En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

01.

Service publi(quement vôtre)

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 2 heures 2 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 3 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 6 heures 1 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 6 heures 42 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 8 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 8 heures 55 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 5 heures 20 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 6 heures 21 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 7 heures 24 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 8 heures 55 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 8 heures 57 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 21 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Disraeli Scanner

Quelques vérités inconfortables sur l’Europe assénées par Yánis Varoufákis

Publié le 16 octobre 2017
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.
 
Londres, 
Le 16 octobre 2017, 
 

Mon cher ami, 

Je constate avec amusement le bon accueil qui est fait chez vous  à la traduction française du livre de Yanis Varoufakis « Conversations entre adultes ».  Varoufakis était le Ministre des Finances du gouvernement Tsipras au moment de la dramatique négociation sur la dette grecque du printemps 2015. Avant d’en venir au fond et de vous dire pourquoi je juge, moi aussi, que c’est un très bon livre, laissez-moi vider mon sac de sarcasmes. Quand je vois « Le Monde » se livrer à un quasi-éloge du livre, je constate une fois de plus que toutes les critiques sont acceptables dans l’univers parisien quand elles viennent d’un homme de gauche. Varoufakis offre, je vais y revenir, un tableau dévastateur des moeurs de l’Union Européenne; et on le tolère parce qu’il est l’ancien Ministre des Finances de Syriza, porteur d’une vision économique de gauche. Pour ma part je me réjouis qu’il soit écouté. Mais je ne vois pas de renouveau politique possible pour votre pays tant que le débat d’idées sera aussi asymétrique, tant qu’il y aura toujours un préjugé favorable pour un auteur de gauche et un préjugé défavorable pour un auteur de droite. Je ne dis pas qu’à Londres ou à New York nous ne soyons pas menacés du même défaut. Mais il reste que nous sommes trop attachés à la liberté d’expression pour connaître un tel déséquilibre des débats d’idées. 

Venons en au fait. Je ne partage pas un certain nombre des options de Varoufakis. En particulier, je m’étonne, après ce qu’il a vécu, qu’il continue à penser qu’une Europe fédérale est possible. Il l’a vécue de l’intérieur, cette Europe fédérale; et bien il pense qu’elle ne marche pas parce qu’elle ne l’est pas assez ou qu’elle ne l’est pas vraiment. Comme si l’on pouvait penser le contrat social indépendamment des sociétés dans lesquelles il s’enracine. Mais ne nous laissons pas arrêter par Varoufakis l’idéologue. Ce serait manquer les deux autres composantes de sa personnalité qui sont particulièrement attachantes. 

Tout d’abord, Varoufakis est un extraordinaire portraitiste. Il y a du romancier en lui. Prenez le temps de savourer chaque scène, chaque mise en situation. En quelques lignes, l’auteur campe mieux ses personnages que bien des historiens n’y arriveraient en plusieurs pages. Comme tous les grands auteurs, dramaturges ou romanciers, Varoufakis aime ses personnages; il leur laisse une part de lucidité, telle Christine Lagarde, au début du livre, qui ne peut s’empêcher de dire à l’auteur qu’elle lui donne raison mais qu’on est allé trop loin dans la mise en place d’un système, aussi absurde soit-il , pour pouvoir revenir en arrière. Les protagonistes, Lagarde, Schäuble, Merkel, Sapin, Macron, Tsipras, sont entraînés par des forces qui les dépassent, qu’ils ont eux-même mises en place et qu’ils s’obstinent à renforcer. L’auteur excelle à passer de la violence feutrée des salles de réunions de « l’Eurogroupe » à celle, mortifère, des rues d’Athènes. Pour tous ceux qui n’auraient jamais voulu l’entendre, Varoufakis dépeint la détresse croissante de la société grecque, l’appauvrissement des individus, leurs crises de désespoirs, leurs suicides quelquefois. La scène la plus poignante du livre, peut-être, est le dialogue entre l’auteur et ce journaliste devenu « sans domicile fixe », qui accompagne encore, pour survivre, les visiteurs étrangers chez Varoufakis; à la fin d’un entretien, il s’approche de l’auteur et lui fait promettre que, s’il entre au gouvernement, jamais il ne signera un accord européen auquel il ne croit pas. 

Ensuite, et fondamentalement, Varoufakis a un tempérament politique. Dès 2011-2012, il prépare une véritable stratégie de négociation pour Alexis Tsipras face à l’Union Européenne. Tout au long des six mois qu’il passe au gouvernement, au premier semestre 2015, Varoufakis est sans doute la seule tête politique de l’équipe. Non seulement parce qu’il voit clair dans les manoeuvres de partenaires de l’Union qui sont en fait des adversaires de la Grèce; parce qu’il estime de façon implacable les rapports de force; mais surtout parce qu’il ne cesse de dénoncer la dérive d’un projet, la construction européenne, où l’on s’est mis, depuis quelques années à faire tout sauf de la politique. L’argument le plus fort du livre est la réflexion sur la dette. Si un créancier, remarque l’auteur, était sûr de toujours récupérer sa créance, il n’y aurait aucune prise de risque donc aucune légitimation d’un taux d’intérêt. Or, poursuit-il, dans l’Europe de Monsieur Schäuble, une dette doit toujours être payée, elle ne peut jamais être restructurée. L’Allemagne entend étaler sa puissance mais ne veut jamais prendre de risque pour cela. Quand la dette grecque est restructurée en apparence, c’est en fait pour alourdir le fardeau du débiteur car il s’agit de sauver les banques allemandes. Varoufakis ne cesse de dénoncer la substitution de la morale (l’exigence d’austérité) à la politique; et il lève le voile définitivement sur la tartufferie des gouvernements et des technocrates qui sont du côté du manche: la Grèce a essentiellement fait les frais de l’exposition au risque des banques françaises et allemandes: le non-remboursement de la dette grecque aurait transformé en autant de Lehman Brothers des banques européennes en fait beaucoup plus imprudentes encore que leurs homologues américaines à l’époque de la crise. Si nous ne nous en étions pas rendu compte, Varoufakis nous explique définitivement comment la population grecque est le bouc émissaire d’un système où il a fallu dissimuler une énorme opération menée au secours des banques allemandes et françaises. C’est parce qu’il ne voulait pas couvrir cette imposture que Varoufakis a quitté le gouvernement d’Alexis Tsipras. Tenant parole vis-à-vis du journaliste sans domicile fixe qui l’avait interpelé avant qu’il n’entre au gouvernement. 

Mon cher ami, lisez, si vous ne l’avez déjà fait, ce beau livre. Et ne vous méprenez pas sur le titre: « Conversations entre adultes » implique moins la révélation de propos interdits que l’absence d’hommes et femmes politiques de calibre, de personnages de caractère dans les salles de réunion bruxelloises. Varoufakis prend ses lecteurs pour des adultes et il propose une prise de conscience définitive de ce qu’il juge être le dévoiement de l’idéal européen - pour ma part j’y vois la confirmation du caractère erroné du projet de monnaie unique dès l’origine. Je ne sais pas s’il y a des « adultes » dans le gouvernement britannique. En tout cas, je me réjouis que la Grande-Bretagne ne soit jamais entrée dans « l’Eurogroupe » et je conseillerais à Madame May de se dépêcher de faire le Brexit. 

 

Bien fidèlement à vous 

Benjamin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 17/10/2017 - 13:05
Excellent comme d'habitude
quant à Spinoztef: Ok mais...L'Allemagne n'en a rien à foutre de l'Europe pour autant qu'elle a reconstitué son Lebensraum qu'avait raté Adolf! Que le machin européen s'effondre et l'Allemagne conservera son atelier à l'est de l'Oder-Neisse , élargi à l'Ukraine , avec la Russie qui lui fournira son énergie une fois qu'elle aura fermé ses centrales. L'essentiel de son excédent (8% du PIB et 3 millions d'emplois) est réalisé avec le reste du monde et elle a un avantage structurel tel que la compétitivité prix est en partie gommée. Vous avez raison sur le principe: une Europe fédérale était plus souhaitable que cette horreur monstrueuse; elle n'était, tout simplement, pas possible!!!
Beredan
- 17/10/2017 - 11:57
Des amateurs ...
Dans la magouille et la gabégie , ils n.arrivent pas à la cheville des italiens qui , eux , ne se sont jamais fait prendre les mains jusqu.au coude dans la confiture ...
spinoztef
- 17/10/2017 - 11:53
L'europhobie est une impasse
L'article europhobe de ce cher Benjamin, est à comparer avec le titre d'Atlantico "Brexit: Theresa May s'est invitée à Bruxelles pour implorer que l'Europe trouve une solution de sortie"...cqfd.

Sortir de l'Europe est une impasse qui ne fera que renforcer l'Allemagne. Varoufakis a raison lorsqu'il affirme que l'intégration européenne n'est pas assez avancée. C'est justement ce qui a donné à l'Allemagne, la marge de manoeuvre supplémentaire afin d'imposer ses conditions.