En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Martine Aubry atteinte du "syndrome Fillon" ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 heure 57 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 3 heures 34 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 5 heures 5 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 7 heures 13 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 9 heures 17 sec
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 11 heures 2 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 20 heures 9 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 21 heures 24 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 2 heures 41 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 4 heures 21 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 5 heures 29 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 11 heures 13 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 20 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 21 heures 53 min
© DR
© DR
Bonnes feuilles

De la monnaie, oui, mais pas que... : au fait, c’est quoi, l’argent ?

Publié le 01 novembre 2017
L’argent semble aujourd’hui mener le monde et le plier à sa loi ; est-il devenu un danger pour l’équilibre de nos sociétés, une menace pour la démocratie ? Est-il responsable des crises économiques, coupable de la fraude et de la corruption, néfaste et incontrôlable ? Extrait du livre "Le procès de l'argent" de Frédéric Peltier aux éditions Albin Michel (1/2).
Frédéric Peltier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en droit reconnu comme l’un des plus éminents spécialistes du droit financier en France, Frédéric Peltier a été sollicité dans les grands dossiers des dernières années (EADS, Altran, Libor, etc.). Auteur de plusieurs ouvrages juridiques, il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’argent semble aujourd’hui mener le monde et le plier à sa loi ; est-il devenu un danger pour l’équilibre de nos sociétés, une menace pour la démocratie ? Est-il responsable des crises économiques, coupable de la fraude et de la corruption, néfaste et incontrôlable ? Extrait du livre "Le procès de l'argent" de Frédéric Peltier aux éditions Albin Michel (1/2).

Alors, c’est quoi, l’argent ? Tout et n’importe quoi, serait- on tenté de dire, il suffit de croire en sa valeur. Néanmoins on ne peut pas se contenter d’une telle réponse sur la personnalité d’un justiciable. Il faut approfondir l’analyse. Pour étudier la personnalité d’un accusé, il n’y a pas d’autre méthode que de raconter sa vie. À l’origine de la notion d’argent, il y a la monnaie. Monnaie et argent ne sont en effet pas des synonymes, même si les banquiers centraux, gardiens du Temple, tentent d’englober l’argent dans la notion élargie de masse monétaire. Vaine tentative, on le verra.

L’argent est certes issu de la monnaie, mais il ne cherche ensuite qu’à renier ses origines et prendre sa liberté, vivre sa vie, devenir autonome pour voyager et se reproduire sans contrainte, sans limite.

Attardons- nous cependant sur la monnaie. Pour Aristote, elle remplit les trois fonctions complémentaires d’unité de valeur, d’intermédiaire d’échange et de réserve de valeur. Cette conception utilisatrice ne permet cependant pas d’en dégager les caractéristiques essentielles qui la distinguent de l’argent. En effet, la monnaie est avant tout un moyen d’asseoir la puissance de l’État, qui l’utilise pour se financer. La monnaie est donc d’abord l’argent de l’État.

L’un des droits régaliens attaché à la puissance publique d’État est le privilège de battre monnaie. Chacun peut produire de l’argent en travaillant, mais on ne peut pas en gagner en fabriquant de la monnaie. Seul l’État peut battre monnaie, même si ce processus simple et transparent est parfois brouillé dans l’opinion par l’image mythique de la « planche à billets »…

Pour créer de la monnaie, l’État n’imprime plus des billets et des pièces, sinon de manière marginale, mais il s’endette auprès du système bancaire : les banques centrales rachètent les titres de dette dite souveraine aux banques, qui peuvent à leur tour prêter les liquidités correspondant à cette dette à leurs clients ou au marché. C’est ainsi que la monnaie se transforme en argent, quand le financement accordé à l’État se diffuse en financement privé sur le socle de la dette publique.

La monnaie s’impose alors par son pouvoir d’achat pour assurer la valeur de l’argent qui va circuler. L’État qui bat monnaie a naturellement choisi la facilité pour imposer le respect du pouvoir d’achat de sa monnaie, il lui confère le monopole du cours légal, c’est-à- dire le monopole du pouvoir libératoire. La traduction juridique du cours légal de la monnaie, l’euro en France, est formulée dans un article très bref du Code pénal : « le fait de refuser de recevoir des pièces de monnaie ou des billets de banque ayant cours légal en France selon la valeur pour laquelle ils ont cours est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 2e classe En clair, celui qui, en France, refuse de considérer qu’un euro vaut bien un euro, s’expose à une amende de 35 euros. Cela peut faire sourire ; mais sous d’autres cieux, le non- respect de cette obligation, cela s’appelle le marché noir des devises, avec leur cours officieux, et les risques de déstabilisation que crée cette situation…

Dans les faits, la monnaie s’impose comme moyen de paiement sur le territoire d’un État ou d’une zone monétaire parce que les citoyens ont confiance en elle, qu’ils pensent que sa valeur est solide. Dans une économie de marché ouverte et mondialisée, la portée du cours légal d’une monnaie a donc ses limites. Il s’agit même souvent d’une sorte de pétition de principe.

 

Tout d’abord, les facultés de se procurer des monnaies étrangères ne sont plus rigoureusement encadrées ; et dans un monde financier quasiment sans frontières, l’accès à presque toutes les devises est un jeu d’enfant. Subsiste seulement en France l’obligation pour les contribuables de déclarer les comptes bancaires dont ils sont titulaires à l’étranger, et donc leurs avoirs dans d’autres monnaies ; mais cette obligation traduit une préoccupation essentiellement fiscale, avec des sanctions sévères pour le dissimulateur. Il encourt une amende pouvant aller jusqu’à 100 000 euros par compte non déclaré, si celui-ci est abrité dans un paradis fiscal.

Extrait du livre "Le procès de l'argent" de Frédéric Peltier aux éditions Albin Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires