En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Edito
Comment Mario Draghi a déclenché une euphorie boursière à l’heure des craintes d’un nouveau krach
Publié le 27 octobre 2017
Octobre s’achève dans une véritable euphorie boursière sur les places financières européennes qui paraissaient atteintes d’une maladie de langueur... en attendant une future tempête, en raison des excès commis sur le marché américain.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Octobre s’achève dans une véritable euphorie boursière sur les places financières européennes qui paraissaient atteintes d’une maladie de langueur... en attendant une future tempête, en raison des excès commis sur le marché américain.

Les mois d’octobre sont traditionnellement redoutés dans le monde de la finance qui y voit régulièrement les symptômes d’un nouveau krach annoncé. Cette fois, il n’en est rien. Bien au contraire : le dixième mois de l’année s’achève dans une véritable euphorie boursière sur les places financières européennes qui paraissaient atteintes d’une maladie de langueur depuis plusieurs semaines en attendant une future tempête, en raison des excès commis sur le marché américain.

A Paris, le CAC 40 a ainsi atteint un plus haut de l’année à 5455 points, mais surtout battu un record vieux de près de dix ans, grâce à un bond de 1,50% de l’indice dans la seule journée de jeudi. Un mouvement suivi par l’ensemble des places du vieux continent. Une fois de plus, le talent de magicien de Mario Draghi, le président de la banque centrale européenne s’est joué de la conjoncture. Devant ses pairs, il a annoncé le grand virage de son institution en faveur d’un allègement du plan  de soutien accordé à l’économie, mais avec une sage lenteur. Le programme de rachat d’actifs sera allégé de 30 milliards d’euros en novembre et en décembre, alors qu’il avait atteint 80 milliards par mois entre mars 2016 et avril 2017. Il pourra connaitre une nouvelle  contraction par la suite, mais le grand  sorcier de la banque centrale assure qu’il sera maintenu au moins jusqu’en septembre de l’an prochain. En d’autres temps, le tour de vis de l’institut d’émission n’aurait pas manqué de provoquer des vagues sur les marchés, mais la potion de Mario Draghi est suffisamment  douce pour engendrer l’enthousiasme que l’on vient de relever après l’annonce de sa décision.  En fait, ce dernier s’est souvenu de la politique menée par ses prédécesseurs, qui avaient cessé leur soutien à l’économie  aux premiers signes de redressement de la conjoncture, en anesthésiant du même coup le  mouvement de reprise. Cette fois, il veut que les agents économiques aient confiance que la banque centrale restera auprès d’eux jusqu’à ce que l’expansion ait conquis toute sa force. Et celle-ci est en très bonne voie. La croissance atteint un rythme supérieur à deux pour cent en Europe, le  chômage est au plus bas depuis huit ans. La France s’inscrit certes encore au-dessous de la moyenne, mais ses performances montent en puissance. Et l’Allemagne a fini par  se laisser convaincre par les  arguments  de Mario Draghi en faveur de la  modération, alors qu’elle prêchait jusqu’ici pour une attitude plus ferme, en raison de sa crainte de voir resurgir l’inflation, alors que les prix demeurent plutôt sages.

Toujours prêts à changer  leurs fusils d’épaule, en raison de la versatilité qui les caractérise souvent, certains boursiers n’hésitent pas à envisager une nouvelle  étape de hausse des actions, en raison des masses d’argent que continuent de déverser les banques centrales, alors que dans le même temps, d’autres opérateurs prennent leurs bénéfices, face à la bulle qui s’est constituée aux Etats-Unis et ne cesse de grossir. Deux attitudes contradictoires apparaissent ainsi sur les marchés, sans que l’on puisse savoir qui l’emportera. Une correction s’imposerait logiquement aux Etats-Unis, dès lors que le programme de réduction des impôts de Donald Trump est maintenant en bonne voie devant le  Congrès, mais nul n’ignore que le retour à la raison pour les  marchés boursiers passe  trop souvent par des périodes d’excès dont on ne peut mesurer à l’avance l’ampleur des dégâts qu’ils sont susceptibles de provoquer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
02.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
03.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
04.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
05.
Pourquoi le nouvel angle d’attaque d’Emmanuel Macron pour les européennes est bien plus intéressant que le précédent
06.
La République en Marche a-t-elle hérité d’un des pires défauts de la gauche ?
07.
Sommes-nous véritablement de plus en plus allergiques ?
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 28/10/2017 - 09:40
mais enfin
mais enfin que fait JMS?
"L'euro s'enfonce face à un dollar porté par la croissance américaine" (la figaro)...Qu'attend-il pour enfiler sa cotte de maille et son heaume et pour pourfendre ces colporteurs de mauvaises nouvelles!!! Ultime provocation: la £ , a osé, monter par rapport à l'euro alors qu'elle est sur une chaise roulante!!!!
ajm
- 27/10/2017 - 15:16
Le marché financier, systeme vivant.
Les mêmes commentaires et articles sans intérêts sur la constitution et l'éclatement des bulles. Les marchés c'est à la fois du rationnel et de l'affectif comme la vie. Ça monte , ça rebaisse et ainsi de suite.
S'agissant des plafonds garantis par le système bancaire en cas de crise, on peut rassurer Ganesha, personne n'est assez bête pour laisser sur un compte--courant qui ne rapporte rien plus de 100000 euros, a fortiori si on a plusieurs comptes dans differentes banques.
kelenborn
- 27/10/2017 - 08:21
Comment?
Et JMS qui ne nous a pas prévenu que ce chant du cygne préfigurait l'engloutissement du R Uni dans les eaux de sa turpitude!!! Que fait-il?