En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 3 min 22 sec
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 12 min 24 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 1 heure 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 4 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 7 min 14 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 53 min 36 sec
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 17 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 4 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 13 heures 49 min
Le jour d'après ?

Pourquoi nous sous-estimons gravement l’impact du dérèglement climatique sur les grandes métropoles mondiales

Publié le 23 octobre 2017
La question de la hausse du niveau des mers mais de bien d'autres paramètres climatiques fait que la population urbaine mondiale ne peut plus se sentir à l'abri des changements climatiques. Il va falloir s'adapter, ou risquer de voir les "catastrophes" se multiplier.
Nicolas Imbert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Inbert est directeur exécutif de Green Cross France et Territoires.Co-auteur de l'ouvrage "OCEAN: des clés pour agir " www.desclespouragir.com 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La question de la hausse du niveau des mers mais de bien d'autres paramètres climatiques fait que la population urbaine mondiale ne peut plus se sentir à l'abri des changements climatiques. Il va falloir s'adapter, ou risquer de voir les "catastrophes" se multiplier.

En 2015, l'Observatoire Manua Loa à Hawaï a signalé que la concentration moyenne quotidienne de CO2 dans l'atmosphère avait dépassé 400 parties par million (ppm) pour la première fois. Chaque année, les niveaux de glace de l'Arctique sont de plus en plus bas, le pergélisol dans des régions comme la Sibérie et l'Alaska fond, libérant des quantités dangereuses de méthane dans l'atmosphère, et apporte des tempêtes plus violentes et des sécheresses plus sévères dans différentes parties du monde. Cela se vérifie-t-il aujourd'hui? 

Nicolas Imbert : Le dérèglement climatique s’accélère, et nous sommes de plus en plus conscients de la gravité de ses effets. Dans le même temps, nous commençons effectivement à comprendre ce que signifie le mot dérèglement, la succession des tempêtes, des inondations, des sécheresses, et l'importance non seulement de développer notre résilience, nos capacités d'adaptation, mais aussi l'urgence d'entreprendre maintenant, et massivement, la transition écologique de nos économies et de nos sociétés. C'est maintenant que tout se joue: de notre capacité à infléchir les modes de consommation et de production dans les 2 à 3 ans à venue dépend la capacité du climat à se régulier de manière sereine ou bien à encore plus se dérégler.
 

A l'été 2014, une équipe de scientifiques de la NASA a annoncé des preuves concluantes que le recul de la glace dans le secteur de la mer d'Amundsen en Antarctique occidental était devenu imparable. Ils ont conclu que cette fonte suffirait à faire monter le niveau de la mer de plus d'un mètre (3 pieds).  Quelles régions du monde ont déjà été impactées?

Comme l'océan, les glaciers sont les sentinelles du climat. Il n'y a pas à ce stade une région du monde, terrestre ou marine, sur laquelle l'humain n'aie pas déjà constaté les effets du dérèglement climatique. Des zones que l'on pouvait croire préservées, comme l'Arctique ou l'Antarctique, subissent les effets des bouleversements indus par une augmentation des températures moyennes que l'on peut estimer à 0,8 - 1°C depuis 1990. On y découvre aussi les traces des plastiques, des radionucléides, des perturbateurs endocriniens et autre polluants que l'on croyait limités aux continents peuplés. Ailleurs, ce sont les migrations d'espèces comme le moustique-tigre, les incendies, les sécheresses, les inondations catastrophiques, les ouragans...les effets sont visibles partout. 
 
Et nous avons, c'est essentiel, des clés pour agir, pour infléchir la situation. Clés que Green Cross regroupent dans ses ouvrages pédagogiques "des Clés pour AGIR", à découvrir sur www.desclespouragir.fr
 

Robert DeConto, co-auteur d'une étude récente prédisant des vitesses de fonte significativement plus rapides dans les plus grands glaciers du monde, affirme que si les calottes polaires s'effondrent, c'est en centimètres par an et non plus en millimètres que la hausse du niveau des eaux se mesurera. Quels sont les risques d'un tel scénario pour nos villes? Existent-ils déjà des villes côtières parées, structurellement parlant, à ce type de scénario catastrophe? 

Aujourd’hui, la question de la résilience est une préoccupation de toutes les îles et territoires littoraux du monde, et c'est d'ailleurs un enjeu essentiel pour la CoP23, la prochaine conférence climat, qui se tiendra en novembre prochain à Bonn, sous la présidence fidjienne. Nous y serons, autour de Jean-Michel Cousteau, et particulièrement actifs sur ce thème. Qu'ils s'agissent de territoires aussi différents que New York ou Miami aux Etats-Unis, Dacca au Bangladesh, les îles Kiribati, Dunkerque, l'île d'Yeu ou Marseille, il n'y a plus aujourd’hui un littoral habité qui ne se pose pas la question de sa résilience, et des possibilités d'action. 
 
Les évolutions sont progressives, mais nécessitent des réponses humaines et économiques difficiles à trouver: il s'agit non seulement de rendre les activités humaines du littoral plus résilientes et plus adaptées à des tempêtes et à une montée des eaux qui altéreront le trait de côte, mais également souvent d'anticiper une bande littoral où l'eau douce devient progressivement plus salée rendant difficile l'accès à l'eau et l'agriculture, de prévoir de désinvestir ou d'abandonner des constructions ou activités littorales. La solution de renforcer localement les digues n'est qu'un pis-aller, qui génère des vulnérabilités juste à côté sans traiter le problème à long terme. Il s'agit vraiment d'une métamorphose, mais qui peut conduire aussi à des transitions heureuses quand elles sont anticipées, comme d'abandonner une urbanisation et une minéralisation galopantes pour utiliser des espaces naturelles en zone-tampon préservant à la fois la biodiversité et la résilience de l'endroit, repenser l'aménagement, travailler l'efficacité énergétique, développer ou repenser des systèmes alimentaires territoriaux, passer d'un tourisme industrialisé à un tourisme durable...les solutions sont multiples, les enjeux sont immenses, et la transition est d'autant plus facile qu'elle est pensée en amont.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
henir33
- 24/10/2017 - 12:02
fake news
commentaires :la fonte de l'Antarctique
faux sauf dans la péninsule (volcanisme).
la hausse du niveau des mers : faux : pas d'accélération depuis 100 ans (marégraphes plus fiables que les données satellitaires bidouillées et tout le reste à l'avenant
l'auteur voit son salaire dépendre de l'annonce de catastrophes anthropiques : conflit d'intérêts manifeste
henir33
- 24/10/2017 - 12:02
fake news
commentaires :la fonte de l'Antarctique
faux sauf dans la péninsule (volcanisme).
la hausse du niveau des mers : faux : pas d'accélération depuis 100 ans (marégraphes plus fiables que les données satellitaires bidouillées et tout le reste à l'avenant
l'auteur voit son salaire dépendre de l'annonce de catastrophes anthropiques : conflit d'intérêts manifeste
Anouman
- 23/10/2017 - 21:05
Titre étonnant
Car l'article ne parle pas vraiment des grandes métropoles mondiales., mais des banalités habituelles. D'ailleurs si elles étaient inondées ou gelées ou desséchées serait-ce franchement grave?