En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© REUTERS/Luke MacGregor
Troubles en vue
Airbus : affaire de corruption ou conséquence d’une guerre économique discrète menée par les États-Unis ?
Publié le 27 octobre 2017
En 2016, Airbus s’accuse de pratiques fautives devant le SFO (Serious Fraud Office) britannique. Cette autocritique est-elle « spontanée » ou est-elle la conséquence d’une guerre économique discrète menée par les États-Unis ?
François Géry est Avocat au Barreau de Paris, François est diplômé de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr – filière droit et gestion. François a débuté sa carrière en tant qu’Officier de Gendarmerie au sein du Ministère de la Défense où il a occupé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Géry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Géry est Avocat au Barreau de Paris, François est diplômé de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr – filière droit et gestion. François a débuté sa carrière en tant qu’Officier de Gendarmerie au sein du Ministère de la Défense où il a occupé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2016, Airbus s’accuse de pratiques fautives devant le SFO (Serious Fraud Office) britannique. Cette autocritique est-elle « spontanée » ou est-elle la conséquence d’une guerre économique discrète menée par les États-Unis ?

Alain Juillet, ancien directeur de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure), commente sobrement : " Nous sommes face à une affaire d’État qui touche aux questions de souveraineté nationale de plusieurs États européens " (propos rapportés dans Le Monde daté du 14 octobre). Il est vrai qu’Airbus, dont la France et l’Allemagne détiennent chacun 11% du capital, l’Espagne 4%, fabrique non seulement des avions de ligne, mais aussi des avions militaires (A400M) et des hélicoptères de combat. Une telle entreprise, qui compte 134000 salariés (sans compter la myriade de sous-traitants), a un chiffre d’affaires de 66 milliards d’euros et un résultat net de près d’1 milliard d’euros, serait même sans cela d’une importance stratégique pour l’Europe. Il est donc préoccupant de la voir menacée d’une très lourde amende comprise entre 1 et 3 milliards d’euros. Celle-ci viendrait sanctionner une omission de déclaration d’intermédiaires lors de la négociation de contrats à l’étranger. Certes, le versement de pots-de-vin n’est pas admissible et doit être condamné, mais il serait naïf d’envisager uniquement la dimension morale de cette affaire, qui est aussi révélatrice de la guerre économique que les États-Unis livrent à l’Europe à travers le droit.

Airbus se serait " spontanément " dénoncé au SFO (Serious Fraud Office) britannique en 2016 à la suite d’audits internes portant sur le caractère " incomplet " de certaines déclarations. C’est possible. Mais dans son enquête titrée " Airbus. Des menaces dans l’air ", Le Monde propose une autre explication : le Ministère de la Justice américain aurait averti Airbus qu’il avait connaissance d’éléments susceptibles de déclencher une enquête au titre du FCPA (Foreign Corrupt Practices Act), qui permet de poursuivre des entreprises étrangères pour des faits commis hors des États-Unis sur la base d’informations réunies par leurs services de renseignement. Airbus aurait donc préféré se dénoncer auprès des Britanniques, plutôt que de prendre le risque de poursuites aux États-Unis, ce que l’on peut comprendre au vu du traitement réservé par la justice américaine à Technip, Alstom ou BNP Paribas…

Le danger que fait peser sur l’économie française et européenne la multiplication de ce type d’affaires n’est pas tout à fait ignoré. Un des bons connaisseurs de cette question, Pierre Lellouche, fondateur de l’IFRI (Institut français des relations internationales), ancien ministre du Commerce extérieur et ancien président d’une mission d’information parlementaire sur l’extraterritorialité de la législation américaine, déclare à ce sujet : " Au fil de mon travail à la commission des Affaires étrangères, j’ai découvert la puissance du rouleau compresseur normatif américain qui revêt la forme d’un véritable impérialisme juridique et économique. Sous couvert de grands principes avec lesquels tout le monde ne peut être que d’accord, comme la lutte contre la corruption, les États-Unis imposent leurs lois aux entreprises étrangères, même quand leurs activités n’ont aucun lien avec le territoire américain. Cette extraterritorialité de la justice américaine a coûté plus de 10 milliards de dollars aux entreprises françaises ces dernières années " (Entretien du 5 juin 2016 dans L’Opinion). 

Dans le cas présent, on s’interroge à nouveau sur l’usage fait par les États-Unis du FCPA (destiné à assurer une concurrence juste et loyale en luttant contre la corruption) : n’a-t-il pas été instrumentalisé pour affaiblir Airbus, le seul concurrent de Boeing ? Contrôler l’usage que les États-Unis font du FCPA, et riposter en cas d’abus, paraît plus que jamais nécessaire.  Cela ne pourra être fait qu’au niveau européen, mais une réaction de Bruxelles se fait encore cruellement attendre.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Raymond75
- 28/10/2017 - 09:32
Les forces du marché
Les Neus Neus qui nous prodiguent la pensée unique depuis 30 ans et vantant l'efficacité des 'forces du marché' ont oublié un petit détail : aux USA et en Chine, les gouvernements font tout pour aider leurs industriels à conquérir le monde, par des règles et des lois de circonstance qu'ils imposent au reste du monde.
-- La Grande Bretagne et la France ont perdu leurs industries et leur savoir faire. Je me souviens encore des commentaires élogieux lorsque Pechiney a été racheté par Alcan !!!
--- En Allemagne, on pratique le capitalisme Rhénan : peu d'actionnaires, gestion du moyen et du long terme, volonté de négociation avec le personnel et intéressement de celui ci aux bénéfices. Tout l'opposé de la France. Echec ici, succès là-bas ...
--- Qui pourrait imaginer des aventures industrielles comme SpaceX, Apple, Micirosoft ou Blue Origin de Jeff Bezos en France ? ici c'est le règne du copinage et de l'entre soi entre copains des grandes écoles.