En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
19 octobre 1987

30 ans après le lundi noir de la bourse de New York, "l'exubérance irrationnelle" des marchés financiers est-elle une nouvelle fois de retour ?

Publié le 19 octobre 2017
Il y a tout juste 30 ans, le 19 octobre 1987, les places financières du monde entier ont été ébranlées par un violent krach boursier. Mais alors que les marchés financiers semblent aujourd'hui "immunisés", des risques restent bel et bien présents.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a tout juste 30 ans, le 19 octobre 1987, les places financières du monde entier ont été ébranlées par un violent krach boursier. Mais alors que les marchés financiers semblent aujourd'hui "immunisés", des risques restent bel et bien présents.

Atlantico : 30 ans après le 19 octobre 1987, "lundi noir", qui a vu l'indice Dow Jones perdre 22.6% de sa valeur au cours de la séance, les marchés financiers semblent aujourd'hui "immunisés" des différentes instabilités, notamment politiques, à travers le monde. Battant records sur records, la situation actuelle des marchés financiers peut-elle s'apparenter à une danse sur un volcan ? 

Jean-Paul Betbeze : Comment osez-vous poser une telle question ? Les marchés financiers savent de plus en plus de choses, et les traitent de mieux en mieux vous disent-ils ! Mais, malheureusement, ils les oublient aussi de plus en plus vite, tandis qu’ils grossissent de plus en plus. Ce serait donc différent, bien sûr aujourd’hui, puisqu’alors il y avait, de l’avis de tous les experts de l’époque, beaucoup trop de dette ! Et pas maintenant, si l’on en croit les dernières alarmes du FMI ?

De l’avis de tous, le dollar fluctuait alors beaucoup, il y a trente ans. Et pas maintenant, entre dollar et euro et Yuan ? Mais on vous disait alors, en même temps, que le risque ne devait pas être si important. Il était en effet immunisé par des systèmes d’assurances de portefeuilles. Et maintenant, avec les banques centrales gorgées de bons de trésor, « souvenir » de la crise de 2008 ? Et maintenant, avec la « forward guidance », où les banques centrales prennent les marchés par la main, pour leur dire ce qu’elles vont faire, pour monter leurs taux et vendre des bouts de leurs portefeuille ? On ne risquerait plus rien : il suffit d’écouter et de suivre ? Et à l’époque, vous dit-on, les systèmes d’achats et de ventes automatiques d’actions avaient tout accéléré, provoquant la panique. Et maintenant, où le High Frequency Trading actuel fait passer les « program tradings » d’alors pour des antiquités ?

La liquidité mondiale d’aujourd’hui a fait baisser les taux d’intérêt, donc le prix apparent du risque, sachant que les banques centrales devraient nous prévenir. Nous sommes donc dans une plus grosse mine, avec plus de grisou autour, et les canaris – ceux des banques centrales, les meilleurs - continuent de siffler. Avançons donc, ou, si on préfère, dansons avec Yellen et Draghi, Trump et Kim Jung-un !

Quelles sont les "bonnes" raisons qui permettent de justifier une telle situation ? Le niveau de risque actuel est-il exagéré ?

Les bonnes raisons sont toujours les mêmes : il y a trop de liquidité, donc le taux de l’intérêt baisse, donc il faut prendre plus de risque encore pour avoir un peu plus de rendement, et ainsi de suite. On prête ainsi à 10 ans aux Etats-Unis pour 2,3% (avec 2,2% d’inflation), ou à 1,3% au Royaume-Uni (avec 3% d’inflation), ou à 0,4% à l’Allemagne (avec 1,8% d’inflation), ou à 0,7% à la France  (avec 1% d’inflation). Sans trop regarder les niveaux de dette publique. Et si on veut plus de rendement, on peut acheter des bons turcs à 11%, avec 11% d’inflation plus le risque de change. Ou des bons argentins à 100 ans, ou de certaines entreprises. Mais on peut aussi préférer les actions, qui sont à leur plus haut historique aux Etats-Unis ou en Allemagne, en souhaitant que tout cela dure, et résiste aux hausses de taux qui commencent.

Car les actions montent, parce qu’elles sont montées ces derniers jours. Tout va donc continuer, et celles qui sont en retard vont « rattraper ». Les actionnaires suivent le dernier Prix Nobel d’économie, Richard Thaler. Les individus «simplifient la prise de décision en matière financière en créant des cases séparées dans leur tête, en se concentrant sur l’impact de chaque décision individuelle plutôt que sur l’effet global». Les investisseurs prolongent la tendance, indépendamment de ce qui se passe par ailleurs, et ceci d’autant plus qu’ils en ont les moyens financiers et qu’on les préviendra, si le temps se couvre !

Ajoutons que, partout, l’idée est de diminuer les impôts et taxes, tandis que les hausses des taux d’intérêt seront faibles et très étalées. Donc il y aura plus de profit et plus de croissance à terme.

Et les hausses de taux d’intérêt des banques centrales seront d’autant plus étalées que la hausse du prix du pétrole n’entre pas en jeu dans les calculs d’inflation, tandis que la fameuse « économie de la connaissance » rebat partout les cartes. Mieux encore que la globalisation, elle permettra partout une croissance plus efficace, donc moins inflationniste. Sous-louer son appartement ou une place de son auto, co-worker, travailler en réseaux, disrupter… c’est mieux et moins cher. Tant pis pour ceux qui n’ont pas vu venir ou pas changé. Tant mieux pour les entreprises de proximité, comme Google ou Alibaba, ou d’optimisation des comptes, de l’entreprise ou de la personne. Le tout nouveau, ce sont ces plateformes qui se mondialisent, Uber et ubérisation, avec des coûts marginaux faibles et stables, donc des profits croissants. La nouveauté, c’est que les marchés pensent que les rendements ne sont pas décroissants : tout deviendra donc monopole mondial !

Quelles sont les risques les plus importants qui pèsent aujourd’hui sur les marchés ?  

Le risque, c’est que ce système mondial, sur-liquide, interconnecté et réactif se trompe quand il pense que « tout deviendra monopole mondial ». Par construction, il y aura donc plus de conflits et des faillites plus importantes entre ces « monopoles » qui veulent l’être plus encore. On verra alors l’importance des crédits qui sont derrière certains, crédits perdus. Comme toujours, pour éviter cette évolution, on sait qu’il faut surveiller plus et ralentir. Mais Donald Trump veut moins de régulation et plus de crédit encore, pour pousser vers 3% de croissance une machine qui avance à 2,2% avec un taux de chômage à 4,2%.

Avant, il y a trente ans, les marchés poussaient vers l’avant, comme toujours, les banques centrales et les régulateurs calmaient, comme toujours, les politiques temporisaient, comme toujours. Aujourd’hui, les marchés sont d’autant plus allants que les banques centrales leur ont dit qu’elles s’occupaient de tout. Et voilà que certains politiques veulent pousser une machine américaine qui est déjà au plein emploi. Ça c’est nouveau ! Tout va se tendre, sans même parler de géopolitique, où tout est déjà très tendu dans tant d’endroits ! Dansons !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires