En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Joute journalistique
"Ce qui me choque ce n'est pas Audrey Pulvar, mais plutôt les journalistes qui font du commentaire politique sans l'assumer"
Publié le 29 mars 2012
Critiquée par des membres de l'UMP suite à la couverture des Inrocks où elle figure, la chroniqueuse d' "On n'est pas couché" est défendue par Eric Brunet, son alter égo de droite.
Eric Brunet est l'auteur de l'Obsession gaulliste aux éditions Albin Michel (2017). Il présente Radio Brunet tous les jours sur RMC de 13 heures à 15 heuresIl a par ailleurs publié Etre de droite, un tabou français (Albin Michel, 2006) et Dans...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Brunet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Brunet est l'auteur de l'Obsession gaulliste aux éditions Albin Michel (2017). Il présente Radio Brunet tous les jours sur RMC de 13 heures à 15 heuresIl a par ailleurs publié Etre de droite, un tabou français (Albin Michel, 2006) et Dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Critiquée par des membres de l'UMP suite à la couverture des Inrocks où elle figure, la chroniqueuse d' "On n'est pas couché" est défendue par Eric Brunet, son alter égo de droite.

Atlantico : Dans une interview pour les Inrockuptibles, Audrey Pulvar assume être une journaliste engagée mais pas la "beni-oui-oui du candidat socialiste". Êtes-vous choqué par son marquage revendiqué à gauche ?

Eric Brunet : Pas du tout. Ce qui me choque, c'est que l'immense majorité de journalistes français fait du commentaire politique de manière insidieuse. Qu'Audrey Pulvar l'assume, c'est revigorant. Il y a une hypocrisie dans notre pays qui consiste à laisser croire que les journalistes sont objectifs. Or, on sait bien qu'ils sont à 80% de gauche. C'est triste pour la démocratie. Par exemple, pendant cinq ans, ils nous ont expliqué que Nicolas Sarkozy était un Président qui divise. C'est un commentaire subjectif idéologique, fait avec l'air de ne pas y toucher. Ce côté moutonnier est éminemment condamnable.

Qu'un certain nombre de personnes, dont je fais partie, commentent de façon partisane la politique, c'est autre chose. Il ne faut pas oublier qu'Audrey Pulvar le fait dans une émission de divertissement présentée par Laurent Ruquier. Elle apporte un débat d'idée dans un lieu qui n'appelle pas à la neutralité. Elle est parfaitement dans son rôle et les gens le savent. Pulvar, Ménard, Brunet, Apathie, même combat : ce sont des journalistes qui prennent position, dans un cadre très précis qui est celui de la polémique.

Je ne veux pas de médias dé-idéologisés. Au contraire, je souhaite qu'il y ait plus d'idéologie dans les médias, de façon plus plurielle, car cela fait 60 ans qu'ils sont de gauche. Ça devient fatiguant. Je rêve qu'il y ait plein d'Audrey Pulvar, de l'extrême-gauche à l'extrême droite. Elle ne fait que réinventer le métier de polémiste. Je le suis moins, même et j'ai honte du métier de journaliste qui s'est trop compromis avec les idéologies.

Elle est dans un rôle de polémiste, mais possède tout de même la carte de presse. Doit-elle la rendre ?

C'est effectivement un problème. Il faudrait peut être inventer une nouvelle catégorie de journalistes, les "opinion makers", ces gens qui se livrent à des véritables débats d'opinion, dont le matériau est l'opinion et non pas l'information. La commission de la carte de presse doit se pencher sur cette question. Avec le développement des chaînes d'informations en continu, on voit beaucoup apparaître ce type de personnes dont la spécialité est de travailler sur l'opinion, de lancer et répondre aux polémiques.

J'ai moi-même décidé, il y a quelques années, de rendre ma carte de presse pour devenir polémiste car je ne me sentais pas à l'aise dans cette corporation où tout est fait en douce.

Une chose est sûre, Audrey Pulvar est quelqu'un de sérieux. Je me suis trouvé face à elle dans On n'est pas couché il y a quelques semaines. Sur la cinquantaine d'émissions que j'ai fait pour promouvoir mon nouveau livre, elle était l'une des seules qui l'avait lu. Elle donne son opinion, mais c'est quelqu'un qui travaille et qui mérite d'être là où elle est. Elle participe du débat démocratique et je me félicite qu'elle soit là.

Aux Etats-Unis, des chaînes comme Fox News sont fortement idéologisées, mais les personnes qui y travaillent arrivent à acquérir une forte notoriété et crédibilité. Est-ce possible en France ?

On y arrive. Je suis moi-même un précurseur. Un jour, je suis allé voir RMC en leur disant qu'il y avait peu d'éditorialistes de droite et que j'aurais souhaité avoir une émission libre, qui analyse l'actu avec un regard différent, celui d'un anar' de droite, ouvert et tolérant. D'une saison sur l'autre, j'ai gagné 32% d'auditeurs en plus. Il y avait donc un énorme besoin. Quant aux auditeurs de gauche, ils sont toujours là car ils aiment le débat.

Je reçois des mails d'insultes, des dessins où on me voit à quatre pattes léchant les bottes de Sarkozy. C'est un peu humiliant pour un homme libre, mais je le vis plutôt bien car je reçois bien plus de messages de gens qui me félicitent, même ceux que j'énerve. Audrey Pulvar, moi et les autres sommes des gens qu'on aime détester.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
04.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
05.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
06.
Accusation de plagiat : Kev Adams trouve "inacceptable" le procès fait à Gad Elmaleh
07.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rogers
- 03/04/2012 - 11:42
Journalistes !
Oui les journalistes a 90% sont de gauche ! Le seul pouvoir sans contre pouvoir !! C'est le problème !
Palomino
- 03/04/2012 - 04:18
ENTRE NOUS..
En fait, Mr Brunet et Mme Pulvar ont tout pour s'entendre et cet éloge n'est pas surprenant: tous 2 veulent à tout prix exister, compter dans le paysage médiatique... vous connaissez le principe? En parler, quoiqu'on en dise, mais en parler de grâce... surtout pas d'anonymat ! Il faut reconnaitre qu'elle a mis du coeur à l'ouvrage la Miss... et la liaison avec un politique connu participe à la mise en orbite.
Jusqu'où? Femme de ministre demain si Hollande est élu, elle va tenir la gazette du PS ?
Parce qu'à ce moment là, plus encore qu'aujourd'hui, sur le service public ce serait carrément indécent. Il en pense quoi Hollande ?
NYOR
- 31/03/2012 - 03:32
Harmageddon / Diana
Encore d'accord avec vous... Je suis totalement pour des journalistes orientés. Et à la limite même sur les chaines publiques. A condition que cela soit clair pour tout le monde. Il est temps que l'on challenge nos hommes politiques comme cela se fait outre-atlantique. Pour l'instant, qui est challengé? Est ce que Sarkozy est challengé sur son bilan ? Est ce que Hollande est challengé sur ses propositions ? Non... La campagne est au ras des paquerettes...
Diana, merci.
A la longue, je trouve que cela progresse quand même. Harmageddon de temps en temps, Benvoyons aussi maintenant sont plus dans l'argumentation et défendent leurs idées avec pas mal de qualité... Maintenant, il reste les Vincennes, Vangog, New... Et là, pour leur arracher un début d'argumentation un tant soit peu ouvert... C'est mon sacerdoce !!