En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 41 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 16 heures 12 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 18 heures 14 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 20 heures 45 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 14 heures 8 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 34 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 19 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 20 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 20 heures 45 min
Joute journalistique

"Ce qui me choque ce n'est pas Audrey Pulvar, mais plutôt les journalistes qui font du commentaire politique sans l'assumer"

Publié le 29 mars 2012
Critiquée par des membres de l'UMP suite à la couverture des Inrocks où elle figure, la chroniqueuse d' "On n'est pas couché" est défendue par Eric Brunet, son alter égo de droite.
Eric Brunet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Brunet est l'auteur de l'Obsession gaulliste aux éditions Albin Michel (2017). Il présente Radio Brunet tous les jours sur RMC de 13 heures à 15 heuresIl a par ailleurs publié Etre de droite, un tabou français (Albin Michel, 2006) et Dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Critiquée par des membres de l'UMP suite à la couverture des Inrocks où elle figure, la chroniqueuse d' "On n'est pas couché" est défendue par Eric Brunet, son alter égo de droite.

Atlantico : Dans une interview pour les Inrockuptibles, Audrey Pulvar assume être une journaliste engagée mais pas la "beni-oui-oui du candidat socialiste". Êtes-vous choqué par son marquage revendiqué à gauche ?

Eric Brunet : Pas du tout. Ce qui me choque, c'est que l'immense majorité de journalistes français fait du commentaire politique de manière insidieuse. Qu'Audrey Pulvar l'assume, c'est revigorant. Il y a une hypocrisie dans notre pays qui consiste à laisser croire que les journalistes sont objectifs. Or, on sait bien qu'ils sont à 80% de gauche. C'est triste pour la démocratie. Par exemple, pendant cinq ans, ils nous ont expliqué que Nicolas Sarkozy était un Président qui divise. C'est un commentaire subjectif idéologique, fait avec l'air de ne pas y toucher. Ce côté moutonnier est éminemment condamnable.

Qu'un certain nombre de personnes, dont je fais partie, commentent de façon partisane la politique, c'est autre chose. Il ne faut pas oublier qu'Audrey Pulvar le fait dans une émission de divertissement présentée par Laurent Ruquier. Elle apporte un débat d'idée dans un lieu qui n'appelle pas à la neutralité. Elle est parfaitement dans son rôle et les gens le savent. Pulvar, Ménard, Brunet, Apathie, même combat : ce sont des journalistes qui prennent position, dans un cadre très précis qui est celui de la polémique.

Je ne veux pas de médias dé-idéologisés. Au contraire, je souhaite qu'il y ait plus d'idéologie dans les médias, de façon plus plurielle, car cela fait 60 ans qu'ils sont de gauche. Ça devient fatiguant. Je rêve qu'il y ait plein d'Audrey Pulvar, de l'extrême-gauche à l'extrême droite. Elle ne fait que réinventer le métier de polémiste. Je le suis moins, même et j'ai honte du métier de journaliste qui s'est trop compromis avec les idéologies.

Elle est dans un rôle de polémiste, mais possède tout de même la carte de presse. Doit-elle la rendre ?

C'est effectivement un problème. Il faudrait peut être inventer une nouvelle catégorie de journalistes, les "opinion makers", ces gens qui se livrent à des véritables débats d'opinion, dont le matériau est l'opinion et non pas l'information. La commission de la carte de presse doit se pencher sur cette question. Avec le développement des chaînes d'informations en continu, on voit beaucoup apparaître ce type de personnes dont la spécialité est de travailler sur l'opinion, de lancer et répondre aux polémiques.

J'ai moi-même décidé, il y a quelques années, de rendre ma carte de presse pour devenir polémiste car je ne me sentais pas à l'aise dans cette corporation où tout est fait en douce.

Une chose est sûre, Audrey Pulvar est quelqu'un de sérieux. Je me suis trouvé face à elle dans On n'est pas couché il y a quelques semaines. Sur la cinquantaine d'émissions que j'ai fait pour promouvoir mon nouveau livre, elle était l'une des seules qui l'avait lu. Elle donne son opinion, mais c'est quelqu'un qui travaille et qui mérite d'être là où elle est. Elle participe du débat démocratique et je me félicite qu'elle soit là.

Aux Etats-Unis, des chaînes comme Fox News sont fortement idéologisées, mais les personnes qui y travaillent arrivent à acquérir une forte notoriété et crédibilité. Est-ce possible en France ?

On y arrive. Je suis moi-même un précurseur. Un jour, je suis allé voir RMC en leur disant qu'il y avait peu d'éditorialistes de droite et que j'aurais souhaité avoir une émission libre, qui analyse l'actu avec un regard différent, celui d'un anar' de droite, ouvert et tolérant. D'une saison sur l'autre, j'ai gagné 32% d'auditeurs en plus. Il y avait donc un énorme besoin. Quant aux auditeurs de gauche, ils sont toujours là car ils aiment le débat.

Je reçois des mails d'insultes, des dessins où on me voit à quatre pattes léchant les bottes de Sarkozy. C'est un peu humiliant pour un homme libre, mais je le vis plutôt bien car je reçois bien plus de messages de gens qui me félicitent, même ceux que j'énerve. Audrey Pulvar, moi et les autres sommes des gens qu'on aime détester.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rogers
- 03/04/2012 - 11:42
Journalistes !
Oui les journalistes a 90% sont de gauche ! Le seul pouvoir sans contre pouvoir !! C'est le problème !
Palomino
- 03/04/2012 - 04:18
ENTRE NOUS..
En fait, Mr Brunet et Mme Pulvar ont tout pour s'entendre et cet éloge n'est pas surprenant: tous 2 veulent à tout prix exister, compter dans le paysage médiatique... vous connaissez le principe? En parler, quoiqu'on en dise, mais en parler de grâce... surtout pas d'anonymat ! Il faut reconnaitre qu'elle a mis du coeur à l'ouvrage la Miss... et la liaison avec un politique connu participe à la mise en orbite.
Jusqu'où? Femme de ministre demain si Hollande est élu, elle va tenir la gazette du PS ?
Parce qu'à ce moment là, plus encore qu'aujourd'hui, sur le service public ce serait carrément indécent. Il en pense quoi Hollande ?
NYOR
- 31/03/2012 - 03:32
Harmageddon / Diana
Encore d'accord avec vous... Je suis totalement pour des journalistes orientés. Et à la limite même sur les chaines publiques. A condition que cela soit clair pour tout le monde. Il est temps que l'on challenge nos hommes politiques comme cela se fait outre-atlantique. Pour l'instant, qui est challengé? Est ce que Sarkozy est challengé sur son bilan ? Est ce que Hollande est challengé sur ses propositions ? Non... La campagne est au ras des paquerettes...
Diana, merci.
A la longue, je trouve que cela progresse quand même. Harmageddon de temps en temps, Benvoyons aussi maintenant sont plus dans l'argumentation et défendent leurs idées avec pas mal de qualité... Maintenant, il reste les Vincennes, Vangog, New... Et là, pour leur arracher un début d'argumentation un tant soit peu ouvert... C'est mon sacerdoce !!