En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Les chiens à l'exercice aussi ! Reuters Photographer / Reuters
Bonnes feuilles
Animaux : que trouve-t-on exactement dans la pâtée industrielle ?
Publié le 29 octobre 2017
Nous n’avons pas le monopole de la malbouffe, nos animaux sont également concernés ! Chiens et chats ont aussi, par notre faute, des mauvaises habitudes alimentaires qu’il faut combattre. En s’appuyant sur de nombreux exemples, ce livre nous explique quels sont les aliments à privilégier ou à éviter pour ne pas risquer chez eux le surpoids, voire l’obésité (et autres pathologies associées). Extrait de "Vous êtes fous de leur faire avaler ça !" de Morgane Kergoat, publié aux Editions Flammarion. (2/2)
Morgane Kergoat est journaliste indépendante.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Morgane Kergoat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Morgane Kergoat est journaliste indépendante.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous n’avons pas le monopole de la malbouffe, nos animaux sont également concernés ! Chiens et chats ont aussi, par notre faute, des mauvaises habitudes alimentaires qu’il faut combattre. En s’appuyant sur de nombreux exemples, ce livre nous explique quels sont les aliments à privilégier ou à éviter pour ne pas risquer chez eux le surpoids, voire l’obésité (et autres pathologies associées). Extrait de "Vous êtes fous de leur faire avaler ça !" de Morgane Kergoat, publié aux Editions Flammarion. (2/2)

Qu'y a-t‑il dans les aliments industriels pour chien et chat ? La composition des croquettes et pâtées est encadrée par la réglementation européenne. Si vous voulez jeter un œil aux textes de la législation en matière de sous-produits animaux, consultez le Règlement de base (CE) no 1069/2009 et son Règlement d'exécution (UE) no 142/2011 dans le Journal officiel de l'Union européenne. Ainsi, en France, les matières animales utilisées dans l'alimentation pour animaux sont issues de la même filière que pour la nourriture humaine. Aucun animal n'est abattu expressément pour terminer dans une croquette. On lit ici et là sur Internet que des animaux euthanasiés, dont des chiens et des chats (mais aussi des NAC : lapins, furets, etc.) peuvent se retrouver dans la nourriture industrielle. Pas en France, puisque les produits animaux destinés à l'alimentation ne proviennent pas des sociétés d'équarrissage, celles qui collectent les cadavres d'animaux domestiques ou de rente (chevaux, bovins, cochons…) qui sont décédés sur leur lieu de vie (simple habitation ou ferme).

Ces produits viennent directement des abattoirs et sont collectés par une autre société de transport que l'équarrisseur. Et les animaux malades ou blessés sont interdits d'abattage. Il n'y a pas de risque de contamination ou de confusion entre les deux types de carcasses. Prenez garde en revanche quand vous achetez des aliments industriels pour votre animal à l'étranger ou quand vous commandez des produits étrangers par Internet, car les règles ne sont pas les mêmes, notamment aux États-Unis. Par ailleurs, vous l'ignorez probablement, mais les cadavres d'animaux qui ne présentent pas un risque pour la santé publique (donc qui n'ont aucun risque de maladie telle que la maladie de la vache folle, ni aucun risque de contenir des substances comme les hormones de croissance) mais qui ne sont pas issus de la filière viande, c'est‑à-dire les animaux morts de maladie non épidémique ou comportant des traces de produits vétérinaires, notamment ceux dus à l'euthanasie peuvent être utilisés dans d'autres industries, comme la production de biogaz ou le compostage.

Viande et sous-produits animaux

À moins que le mot viande n'apparaisse clairement dans la liste des ingrédients, il ne faut pas imaginer que nos animaux de compagnie ont le droit à de beaux morceaux de viande, comme ceux que nous achetons pour nous. C'est tout l'inverse en réalité : les industriels récupèrent les parties de l'animal qui ne finissent pas dans nos rayons boucherie, c'est‑à-dire des parties extrêmement différentes, dont les qualités nutritives le sont tout autant. En France, on consomme par exemple de moins en moins d'abats (foie, rognon, estomac), dont certains ne sont d'ailleurs plus consommés depuis longtemps (mamelle, poumon). Et tandis que nous sommes encore nombreux à préparer une dinde entière à Noël, la plupart du temps, nous préférons acheter des morceaux nobles prédécoupés : filet, cuisses de poulet, magrets de canard, jambons, etc. Certaines parties, comme les museaux, la langue, ou les pieds de porc, sont parfois destinées à l'exportation dans des pays où les habitudes alimentaires sont très différentes des nôtres, notamment en Chine. Mais souvent, il y a des restes, plus ou moins ragoûtants, plus ou moins nourrissants, et plus ou moins chers.

Ce qui explique que dans un aliment « discount » on trouve une grande partie des restes les moins intéressants, sabots, plumes, viscères, carcasses pauvres en viande, etc., alors que dans les aliments « premium » il y a essentiellement des carcasses charnues, des rognons, des cous d'oies, etc. C'est ce que l'on appelle les « sous-produits animaux ». Ils sont collectés dans les abattoirs par des transporteurs spécialisés qui les conduisent dans une entreprise de transformation. Là, une partie des sous-produits animaux sont bardés d'antioxydants, puis ils sont broyés jusqu'à formation d'une pâte rosâtre. Ils sont ensuite cuits, déshydratés et pressés. Une autre partie est broyée en protéines animales transformées (PAT) de volaille, de porc ou de ruminants. Les PAT entrent dans la composition des aliments secs pour chiens et chats de façon à faire monter le taux de protéines et parce qu'elles rendent la croquette très appétante. La graisse est décantée, puis centrifugée ou filtrée, et utilisée en alimentation pour animaux de compagnie pour augmenter la valeur énergétique du produit et apporter des acides gras essentiels. La graisse est aussi utilisée comme enrobage des croquettes afin de les rendre plus appétantes, car, compte tenu du fait qu'elles sont pleines de céréales, nos carnivores domestiques auraient autrement tendance à les bouder pour la plupart.

Extrait de "Vous êtes fous de leur faire avaler ça !" de Morgane Kergoat, publié aux Editions Flammarion.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires