En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

06.

Grève du 5 décembre : bloquer le pays est-il une stratégie payante ? Petit retour sur les conflits des 50 dernières années

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

02.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 20 min 1 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 5 heures 28 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 6 heures 55 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Social
Mobilisation contre la réforme

Grève du 5 décembre : bloquer le pays est-il une stratégie payante ? Petit retour sur les conflits des 50 dernières années

il y a 8 heures 37 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 47 min 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 2 heures 8 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 3 heures 31 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
Début des manifestations à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 5 heures 45 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 6 heures 38 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 7 heures 12 min
décryptage > France
Mobilisation gouvernementale

Agiter la menace des casseurs ou la stratégie gouvernementale du parti de l’ordre

il y a 8 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Edouard Philippe n'a pas peur de 1995, mais le reste de la macronie, si; La réforme de l'islam de France au point mort; Ces familles qui financent leurs enfants terroristes; Quand les enseignants d'extrême gauche aggravent le communautarisme
il y a 8 heures 26 min
Cheating game
Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post
il y a 22 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Disraeli Scanner

Margaret Thatcher, la femme qui a lancé le néolibéralisme, Angela Merkel, celle qui en signe la fin

Publié le 24 octobre 2017
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.
Cambridge, 
Le 22 octobre 2017
 
Mon cher ami, 
 
 
Je vous écris un peu à la hâte, ce soir. J’ai passé une partie de la fin de semaine avec plusieurs ministres du gouvernement de Sa Majesté, à mesurer l’impact de l’entêtement bruxellois (permettez-moi de nommer ainsi ce qui relève de l’Union Européenne, qui est de fait de moins en moins habitée par l’esprit européen) à ne pas vouloir mener des négociations réalistes avec le gouvernement britannique. Nous étions réunis, hier, autour de Liam Fox, pour préparer avec lui la réponse cinglante qu’il vient de faire à votre président concernant ce qui ce passe vraiment dans les négociations. 
 
Je ne vous ferai pas l’injure de souligner que c’est le ministre du Commerce extérieur que l’on a envoyé pour répondre au président français. La fébrilité n’est pas du côté où on l’imagine. Quel contresens, au passage, de la part de votre président: la place de médiateur entre la Grande-Bretagne et l’Union est à prendre! Paris y gagnerait une influence énorme et marquerait des points face à Berlin. Pourtant, votre président préfère se faire le porte-parole de la Commission Européenne et d’une méthode très allemande de négociation: on n’avance pas tant qu’on ne s’est pas entendu sur le règlement de la dette britannique vis-à-vis de l’Union. Je ne donne pas cher de l’Union Européenne, assaillie de conflits internes, défiée par le corps électoral (vous avez vu l’enchaînement entre l’Autriche et la République tchèque: victoire de Sebastian Kunz dans le premier cas, d’Andrej Babis dans le second cas). Plus le temps va passer, plus la position britannique apparaîtra pour ce qu’elle est, raisonnable. Je suis d’ailleurs convaincu que Berlin, dès que le gouvernement de Madame Merkel sera constitué, occupera le vide laissé par Emmanuel Macron et fera plus ou moins discrètement signe à Londres.  Les négociations du Brexit commenceront véritablement au début de l’année prochaine, après de longs mois perdus par la faute de l’Union. 
 
Dans le train qui m’emmenait, tout à l’heure, de Londres à  Cambridge, mon esprit a vagabondé. Je songeais au récit que nous a fait hier David Davis des négociations sur le Brexit, nous exprimant le mélange d’ennui et d’étonnement qui le saisit chaque fois que ses interlocuteurs lui répètent, comme une litanie, l’ordre dans lequel la négociation est censée se dérouler: aucune négociation commerciale n’est possible tant que l’accord sur le règlement financier n’a pas été trouvé.  David se demande si la prochaine fois il ne se fera pas représenter par un hologramme...... On se dit d’abord qu’il y a beaucoup d’Angela Merkel là derrière. « Il n’y a pas d’alternative » a été une de ses formules favorites, au point de susciter contre elle un parti d’opposition conservateur (aux accents de plus en plus populistes) qui s’intitule « Alternative pour l’Allemagne ». Mais l’honnêteté oblige à dire que « There Is No Alternative » est une formule que Margaret Thatcher aimait utiliser aussi. Un membre du parti conservateur l’avait surnommée TINA, par dérision. 
 
Peut-être y a-t-il plus de points communs que ce qu’on croit entre la Dame de fer et la Chancelière. En traversant la campagne anglaise, j’ai bien dû m’avouer que la comparaison me déplaisait, à première vue. J’ai tout de même beaucoup plus de sympathie pour Margaret Thatcher mais je n’ai jamais pu adhérer complètement à sa vision du monde. Un vrai conservateur ne dira jamais « There is no such thing as society » (« La société, ça n’existe pas »); c’est impossible. La Dame de Fer avait raison  de mettre en cause les abus de l’Etat-Providence; mais en niant l’importance du lien social, elle a ouvert la porte à l’individualisme post-1968, qui a progressivement confisqué son programme et l’a transformé en « néo-libéralisme ». Margaret Thatcher, élevé dans un méthodisme strict, croyait à l’éthique du capitalisme; elle a pourtant ouvert la porte à tous les abus de la finance et à la désintégration partielle du corps social qu’elle a engendrée. De même, quand elle proclamait « There Is No Alternative », elle avait raison de plaider pour le retour à une conception saine du marché; mais elle donnait à tous les artisans du « consensus de Washington » la possibilité de faire avancer un programme mondialiste. Le Premier ministre britannique des années 1980 s’est brisée sur la conversion de son propre parti à l’européisme. En niant la société, la Dame de Fer avait fragilisé la nation face à tous ceux qui, dans son propre parti ou au parti travailliste acceptait la libéralisation de l’économie pourvu qu’elle fût déployée dans le cadre de l’Union Européenne en construction. En niant la politique, qui implique toujours une alternative, Margaret Thatcher, de même, a été prise à son propre piège: il était facile de lui expliquer qu’il n’y avait pas d’élément d’alternative à l’Union Européenne. 
 
Vingt-cinq ans plus tard, une autre femme politique domine les débats européens comme Margaret Thatcher en son temps. Elle est, comme la Dame de Fer, très marquée par son éducation protestante même si son christianisme est autant teinté de progressisme que celui de Margaret Thatcher l’était de conservatisme. Chez les deux femmes il est impossible de sous-estimer une passion à fond religieux pour une vision du monde qui doit constituer le socle de l’action politique. Angela Merkel a progressivement oublié le conservatisme social de la CDU et de la CSU au profit d’un « libéralisme » affirmé (au sens américain du terme). Elle n’est finalement pas si loin de la négation de la société telle que l’avait formulée Margaret Thatcher. Sous les mandats de Madame Merkel, l’Allemagne est devenue définitivement la championne du libre-échangisme. Mais c’est surtout le slogan TINA qui réunit les deux femmes. La Chancelière s’est fait une spécialité de présenter ses décisions politiques comme inéluctables et les seules possibles: si on la suit, elle ne pouvait pas faire autrement que d’imposer une cure d’austérité à toute l’Europe du Sud pour la sortir de la crise; ou de fermer les centrales nucléaires; ou d’ouvrir complètement les frontières aux réfugiés des guerres d’Orient et d’Afrique. 
 
Margaret Thatcher avait ouvert l’ère du néo-libéralisme. Angela Merkel la ferme, elle en est l’une des dernières représentantes. Tandis qu’elle s’obstine à vouloir construire une majoité dont le centre de gravité soit au centre-gauche, le monde change autour d’elle, L’Autriche ou la Tchéquie apportent la preuve que le continent est en quête d’un nouvel équilibre politique. Les deux chefs de gouvernement, la Britannique et l’Allemande, ont voulu, par leur parcours politique sortir définitivement du « socialisme » pour faire toute sa place à l’économie de marché. Mais Margaret Thatcher avait une page blanche devant elle; Angela Merkel est, elle confrontée, à la monté des inégalités en Allemagne et à la déstructuration potentielle du continent européen par le monétarisme et la libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux. 
 
L’entrée dans la gare de Cambridge a interrompu mon parallèle et vous me pardonnerez de ne pas avoir la virtuosité d’un Plutarque dans cette esquisse de« vie parallèle des femmes illustres ». Néanmoins, il me paraît essentiel de bien identifier où sont les failles du système néo-libéral qui est le nôtre depuis plusieurs décennies. L’absence de débat entre partis de gouvernement engendre, par réaction, le populisme et l’abstention. Il est temps de sortir de la négation du lien social et de réaffimer le caractère profondément sain de l’affrontement entre une droite et une gauche, entre conservatisme et progressisme, pour le bien de la démocratie. 
 
Très fidèlement
Votre dévoué Benjamin Disraëli
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

06.

Grève du 5 décembre : bloquer le pays est-il une stratégie payante ? Petit retour sur les conflits des 50 dernières années

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

02.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 23/10/2017 - 11:22
ah voila
Voila ce que l'on devrait prescrire à ce pauvre JMS! pour lui apprendre à penser! mais! lui c'est pas le TINA c'est le TONO.... des Danaïdes!