En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 22 min 20 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 heure 57 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 17 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 2 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 6 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 37 min 50 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 56 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 8 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 46 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Voie sans issue

Pesticides dans des carottes bio : halte aux idées reçues, les pesticides sont partout, mais l'important est leur dosage

Publié le 15 octobre 2017
Des traces de pesticides ont été retrouvées dans des carottes vendues en commerce bio. Les produits phytosanitaires sont partout est il est très difficile de les éviter. Et ce, même quand leur utilisation a été proscrite depuis une quinzaine d'années.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des traces de pesticides ont été retrouvées dans des carottes vendues en commerce bio. Les produits phytosanitaires sont partout est il est très difficile de les éviter. Et ce, même quand leur utilisation a été proscrite depuis une quinzaine d'années.

Atlantico : Une étude réalisée par France 3 et publiée cette semaine met en évidence le fait que des traces de pesticides ont été retrouvées dans des carottes d'une chaîne de supermarchés bio. Comment peut-on expliquer que les échantillons prélevés et vendus en commerces bio contiennent des traces de phytosanitaires ? Quelles sont les solutions à apporter au problème ?

Antoine Jeandey : Le reportage reste approximatif par rapport au cas particulier, il eut fallu interviewer le fournisseur pour en savoir davantage sur les causes éventuelles du problème, je préfère donc répondre de manière plus générale. Un préalable, il est totalement faux de considérer que les cultures bio sont sans pesticides. Ce ne sont pas les mêmes pesticides qui sont agréés pour le bio que pour le conventionnel, mais il y a des pesticides dans le bio. Pour être précis, le bio utilise volontiers le cuivre comme pesticide, lequel cuivre peut tout autant se révéler dangereux pour la santé... Dans tous les cas, conventionnel comme bio, tout est dans le dosage. Particulièrement chez nous en France, où il existe de multiples contrôles (et c’est heureux), les prélèvements annoncent des taux de résidus des millions de fois plus petits que le commencement d’une dose inquiétante pour la santé. Le bio n’est pas à l’abri, des résidus de cuivre ont ainsi été trouvés dans la grande majorité des vins bio, mais là aussi dans des proportions très largement inférieures à un risque pour la santé.

Pour revenir au cas particulier, les pesticides détectés dans les carottes bio ne sont pas ceux utilisés pour le bio, donc vous demandez d’où peut venir la contamination... (Au passage, on note qu’elle existe, mais que les journalistes de France 3 qui ont réalisé l’enquête annoncent aussi qu’elle est minime et sans danger). Plusieurs possibilités viennent à l’esprit. 1. Le fournisseur est converti au bio depuis relativement peu de temps (les surfaces françaises en bio augmentent chaque année) et c’est son terrain qui possède encore des traces des pesticides utilisés avant la conversion. On trouve ainsi régulièrement encore des traces d’atrazine, de plus en plus diluées mais détectables, alors que ce produit est interdit depuis 2003 et que malgré les contrôles personne n’a jamais été condamné pour en avoir utilisé au-delà. Donc même si le fournisseur est bio dans sa démarche, la terre sur laquelle il cultive peut contenir encore des traces d’un historique, y compris lointain. Encore une fois, on parle bien de traces détectables, mais en aucun cas dangereuses pour la santé. 2. La contamination viendrait d’une dissémination... Cela reste possible, mais c’est très peu probable. Car aujourd’hui tous les agriculteurs (bien sûr il peut toujours y avoir une exception quelque part, l’être humain n’est pas infaillible) sont largement prévenus et convaincus des dangers, et donc ils adaptent leurs pratiques en fonction : les épandages de produits phytosanitaires ne sont font qu’avec une météo sans vent, peu de temps avant qu’une pluie ne tombe de manière à les rendre plus efficace et donc pour en utiliser moins. 3. Il faudrait aller voir sur place le fournisseur pour comprendre s’il n’existe pas une autre cause. Par exemple, si il utilise du matériel en commun avec d’autres agriculteurs en conventionnel et que les bidons dont il a eu besoin pour ses propres produits ont été mal lavés, cela pourrait aussi expliquer les infimes traces détectées. Mais là encore, il s’agirait d’une erreur humaine très peu probable, que je n’ai personnellement jamais observée, car au contraire, sur le terrain, j’ai toujours rencontré des agriculteurs responsables prenant bien garde à l’utilisation de leurs phytos. Pour les solutions, je pense qu’il faut tout simplement rappeler encore et toujours les conseils du bon usage des produits, afin de réduire encore la probabilité déjà très faible d’une erreur humaine.

L’actualité fournit régulièrement des exemples d’aliments où l’on trouve des résidus de pesticides. Est-ce inquiétant ? A partir de quel dosage peut-on considérer qu’il existe un risque pour la santé ?

Aujourd’hui, des pesticides, on en trouve partout, il suffit de chercher ! En revanche, ce qui est important, c’est effectivement le dosage. On parle en l’occurrence de millionièmes de grammes, c’est parce que nos possibilités de mesures sont devenues technologiquement particulièrement performantes que l’on parvient à les détecter. Et pourquoi en trouve-t-on si souvent ? Tout simplement parce qu’on les recherche. Nombre d’associations écologistes vivent de subventions et ont tout intérêt à entretenir un sentiment de peur dans la population en refaisant régulièrement une analyse sur un produit ou un autre : c’est leur gagne-pain, qui vient directement du contribuable. Pour les lecteurs de WikiAgri, nous avions publié un numéro spécifique sur ce sujet : « environnement, halte aux idées reçues ». Je vous invite à le lire. Evidemment que les pesticides sont des produits dangereux, mais c’est justement pour cela, parce qu’il a existé une époque où ils en ont été les premières victimes en tant qu’utilisateurs, que les agriculteurs savent aujourd’hui adopter le bon comportement dans leurs apports.

Est-il possible de faire en sorte de mieux cloisonner les cultures bios pour les préserver des pesticides ? 

Le problème vient-il de là ? Si nous avons de plus en plus de conversions en bio, c’est aussi à cause de la crise agricole : le bio paye plus. Ou plus exactement, « payait plus », car le gouvernement vient de décider d’arrêter de payer les conversions, après une ardoise laissée par son prédécesseur. Nombre d’agriculteurs ne sachant plus comment à nouveau gagner un salaire avec leur activité se sont convertis en bio. Sur le nombre, comment ne pas envisager qu’il y ait des erreurs ? Tous n’y sont pas venus par vocation, mais déjà pour sauver leur peau... Autre point, « se préserver » des pesticides, cela parait étrange. Il s’agit de la protection, de la santé des plantes. Exactement comme les médicaments pour l’humain : c’est mieux sans, mais c’est parfois obligatoire, et grâce à eux des résultats louables sont obtenus. Qu’ensuite, chaque molécule utilisée soit régulièrement examinée, qu’il y ait des débats au niveau européen (comme actuellement avec le glyphosate) pour apprécier l’exactitude de la dangerosité du produit, c’est heureux. De la même façon que certains médicaments se sont révélés finalement davantage nuisibles que bénéfiques. Mais qui a pensé à interdire tous les médicaments à cause du seul Médiator ? Alors attention aux généralisations, à aucun moment les utilisateurs que sont les agriculteurs n’ont eu la vocation de devenir les empoisonneurs qu’on les accuse d’être bien souvent.

Par conséquent, le bio devra vivre, encore longtemps, avec une agriculture conventionnelle à ses côtés. « Cloisonner », selon votre question, cela parait impossible dans le contexte actuel, sans compter qu’on ne sait pas si ce serait efficace, puisque la cause réelle n’est pas établie. En revanche, rechercher ces causes réelles des incidents (donc en allant au-delà du reportage de France 3) pour pouvoir ensuite les minimiser et prévenir, oui, c’est possible, c’est une question de moyens, donc de volonté politique.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulot
- 15/10/2017 - 23:12
L'atrazine...
L'atrazine a été interdite depuis longtemps.
Le chlordécone aussi, quoique là ce sont les Antilles françaises qui ont dégusté, et pas qu'un peu !

Mais aujourd'hui, il y a les pesticides qu'il ne faut pas nommer : midaclopride, thiaclopride, acétamipride, thiamétoxame, clothianidine, dinotéfurane.
Les néonicotinoïdes.
Et le fipronil.
Leurs noms commerciaux : Bambi, Confidor, Cruiser, Equinoxe, Gaucho, Poncho, Proteus, Régent...
Substances qui polluent les sols et les nappes phréatiques pour plusieurs années après leur arrêt.

Quant au bio, étant donné que toutes les semences sont enrobées de pesticides néonicotinoïdes, toutes les semences, comment il fait pour pour être exempt de pesticides, le bio ?