit les viols, une nouvelle étude le prouve (à nouveau)

Publié le 12 novembre 2017
Une récente étude montre que la légalisation de la prostitution coïncide avec une baisse du nombre d'agressions sexuelles.
Jean-Roger Dintrans
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Roger Dintrans est psychiatre, chargé de cours à Paris V et à Paris VII.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente étude montre que la légalisation de la prostitution coïncide avec une baisse du nombre d'agressions sexuelles.

Atlantico : Dans une récente étude (ici, en anglais), des chercheurs ont prouvé que la légalisation de la prostitution coïncide avec une baisse du nombre d'agressions sexuelles. Quel crédit apporter à cette thèse ? Il semble que les études selon les pays se contredisent. Le rapport au viol et à la prostitution est-il différent d'un pays à l'autre ? Quid de la France ?

Dr Jean-Roger Dintrans : Les études considérées semblent valides, « robustes » comme on dit dans les sciences dures, et il faut donc considérer leurs résultats comme crédibles et dignes de questionnement.

Mais les questionnements sont nombreux et demandent beaucoup de finesse et d’élaboration car la matière traitée - faisant partie de la sexualité et du commerce d’une activité physique considérée comme un « commerce du corps » -  est par nature extrêmement complexe et délicate.

Il est d’ailleurs nécessaire de faire un certain nombre de remarques préalables.

Ces remarques seront déjà un début de réponse à la question des différences culturelles entre pays et en particulier de ce qui pourrait être extrapolé de ces études à la situation en France.

La première remarque est le contenu du mot « prostitution ».

Si l’étymologie de (se) prostituer  « se placer devant, s’exposer aux yeux » (Robert, dictionnaire historique d’A. REY) a été directement emprunté au latin vers 1380, le terme de prostitution, qui l’a précédé (1250-1300),  a été, lui, emprunté au latin chrétien où il avait le sens de « profanation, débauche » et a donc dès le départ été porteur d’un jugement de valeur très péjoratif.

Dans les deux cas de figure néanmoins, le sens principal a été de désigner le fait d’avoir des activités sexuelles par intérêt, le « fait de livrer son corps moyennant rémunération » (idem).

Or, selon les conditions « d’exercice » de cette activité, le terme de prostitution peut recouvrir des réalités apparaissant aux antipodes les unes des autres :

 - L’activité sexuelle contre rémunération peut être libre et choisie (c’est de ce type d’activité que traitent ces études) : leurs acteurs souhaitent être appelés « travailleu-r- ses du sexe » ;

- L’activité sexuelle contre rémunération est encore néanmoins (et en particulier dans les pays où elle est prohibée), dans la majorité des cas, une activité exercée sous la contrainte (d’individus ou de réseaux mafieux) : la dénomination la plus pertinente, est, dans ce cas, celle « d’esclaves sexuel-le-s ».

Ces deux formes d’activités ne peuvent évidemment aucunement être ramenées l’une à l’autre.

Et par exemple la question de savoir si la prostitution permet de faire diminuer le nombre des viols perd tout son sens (ou voit à l’évidence que la réponse est non) dans les contextes où la prostitution est contrainte, car chacun de ces rapports sexuels - même si la prostituée est explicitement consentante et si le client la voit comme telle - doit être comptabilisé au nombre des viols ( il n’est pas question ici du vécu subjectif des personnes concernées mais de la catégorie à utiliser pour une réflexion philosophique/éthique/sociétale).

La prostitution permet-elle vraiment de sortir certains individus de leur "misère sexuelle" (ces personnes qui, sans le monnayer seraient dans l'incapacité d'avoir un rapport sexuel) ?

Concernant la situation de certaines personnes, le terme de misère sexuelle (et il serait utile de ne pas la dissocier de la misère affective),  est appropriée et constitue une réalité qui touche un grand nombre d’hommes (et aussi de femmes, même si c’est alors le versant affectif de la relation qui semble plutôt  être  invoquée par celles qui en parlent).

Ce sont des personnes auxquelles des caractéristiques psychologiques (manque d’estime de soi, traits de personnalités rendant difficile la construction des relations) et physique, conjugués à un statut défavorisé (en général socio-professionnel), font obstacle durablement à la possibilité d’entretenir des relations avec un partenaire.

Le cas des personnes handicapées en est certainement l’exemple paradigmatique.

Le recours à des rapports sexuels (il serait peut-être pertinent de dire « affectivo-sexuels », d’autant que ce qui est demandé ne concerne parfois pas même le « génital ») semble  apparaître, à beaucoup d’entre eux-elles, comme hautement désirables et souhaitables (on parle dans ce cas, pour éviter toute stigmatisation liée à la dénomination, de demande de recours à un-e «assistant-e sexuel-le).

Mais cette question de rapports (affectivo- ?) sexuels contre rémunération, comme en témoigne dès l’origine l’étymologie française du mot prostitution, soulève nombre d’interrogations philosophiques et éthiques, et mobilise extrêmement puissamment de nombreux courants idéologiques car elle touche, ainsi que je le disais au début, une « matière » (la sexualité) infiniment complexe et fondamentale ( au sens de fondement de l’individu humain et de fondements des sociétés humaines):

- Quelles sont les implications pour l’individu et/ou la  structure sociale de considérer comme licite l’usage « commercial » de son corps ?

- Quelles ont les implications pour l’individu et /ou la structure sociale de « penser » la sexualité comme pouvant être une activité « commerciale » comme toute autre ?

Pour ne retenir que deux formulations/questions parmi de nombreuses autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 22/11/2017 - 12:58
Pour finir
A kelenborn, celui qui croit que ses injures compensent son inculture, les buchers, c'est l'inquisition , contre les cathares au XIIIème siècle, ou à partir de l'époque de louis XI, mais en ...espagne , ensuite ton verger du roy louis, sait tu seulement ce dont tu parles, non comme d'habitude tu sors des conneries même quand tu fais des efforts pour paraître savant, ce texte est de théodrore de banville (XIXème , ca fait longtemps que louis XI est enterré à cléry) qui l'attribue à gringore ou gringoire, qui ne l'a pas écrit, et pour cause , il était contemporain de louis ...XII, cà y est , je t'ai rafraichi la mémoire ?
Et quand aux brailleries contre-productives, c'est bien de toi que tu parles ? Parce que , pot-pourri de couillon sans borne, ma trique in your ass, putain il a la diahrrée, le brailleur bon pour la camisole c'est toi, c'est quoi ton problême, tu fais une régression au stade sado-anal, tu as une occlusion intestinale et tu ne peux plus évacuer par les voies naturelles, seulement par la gueule ? Quand au bien que tu me souhaites, glyphosate, abattoir, surtout s'il est halal, j'ai compris, tu fantasmes sur daes.h ...
philippe de commynes
- 13/11/2017 - 21:58
@kelenborn...
Ne te fäche pas, j'ai juste voulu dire que dans là ou dans la traite des blanches la peine de mort existe, pour les victimes (risque de mourir tuée par un client détraqué, son proxénète, de maladie vénérienne, en étant acculée au suicide...il serait encore préférable que la peine de mort soit appliquée aux bourreaux ...
adroitetoutemaintenant
- 13/11/2017 - 12:45
Halte au mariage
Qui n’est qu’une prostitution légalisée !