En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 15 heures 39 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 17 heures 41 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 20 heures 12 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 13 heures 35 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 1 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 19 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 19 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 20 heures 13 min
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
Deux poids deux mesures

Crise humanitaire au Yémen : cachez moi cette famine gravissime imputables à nos alliés saoudiens que nous ne saurions voir

Publié le 10 novembre 2017
Famine, épidémie de choléra, morts par milliers... Chaque jour le conflit au Yemen fait de plus en plus de victimes. On peut alors raisonnablement s'étonner de la différence d'intérêt, tant diplomatique que médiatique, qu'y portent les pays occidentaux si prompts à condamner les exactions en Syrie.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Famine, épidémie de choléra, morts par milliers... Chaque jour le conflit au Yemen fait de plus en plus de victimes. On peut alors raisonnablement s'étonner de la différence d'intérêt, tant diplomatique que médiatique, qu'y portent les pays occidentaux si prompts à condamner les exactions en Syrie.

Atlantico : Comment peut-on expliquer la différence de traitement et d'attention d'abord diplomatique, puis médiatique, entre les conflits en Syrie et au Yémen ? Quels sont les ressorts de cette double prise de vue alors que dans les deux cas la situation sur place est catastrophique ?

Amir Aslani : Hélas, la realpolitik l’emporte sur tous les autres critères. Le Yémen n’intéresse personne. Le pays le plus pauvre du monde arabe n’intéresse pas les grandes puissances internationales. Le pouvoir d’achat y est très restreint malgré sa population de 29 millions de personnes. Il n’y aucun enjeu économique majeur dans ce pays alors même que sa position géostratégique est des plus importantes avec la ville d‘Aden qui permet un contrôle efficace sur la porte d’entrée de la mer rouge avec le Bâb el Mandeb. Les pays occidentaux semblent se satisfaire de leur présence à Djibouti, de l’autre côté de la mer rouge à cet égard d’où les drones prennent pour cibles les milices d’Al Qaeda.

L’Arabie Saoudite, qui pour le coup, intéresse tous les pays occidentaux de par ses richesses minières d’hydrocarbures a d’ailleurs tout fait pour isoler ce pays considérant d’après la phrase apocryphe attribuée à Ibn Saoud, le fondateur du royaume, qui aurait dit que le bonheur de l’Arabie passe par le malheur du Yémen. Et pourtant l’Arabie heureuse de Sindbad dont on parle dans les livres est le Yémen et pas l’Arabie Saoudite.

L’absence également de la présence d’une population importante occidentale dans ce pays participe également à le rendre inintéressant. En fait, alors qu’il y a des milliers de djihadistes occidentaux n Syrie, il n’en va pas de même pour le Yémen. L’occident a donc tendance à s’intéresser davantage à la Syrie où l’Europe y dispose de plus d’enjeux, ne serait-ce que dans le combat contre le terrorisme islamiste. La proximité géographique de la Syrie avec l’immigration massive issue de ce pays vers les autres pays du rivage méditerranéen fait que la Syrie occupe le devant de la scène médiatique et diplomatique.

Est-ce que cette différence de regards est généralisable à tous les pays occidentaux ? Comment expliquer ces différences s'il y en a ?

L’indifférence n’est pas généralisable à l’ensemble des pays européens. Les pays nordiques ont en effet un autre regard sur la crise yéménite. Un regard plus proche des réalités de terrain. En effet, alors que les conflits secouant le Yémen représentent le plus grand enjeu humanitaire du moment, si on écarte le sort des Rohingyas de Myanmar, la diplomatie internationale et les médias ont tendance à ne pas y accorder l’attention que la crise mérite. Ceci est due au fait que les autres pays arabes belligérants dans le conflit yéménite sont des alliés importants de certains pays européens comme la France et l’Angleterre avec des enjeux économiques majeurs notamment dans le domaine de l’armement et des infrastructures.

La France en particulier ferme les yeux sur les exactions que subit le Yémen par crainte d’offenser ses alliés Saoudiens et Emiratis. C’est ainsi que l’on oublie que 7 millions de personnes sont au bord de la famine au Yémen et qu’un demi-million de yéménite sont touchés par le choléra, maladie que l’on croyait oublié en ce troisième millénaire. Ce constat de la souffrance du peuple yéménite n’empêche pas le chef d’Etat français de rendre visite aux dirigeants des Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite sans que le conflit yéménite occupe une juste place dans les sujets abordés. L’inauguration du Louvre Abou Dhabi est ainsi traitée de manière largement prioritaire par rapport à la souffrance de toute une nation voisine.

Le fait également que ces pétromonarchies du golfe persique disposent dans certains pays occidentaux de relais médiatiques important et de « soft power » font que les gouvernants des pays concernés ne sont pas enclins à les prendre pour cibles. Les équipes de foot et autre relais d’opinions, comme les universités européennes disposant de campus dans ces pays jouent leur rôle de blocage et d’auto censure des médias et des gouvernants européens. Quelque part les milieux intellectuels et culturels sont complices de cette tragédie, ne serait-ce que par leur silence volontaire.

Le silence assourdissant des principales puissances occidentales n'est-elle pas dangereuse sur le long terme vis-à-vis de nos intérêts sur place sachant que l'intervention des saoudiens a aussi pour effet de renforcer la présence de l'Iran et de Al-Qaeda dans la péninsule arabique (AQPA) au Yémen ?

La guerre que livre l’Arabie Saoudite au Yémen contre le pouvoir Zaydite, apparenté chiite, au nord a eu pour effet d’unir l’ensemble du peuple yéménite dans la haine contre les Saoudiens. Les médias occidentaux ont tendance à représenter la guerre civile au Yémen comme un conflit entre un groupuscule armé, les Houthis, contre le pouvoir légitime yéménite qui n’a d‘ailleurs était élu par personne. Les Houthis représentent l’aspiration de la moitié de la population du Yémen de retrouver l’indépendance qu’ils ont connu pendant 9 siècles. Rappelons, en comparaison, que l’indépendance de l’Arabie Saoudite ne date que du début 20e siècle.

Plus de trente milles mort civils avec la quasi totale destruction des infrastructures ont plongé le Yémen dans le désarroi le plus complet. Les Houthis qui contrôlent la capitale Sana que les Saoudiens malgré une supériorité militaire totale n’ont pas réussi à reconquérir après presque trois ans de guerres se tournent naturellement vers l’Iran chiite et ce en dépit des différences qui caractérisent ses deux versions du chiisme permettant de la sorte à l’Iran d’y exercer une certaine influence et de mener une guerre indirecte aux Saoudiens.

L’Arabie Saoudite a donc réussi l’exploit d’unir aussi bien les 14 millions de chiites que les 15 millions de sunnites dans une volonté de vengeance contre Ryad. Les bombardements aléatoires et sauvages saoudiens qui prennent de manière indiscriminée pour cible autant les hôpitaux, les écoles et les processions funéraires que des objectifs militaires ont finis par unir le Yémen dans la haine de Ryad, chose que 80 ans d’écart de niveaux de vie n’avaient pas réussi à accomplir.

A terme la défaite saoudienne est inéluctable et c’est à ce moment-là que le rideau s’élèvera sur ce qui sera devenu non plus le croissant chiite mais une véritable pleine lune allant de l’Iraq au Yémen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 10/11/2017 - 23:41
Fumiste!
Article bidon, en particulier pour les chiffres.Le(s) Yemen était sous domination ottomane jusqu'en 1918. Depuis , des guerres internes incessantes incompréhensibles pour les Occidentaux, dues à des relations sociales-tribales très complexes. Il n'y a pas de "bons" ou de "mauvais" partis, seulement des alliances tribales(religions calquées sur les appartenances) appuyées sur des alliances extérieures (se souvenir de Nasser) dont nous n'avons rien à faire.
Deneziere
- 10/11/2017 - 20:44
L'oeuf ou la poule ?
Les états sunnites peuvent-ils se laisser en encercler par des forces chiites ? Avant de nous parler de différence de traitement médiatique, parlez-nous des ingérences iraniennes dans la région.