En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© AFP
Présidence LR
Ce que risque Laurent Wauquiez à vouloir trop gagner en misant tout sur cette France enracinée « que n’aimerait pas » Emmanuel Macron
Publié le 31 octobre 2017
Opposer Paris et la province, c'est la dernière stratégie affichée dans le JDD du très probable futur président des LR pour tacler Emmanuel Macron. Une tactique qui pourrait s'avérer payante. Ou pas.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Opposer Paris et la province, c'est la dernière stratégie affichée dans le JDD du très probable futur président des LR pour tacler Emmanuel Macron. Une tactique qui pourrait s'avérer payante. Ou pas.

Atlantico : Dans une interview donnée au JDD, le probable prochain président des LR, Laurent Wauquiez a semblé axer sa ligne politique dans une opposition entre province contre Paris, (France mondialisée contre France périphérique) déclarant​ par exemple​ ​qu'Emmanuel Macron ​​est "le plus parisien des présidents qu'on n'ait jamais eu"​. En quoi une telle stratégie politique peut elle être considérée comme habile, en quoi peut elle être risquée ?

Bruno Cautrès : Dans son interview au JDD Laurent Wauquiez s’est en effet présenté, à partir de sa position de président de la région Auvergne-Rhône Alpes, comme un élu de région qui connait bien la « vraie » France. On retrouve ici une stratégie de communication relativement classique qui consiste à opposer le pouvoir exécutif en place, présenté comme « parisien » et déconnecté des réalités et des profondeurs du pays, au parti d’opposition, présenté comme ancré dans le territoire et proche des « vraies » préoccupations des français. Cette stratégie est à double tranchant : elle tout d’abord assez habile mais elle comporte aussi sa part de risques. L’habilité consiste tout d’abord à forcer le trait sur l’une des critiques régulièrement faite à Emmanuel Macron, celle d’incarner un pouvoir vertical et « technocratique » qui a du mal avec la diversité des français dans leur rapport à la mondialisation, à la compétitivité et à l’efficacité voulue par le nouveau président de la République. L’habilité consiste aussi à essayer de prendre appui, au sein de la droite, sur les élus locaux : après tout, le réseau des élus locaux, par exemple les maires des villes de droite, constitue toujours pour LR un important point d’appui. D’autant plus qu’Emmanuel Macron est engagé dans un sérieux bras de fer avec les élus locaux. Le risque de cette stratégie est d’apparaître comme manquant de perspectives sur les questions économiques qui sont liées aux dimensions européennes, à la compétition économique internationale. Un autre risque est d’apparaître comme tourné vers une vision un peu « passéiste » où l’on oppose la France des « clochers » à celle des villes. On a vu au cours des dernières élections que les clivages territoriaux comptaient beaucoup ; la droite ne peut délaisser les aspirations des habitants des grandes métropoles, des grands centres urbains, si elle entend reconquérir le pouvoir en 2022.

Du point de vue des risques, ne peut on pas considérer qu'une telle approche pourrait produire un risque de "surcharger" sa campagne sur le thème de l'enracinement alors qu'une large partie de l'électorat n'a pas de vision aussi trachée sur la situation, faite d'une part de refus de la perte des traditions et des habitudes,​ mais également traversée par une envie d'ouverture et de modernité​ ?​ N'y a-t-il pas un risque de "cornerisation" de Laurent Wauquiez alors même qu'une part de la province est également sensible aux thématiques portées par Emmanuel Macron ?

C’est tout à fait cela. Les clivages territoriaux ne sont pas aussi tranchés et l’on a vu que si Emmanuel Macron avait incontestablement connu une forte dynamique dans les grandes villes, cela ne résumait pas totalement sa géographie électorale. Par ailleurs, les électeurs de la droite LR appartiennent aussi, en partie mais il s’agit d’une importante partie, à des catégories sociales aisées, des professions libérales, patrons, commerçants ou artisans, qui ne vivent pas tous « en région » ou dans une France éloignée des grands centres urbains.  Je ne pense néanmoins pas que Laurent Wauquiez ait comme projet de ne se présenter que comme le défenseur des « territoires » contre « Paris ». Il s’agit sans doute davantage pour le futur probable patron de LR de trouver un positionnement, un angle d’attaque, vis-à-vis d’Emmanuel Macron et il sera nécessairement conduit (au fur et à mesure que 2022 se rapprochera) à développer un programme de candidat à la présidentielle, forcément plus large. Tout ceci nous confirme néanmoins, comme je l’ai dit dans une précédente interview, que les municipales de 2020 seront la « balle de match » de la séquence 2017-2022, un baromètre extrêmement important ou une boussole : si Laurent Wauquiez parvenait à faire de ces élections un succès pour LR, alors on verrait une stratégie électorale bien connue sous la Vème République se déployer : une stratégie visant à montrer que le « local » préfigure la victoire nationale. Nous n’en sommes pas là….

A l'inverse, et du point de vue de l'électorat, quels sont les gains que Laurent Wauquiez pourrait espérer ? Quelle est la sociologie et la "taille" de l'électorat que la candidat à la présidence LR peut espérer séduire par une telle stratégie ?

Il ne faut pas exagérer l’importance de ces déclarations en vue de l’élection interne à la présidence de LR. Ce sont les militants qui vont voter et Laurent Wauquiez a déjà capitalisé sur son image d’un « redresseur de droite », je veux dire par là celui qui va permettre à la droite de « redresser la tête » après le traumatisme de la non-qualification de François Fillon au second tour de la présidentielle. « La droite qui n’a pas à s’excuser d’être de droite », tel est plutôt l’angle sous lequel Laurent Wauquiez va tenter d’obtenir le succès le plus large possible les 10 et 17 décembre. Son discours sur Emmanuel Macron comme « le plus parisien de tous les présidents » tente plutôt d’amorcer un rapprochement avec des catégories plus populaires, une fois élu président de LR : les milieux sociaux les plus durement touchés par le chômage, la précarité ou les effets négatifs de la compétition économique mondiale, n’ont pas vraiment d’attirance naturelle pour le programme économique classique de la droite. Ces catégories peuvent néanmoins se sentir laissées pour compte du programme de modernisation et de « transformation » voulu par Emmanuel Macron et le ressentir comme le programme par et pour une « France qui va bien ». Il ne sera pas simple néanmoins pour Laurent Wauquiez de combiner ces différentes dimensions et aspirations qui se contredisent en partie. Mais après tout, personne n’a dit que diriger un parti politique était une tâche simple, surtout après le grand « chamboulement » de 2017….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LOTHARINGIEN 31
- 31/10/2017 - 16:58
PARIS VS PROVINCE
...habileté , pas habilité ...
gilbert perrin
- 31/10/2017 - 14:44
qui plus est :
je suis breton , illettré, sans dents ... il y en a déjà trop parmi mes compatriotes qui votent avec leurs pieds ??? MOI, du parisianisme je n'en veux plus ????
jurgio
- 31/10/2017 - 11:01
La jacobinisation forcée du pays
La France, selon la Gauche, c'est Paris, et les péquenots doivent être aux ordres. Gens de peu qui vivaient et voudraient continuer à vivre selon des principes condamnés par les boboïdes. Paris, siège de l'intelligence, a changé tout cela. Pour ceux qui n'ont pas compris, c'est normal puisqu'ils sont des crétins.