En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Pas si kamikaze...
Le retour du Japon : comment les “Abenomics” ont sorti l’archipel de son marasme économique et de son instabilité politique chronique
Publié le 24 octobre 2017
Malgré les doutes formulés à l'égard de la politique économique mise en place au Japon à partir de 2012, les résultats sont là; près de 3 millions d'emplois créés, un taux de chômage de 2.8%, et une confiance retrouvée.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré les doutes formulés à l'égard de la politique économique mise en place au Japon à partir de 2012, les résultats sont là; près de 3 millions d'emplois créés, un taux de chômage de 2.8%, et une confiance retrouvée.

Atlantico : Shinzo Abe vient de remporter un nouveau succès électoral dans un pays pourtant en proie l'instabilité politique. Dans quelle mesure ce succès électoral peut-il découler du programme économique du parti du premier ministre, le Parti libéral démocrate ?

Nicolas Goetzmann : La politique dite des Abenomics est sous-estimée depuis le départ. Pour mémoire, cette stratégie économique avait un but très précis qui était de sortir le pays de la déflation qui l'écrasait depuis près de 20 ans. L'outil qui a été utilisé par Shinzo Abe, et son banquier central Haruhiko Kuroda, a été de mettre en place une politique monétaire très agressive pour parvenir à briser ce cycle déflationniste. Malgré les critiques unanimes face à cette stratégie, le résultat est impressionnant. L'observation de la courbe du PIB nominal japonais permet de se faire une idée du rôle tracteur que peut avoir une politique monétaire lorsque celle-ci est menée avec sang-froid. Depuis 2012, la demande (qui est le synonyme du PIB nominal) japonaise est parvenue à combler le retard accumulé depuis 1997.

Evolution du PIB nominal du Japon de 1997 à 2017

Et cela a changé les choses du point de vue de la population. Près de 3 millions d'emplois ont été créés depuis 2012, ce qui a permis au taux de chômage de tomber à un niveau de 2.8%, du jamais vu depuis l'entrée en crise du pays au début des années 90. Il est également intéressant de noter que pour les deux premiers trimestres de l'année 2017, le taux de croissance japonais, en termes nominaux, dépasse largement le chiffre de croissance potentielle qui a été attribué au pays. C’est-à-dire, en termes annualisés ; 4.6% de croissance nominale au 1er trimestre, et 3% au second. En termes réels, cette croissance a été de 4% au 1er trimestre, 2.5% au second, alors que la croissance potentielle estimée par le FMI ou l'OCDE est de 0.5% en termes annuel, ce qui veut dire que la croissance du 1er trimestre de cette année 2017 a fait deux fois mieux que le potentiel annuel du pays. Cela devrait nous inciter à ne pas trop prendre au sérieux ces notions de croissance potentielle pour les périodes de rattrape économique, ce qui est d'ailleurs le cas pour l'Europe d'aujourd'hui.

Que peut-on attendre du nouveau mandat de Shinzo Abe au plan économique ? 

Les premières années de Shinzo Abe ont permis au pays de sortir de son coma déflationniste, ce qui peut permettre d'espérer autre chose qu'un colmatage pour cette prochaine échéance qui court jusqu'à 2021. Puisque le plein emploi est désormais atteint, et que la relance monétaire devrait être poursuivie, les salaires vont pouvoir commencer à progresser sur des termes beaucoup plus favorables. D'autant plus que le Japon n'intègre que très peu d'immigrants dans un pays en situation de déclin démographique. Dans une telle configuration, les entreprises vont devoir affronter un pouvoir de négociation de plus en plus fort de la part des salarié(e)s, ce qui va se traduire en augmentations, mais également en investissements dans la robotique et l'automatisation. En poursuivant une telle politique, le potentiel est considérable. Et pour faire face aux risques que peut représenter le fait de ne pas être éduqué dans un tel marché, Shinzo Abe souhaite faire de l'éducation supérieure un système gratuit dans le pays. Autant dire que les logiques qui existent aujourd'hui au Japon sont en totale opposition à ce que l'on peut voir en Europe, et ce, malgré un endettement plus de deux fois supérieur au Japon.

Quelle est l'approche économique défendue par Shinzo Abe depuis son arrivée au pouvoir ? Quelles sont les leçons à tirer de cette situation, notamment pour les européens ?

Shinzo Abe, avant le parti conservateur britannique, ou la ligne économique de "Steve Bannon" qui a permis à Donald Trump de remporter les élections américaines, a été le premier à opérer une révolution économique d'un parti de droite occidental. Finis les dogmes autour des questions monétaires et fiscales, fini les vieilles rengaines de l'économie "moraliste" qui tend à faire croire à la population que rien n'est possible en dehors du sang et des larmes. Ces partis de droite ont compris la fin de l'ère d'un "néolibéralisme" basé sur des présupposés qui n'ont pas eu de résultats économiques autres que l'accroissement des inégalités et la précarisation de la société. Comme si cette précarisation était un mal nécessaire pour revenir vers la prospérité. Non, pour eux, le seul résultat qui compte, ce sont les emplois créés. Il ne s'agit plus de "faire confiance" aux entreprises avant que celles-ci ne se décident à remplir des objectifs incohérents, mais de forcer le destin en prenant enfin le contrôle de la macroéconomie, au lieu de laisser tout cela à des mains manifestement engluées dans des idées datant d'avant 2008. Une politique de l'autruche qui trouve sa plus belle illustration en Europe, et Emmanuel Macron ne fait pas du tout exception à ce phénomène.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 25/10/2017 - 14:50
L'avenir est beaucoup plus souriant pour le Japon qu'il ne
l'est pour la France.D'accord avec @ajm vous avez bien situé le niveau qui sépare le Japon et la France. Nous ne sommes pas et ne seront jamais au niveau des Japonais. Leur niveau d’éducation est la clef de leur réussite associé à la valeur travail. Nos dirigeants devraient s'inspirer à certains égards de ce modèle de réussite. Mais ils ne le feront pas.
ajm
- 24/10/2017 - 22:54
Le pays le plus éduqué du monde.
L'article est un peu optimiste ; pour l'instant, malgré un taux de chômage très bas, les salaires ne montent guère. La réserve de force de travail chez les femmes et les vieux est encore très significative et il ne faut pas oublier que le Japon est un des pays les plus robotisés du monde.
Ceci étant dit, le Japon est de tous les grands pays modernes celui qui a le plus gardé son âme, offrant un cadre de vie humain et totalement sécurisé.
Le Japon aussi mise sur l'éducation, le Japonais moyen est largement plus évolué et cultivé que le "Français " moyen dont le niveau recule chaque année grâce à notre magnifique éducation nationale et à un environnement médiatique assez pitoyable.
Le Japon montre aussi (comme d'ailleurs la plupart des pays d'Asie comme en Chine, en Corée et à Taiwan) que l'immigration n'est pas du tout la condition de la prospérité même dans une situation démographique défavorable.
Même si tout n'est pas rose au Japon, c'est clairement un pays qui a des choses à nous apprendre.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 24/10/2017 - 22:42
S'ils ont des problèmes
S'ils ont des problèmes démographiques, On pourrait leur envoyer quelques djihadistes qui se reproduisent très bien chez nous...!
Dans ce domaine on a un vrai savoir faire.