En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 2 heures 12 sec
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 2 heures 12 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 3 heures 12 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 6 heures 4 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 2 heures 3 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 2 heures 40 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 3 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 5 heures 8 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 6 heures 4 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 6 heures 4 min
Le casse du siècle ?

Tournant : Les pays émergents veulent la Banque mondiale, mais qu’en feraient-ils ?

Publié le 29 mars 2012
L'institution internationale élira son nouveau président le 20 avril. Face au candidat américain, une Nigériane et un Colombien, qui portent la voix des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).
Norbert Gaillard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Norbert Gaillard est économiste et consultant indépendant. Sa thèse, rédigée à Sciences Po Paris et à l’université de Princeton, portait sur les méthodologies de notation souveraine. Il a été consultant pour l’International Finance Corporation (IFC), l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'institution internationale élira son nouveau président le 20 avril. Face au candidat américain, une Nigériane et un Colombien, qui portent la voix des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Atlantico : Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) présentent deux candidats à la présidence de la Banque mondiale, la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala et le Colombien José Antonio Ocampo. Ont-ils une chance de l'emporter face au candidat américain Jim Yong Kim ?

Norbert Gaillard : L'issue du vote est connue. Jim Yong Kim sera élu, surtout depuis que la Chine a indiqué, dans la foulée de sa nomination in extremis par le président Obama, que ce choix allait dans la bonne direction. Il faut bien comprendre que, depuis 1945, les États-Unis et l'Europe se sont partagés les rôles : aux États-Unis la Banque mondiale et à l'Europe le Fonds monétaire international (FMI). Américains et Européens ont évidemment intérêt au maintien du statu quo. Si jamais les premiers perdaient la Banque mondiale, les seconds risqueraient de devoir abandonner le FMI à moyen terme. L'Europe votera donc en faveur de Jim Yong Kim. Idem pour le Japon et la Corée du Sud, dont est originaire le candidat américain. Si l'on additionne les droits de vote des États-Unis, de l'Europe des 27, du Japon et de la Corée du Sud, on arrive à... 50,6% !

C'est aussi pour les Américains une question de prestige et d'affichage politique. Si leur candidat était battu, ce serait un coup dur pour Obama dans l'optique de sa réélection. Les Républicains affirmeraient qu'il a été incapable de défendre les intérêts de la nation.

Les chances de Ngozi Okonjo-Iweala et de José Antonio Ocampo sont d'autant plus minces que les pays émergents demeurent divisés. Il y a trop d'intérêts divergents et de rivalités entre la Chine et l'Inde, l'Inde et le Pakistan, le Mexique, le Brésil et l'Argentine. Le Nigeria, pays pourtant le plus peuplé d'Afrique, a vu ses droits de vote réduits lors de la réforme de 2010 ! La candidature de Ngozi Okonjo-Iweala s'apparente donc à une volonté de "contester" une réforme perçue comme injuste. De son côté, le Mexique, qui avait présenté la candidature d'Agustin Carstens pour succéder à Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI en 2011, tente de faire entendre la voix de l'Amérique latine. Il s'agit également de contrebalancer le pouvoir grandissant du rival brésilien.

Si un candidat des Brics était élu à la tête de la Banque Mondiale, concrètement, qu'est-ce qui changerait pour l'institution internationale et la politique qu'elle mène ?

Il ne faut pas se faire d'illusion. Les enjeux sont essentiellement d'ordre symbolique. L'élection d'une présidente ou d'un président africain, latino-américain ou asiatique à la tête de la Banque Mondiale serait un signe supplémentaire de l'influence croissante des pays émergents. Cependant, dans la vie quotidienne de la Banque Mondiale, un tel tournant aurait peu de conséquences.

Quel que soit le président de l'institution, les prêts consentis par la Banque Mondiale et ses diverses agences (l'International Development Agency, l'International Finance Corporation et la Multilateral Investment Guarantee Agency) aux Etats, collectivités locales et entités privées continueront de répondre aux mêmes exigences: favoriser la croissance économique, développer les infrastructures, réduire la pauvreté. Un éventuel changement de leadership ne modifierait en rien la raison d'être de la Banque Mondiale, ses objectifs et les moyens mis en oeuvre pour les atteindre.

Alors que les Brics représentent aujourd'hui plus de la moitié de la croissance mondiale, faut-il revoir les procédures de sélection de la Banque mondiale, qui réserve en général ce poste à un Américain ?

Les demandes des pays émergents sont légitimes. On pourrait imaginer, aussi bien au sein de la Banque Mondiale que du FMI, un système de présidence tournante qui concernerait les cinq continents et sous-continents suivants: Amérique du Nord; Amérique latine; Europe; Afrique; et Asie-Pacifique. Vu que les mandats à la tête de la Banque Mondiale et du FMI sont de cinq ans, aucune région ne serait écartée de la présidence de l'une des deux institutions pour une période supérieure à 10 ans. Je suis persuadé que ce type de réforme finira par voir le jour d'ici quelques années.

Finalement, les pays émergents ont-ils un intérêt à récupérer la Banque mondiale, ou peuvent-ils s'en passer et créer leurs propres structures ?

Les pays émergents ont tout intérêt à continuer leur lobbying pour augmenter leurs droits de vote et obtenir un jour la tête de l'institution. Rappelons que la réforme de 2010 a d'ores et déjà permis au Mexique, au Brésil, à l'Inde et à la Chine de porter leurs droits de vote de, respectivement, 1,17%, 2,06%, 2,77% et 2,77% à 1,68%, 2,24%, 2,91% et 4,42%. La dynamique est en leur faveur, pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?

Mais ne soyons pas naïfs pour autant. Les Etats émergents ont bien d'autres moyens d'accroître leur influence économique et politique, via leur diplomatie, des dons, des prêts bilatéraux, des aides techniques, des investissements directs et des investissements en portefeuille, réalisés, par exemple, par des fonds souverains.

Propos recueillis par Aymeric Goetschy

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
locke
- 30/03/2012 - 09:02
Paradoxe
La chine, ou comment le communisme va finir par l'emporter :
En jouant avec les règles de l'occident.
Beau revirement de l'histoire et victoire en bon et due forme !
ThierryV.
- 29/03/2012 - 16:28
Le pouvoir reste aux Occidentaux, mais pas pour longtemps...
Interview éclairante. Rien ne peut se faire sans l'aval des USA de l'Europe et du Japon. Ce système est bloqué par des Etats surendettés qui donnent encore des leçons d'économie au monde entier!!! On croit rêver. La Chine finira par contrôler le Fonds ou la Banque car elle est la créancière des Occidentaux. Les Chinois sont patients!!!

T.V.