En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 3 min 40 sec
pépites > Politique
Immigration
L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 26 min 45 sec
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 48 min 26 sec
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 1 heure 16 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 15 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 16 heures 39 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 18 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 19 heures 21 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 25 min 17 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 39 min 54 sec
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 1 heure 42 sec
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 15 heures 5 sec
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 17 heures 1 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 18 heures 33 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 19 heures 57 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 22 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Causes et conséquences

Terrorisme et ressentiment anti-français : comment dépasser ce passé (colonial) qui ne passe pas

Publié le 03 octobre 2017
L’analyse du profil des terroristes qui ont frappé la France ces dernières années dévoile une conjonction de plusieurs paramètres qui vont pousser au passage à l'acte. Parmi ces paramètres, un des critères récurrents s​erait une origine d'Afrique du Nord.
Claude Robert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Robert est consultant international en organisation d’entreprise et auteur du blog http://www.eradiquons.fr,
Voir la bio
Pierre Vermeren
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Vermeren est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1. Normalien, il est spécialiste des sociétés maghrébines et  est membre du Laboratoire CEMAF (Centre d'études des mondes africains). Il a également vécu en Égypte et en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’analyse du profil des terroristes qui ont frappé la France ces dernières années dévoile une conjonction de plusieurs paramètres qui vont pousser au passage à l'acte. Parmi ces paramètres, un des critères récurrents s​erait une origine d'Afrique du Nord.

Atlantico : Au regard des profils des "terroristes"​ qui ont frappé la France au cours de ces dernières années, il apparaît qu​'un critère récurrent s​erait une origine d'Afrique du Nord, ​et plus spécifiquement des ancienne​s​ colonie​s ou protectorat​s français. Que révèle ce fait sur l'analyse des causes du terrorisme ​en France ? Et quelles sont les "causes " que cet élément permet de minorer ?

Claude Robert : Il est difficile de tirer des conclusions universelles mais le fait est que l’analyse du profil de l’ensemble des terroristes qui ont frappé sur le sol français depuis l’affaire Merah montre qu’il y a une conjonction de plusieurs raisons au passage à l’acte. Parmi celles-ci, l’origine d’Afrique du Nord, principalement Maghreb, à l’exception du Mali. Comme le profil de ces terroristes est typique, stéréotypé, il est évident que nous avons affaire à un phénomène multi-causal. Et l’origine géographique semble de toute évidence faire partie des dimensions importantes. Etant consultant international, et pour avoir travaillé dans plus d’une vingtaine de pays (dont plus de la moitié en Afrique), je suis frappé de la vitesse à laquelle, juste en arrivant dans une "ancienne colonie" ou un "ancien protectorat", le comportement des gens à l’endroit des Français trahit instantanément la qualité de l’historique qui les lie à l’hexagone. A la réaction des gens dans la vie quotidienne, très vite, il est facile de déterminer si cet historique a été "digéré", accepté, s’il est considéré comme positif, s’il est encore mêlé de ressentiment, ou carrément s’il est vécu sur le mode amour/haine. Car il existe bel et bien un contentieux avec certains pays, et l’origine très localisée des terroristes n’est vraiment pas surprenante. Mais ce n’est bien évidemment pas le seul critère, car ce processus de passage à l’acte semble très complexe, hélas…

Pierre Vermeren : J'ajouterai une autre caractéristique : la quasi-totalité d'entre eux ont pratiqué d'une manière ou d'une autre la délinquance. Et dernière caractéristique : ils sont très souvent issus de milieux très défavorisés et en situation sociale périlleuse. On est très loin des ingénieurs qui ont préparé et réalisé le 11 septembre, qui étaient des Égyptiens ou des Saoudiens de milieux familiaux plutôt aisés et de milieux culturels plus élevés. C'est un profil radicalement inverse. Ce sont des enfants d'immigrés de 2e ou 3e génération, très pauvres… qu'il ne faut pas confondre avec les recruteurs.

C'est une erreur assez commune. Avec de tels profils, de personnes ignorant l'islam voire ignorant la culture arabe et qui n'ont la plupart aucun accès à la langue arabe à part quelques bribes d'arabe dialectal, on peut constater la fausse route empruntée par l'idée de la déradicalisation. Car il y a ignorance de la religion mais en revanche une manipulation par de bons connaisseurs – gourous ou idéologies salafistes On confond ici la cause, qui est l'Islam politique révolutionnaire au Moyen-Orient et Maghreb, et ses dérives, avec le matériau humain qui est utilisé et manipulé et a une autre histoire, celle de la délinquance, de la pauvreté, de la drogue, celle des origines familiales, l'absence de culture etc.

La question de l'origine des terroristes me semble être une fausse route. Les jeunes musulmans en France sont quasiment tous originaires du Maghreb  (Algérie, Tunisie, Maroc). Cela reflète la population des banlieues en France. Il y a quelques exceptions avec Amedy Coulibaly qui est originaire du Mali. On trouvera peut-être un Comorien ou un Turc, mais la masse restera maghrébine dans des pays comme la France, la Belgique, l'Espagne ou les Pays-Bas où ils sont majoritaires. Et on voit d'ailleurs qu'en Angleterre, où l'immigration musulmane est majoritairement issue de l'Inde et du Pakistan, ce sont des personnes issues de ces pays qui passent à l'acte.

Les gens qui construisent ces réseaux ou qui les manipulent agissent en opportunité. Ils savent très bien que ces jeunes en difficulté sociale, matérielle, facilement manipulables sont à disposition pour eux. Ils en font des bombes humaines ou autres.
 

Le critère de "2e génération" est également très fortement représenté par les terroristes. Comment expliquer ce décalage avec les premières générations ? Quel est l'objet de la rupture, spécifiquement sur l'origine de ces personnes de "2e génération"?

Pierre Vermeren : Le monde a changé tout d'abord, et par là le djihadisme post guerre froide  est né en Algérie dans les années 90. Le djihad commence en 92 et avant cela ce n'existait pas sous sa forme actuelle. Merah est un des premiers de sa génération. Il y avait des militants de gauche, démocrates, berbèristes, ou islamistes bien-sûr, mais ils ne pratiquaient pas le djihadisme révolutionnaire. Ce modèle a été inventé au début des années 90. À partir des années 2000, on a vu un islam mondialisé, grâce aux télévisions du moyen orient qui ont diffusé à tous les images des guerres du Moyen-Orient, y compris les images les plus atroces, les plus manipulées.

Il y a eu ensuite les téléphones portables puis les réseaux sociaux qui ont donné à portée de tous le fait non seulement d'être spectateur voire acteur, et de rentrer en discussion avec des recrues ou des recruteurs partout dans le monde sans être nécessairement en contact direct. Les parents n'avaient ni le contexte historique ni l'accès à la technologie. Et vraiment, quand on parle de mondialisation, on voit bien qu'on est sur des modes de fonctionnement transnationaux. Dans les années 80, il n'y avait presque pas d'imam en France, et il y a maintenant quantité d'imams auto-proclamés ou de faux-imams manipulateurs qui eux aussi sont un fruit de la mondialisation puisque presque tous sont venus directement de l’étranger (contrairement aux immigrés d’avant qui venaient pour travailler et accumuler un pécule).

Claude Robert : Il est facile de comprendre que la première génération a fait un choix, elle a pris le temps et a fait les sacrifices nécessaires pour changer d’environnement culturel. Cela lui a coûté beaucoup mais encore l’a-t-elle fait de façon volontaire. C’était son choix. Si cette intégration se déroule bien, ce qui est le cas dans la grande majorité des cas, les enfants vont bénéficier d’un nouveau cadre de vie dans lequel l’acculturation nécessaire leur sera tout d’un coup beaucoup plus facile. Mais si cette intégration, ce changement d’environnement culturel ne s’est pas correctement déroulé, il est aisé d’imaginer que ce sont les enfants qui vont en faire les frais. Surtout s’ils sont mâles, issus d’une importante fratrie, avec une situation familiale tendue, et une autorité parentale défaillante…  Il est clair que le processus d’intégration des populations d’Afrique du nord paraît moins facile que celui des populations asiatiques ou européennes par exemple. Les Africains ayant fait le choix de venir en France ont certainement affronté des difficultés importantes sur le plan culturel, ethnique, financier, statutaire. Rien ne garantit que ce processus d’assimilation ou d’insertion fonctionne chaque fois parfaitement. Si jamais ce processus s’est opéré au prix de l’équilibre et de l’autorité familiale, il est évident que le risque de passage à l’acte chez la génération suivante se trouvera accru de façon très significative. C’est ce que semble démontrer ce profil de terroristes si stéréotypé…

Quelles seraient les pistes à suivre pour éradiquer ce processus ? 

Claude Robert : Ce problème de terrorisme semble cristalliser ce que les ethnologues nomment la "distance culturelle". Après avoir passé beaucoup d’énergie à ne jamais stigmatiser les différences entre cultures, Claude Levy Strauss a avoué sur la fin de sa vie qu’il existait des cultures avec lesquelles il était bien plus difficile de vivre car elles s’avéraient très différentes de la nôtre sur des dimensions non négociables. Le respect de la vie, le respect d’autrui, l’égalité homme-femme, la place de la religion, du corps, tout cela constitue un ensemble de dimensions sur lesquelles il n’est pas facile de tergiverser. A la lecture du profil des terroristes, ils semblent qu’à un moment donné, ces enfants de la seconde génération se sont rendu compte qu’ils ne feraient jamais jeu égal avec leurs semblables. Car l’échec scolaire des mâles va bien au-delà de simples notes sur les carnets et de parcours professionnel « au rabais ». C’est tout l’orgueil qui est blessé chez ces français d’adoption car nous ne pouvons leur proposer qu’un parcours « de seconde zone », des « demi-réussites », un « statut symbolique diminué »… D’ailleurs, en plus de cette fameuse « distance culturelle », et à cause d’elle justement, ce phénomène terroriste semble également cristalliser en France la médiocrité de l’enseignement primaire et secondaire. Si l’école était adaptative et savait proposer un vrai parcours culturel et professionnel à la mesure de ces personnes issues de cultures très différentes de la nôtre, sans doute l’exclusion scolaire serait moindre, et permettrait une insertion sociale plus facile. Et encore, rien n’est moins sûr, la critique est facile… Car l’insertion des filles fonctionne nettement moins mal. On en revient encore aux problèmes spécifiquement familiaux d’autorité du père et d’égalité des sexes devant cette autorité. Ce qui est un problème purement culturel. Il faut admettre ceci : une famille transplantée en France mais qui continue de laisser libre cours à ses enfants mâles et qui ne fait preuve d’autorité qu’auprès de ses rejetons femelles, génère forcément des garçons qui vont se trouver en porte à faux vis-à-vis d’une société policée comme la nôtre…

Sans doute est-il trop tard maintenant pour éradiquer le problème. Mais au cas où la France déciderait de ne toujours pas sélectionner son immigration, peut-être devrait-elle mettre en place un accompagnement culturel à l’insertion familiale et culturelle (accompagnement des parents dans leur responsabilité éducative), en plus de méthodes pédagogiques spécifiques pour ne pas dire des classes particulières d’acculturation des enfants de l’immigration (des classes dans lesquelles ces garçons ne sont pas découragés par leurs semblables et les programmes). Mais en avons-nous les moyens ? 

Pierre Vermeren : Malheureusement cela va être difficile. Toute une génération de jeunes gens est déformée par la télévision et les réseaux sociaux. Le péril numéro 1 c'est l'accès à l'image. Puis c'est l'accès au discours idéologique. Dans un système de liberté, on ne voit pas comment interdire ni la télévision, ni les réseaux sociaux ni les messages cryptés. Alors bien sûr, la lutte doit se dérouler dans cet univers électronique. La vraie chasse vise les recruteurs potentiels, les faux imams, les agents dormants de l'Etat islamique. On a vu comment en 2 ou 3 mois, un gourou en Espagne a réussi à retourner une douzaine de jeunes et les a envoyés à la mort avec toutes leurs victimes. C'est ce genre de personnes qu'il faut tenter de détecter tous les policiers le savent... C'est ce genre de personnes qu'il faut expulser en priorité et sans état d'âme. Cela ne suffira pas. Il y en aura toujours qui passeront  entre les gouttes.  Il y a ceux qui s'autoradicalisent. Et le dernier volet est évidemment celui de la politique sociale et scolaire : comment notre école peut former des enfants capables d'agir de la sorte à la fin de leur cursus. C'est une vraie question pour nos pédagogues ! Sans parler du fait que notre société à est habituée au business criminel de banlieue qui est la couveuse a tous les drames.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evinrude
- 05/10/2017 - 07:39
Atlantico: quelle errance!
Vous invoquez internet, les images et vous allez aussi invoquer les voitures ? Tout le monde utilise internet et ne tue pas pour autant, et tout le monde roule en voiture mais n’écrase pas les piétons. Quelle errance et tournicotage autour du pot : tout cela pour quoi ? Pour éviter de regarder les causes, mais vous êtes une guerre en retard, car les causes produisent leurs effets pendant que vous noyez le poisson. Sans compter cet autre article aussi lamentable : http://www.atlantico.fr/decryptage/massacre-las-vegas-ou-multiplication-attentats-islamistes-en-europe-meme-montee-nihilisme-contemporain-gerald-arboit-3183140.html
lasenorita
- 04/10/2017 - 14:25
Le scandale des retraités..
l'enclume...je partage votre point de vue...mais chez les musulmans ''tout est à sens unique''.. ainsi un Algérien ''né en France'' est Franco-Algérien mais un non-musulman ''né en Algérie'' n'est pas Franco-Algérien...Les non-musulmans n'ont pas le droit d'afficher leur religion et de la pratiquer dans les ''pays musulmans''... mais ici, en France, les musulmans font leurs prières dans les rues. .les Algériens ont ''nationalisé'' les biens des non-musulmans, en Algérie, mais ici, en France, ils achètent des propriétés avec de ''l'argent sale'' (drogue, vols, cambriolages, etc..)..les Algériens ont saccagé les cimetières des non-musulmans: ils se servent des pierres tombales des chrétiens comme tables de jardins.. mes parents, mes grands-parents,etc..sont enterrés en Algérie.. Les Algériens ont chassé 1 million de non-musulmans de leur pays natal et 4 millions d'Algériens ont suivi les ''colonisateurs'' en France,etc..etc..
lasenorita
- 04/10/2017 - 13:41
La ''colonisation'' musulmane.
Les musulmans, au septième siècle, obligeaient les habitants des pays qu'ils avaient ''colonisés'' à se convertir à l'islam, et, les non-musulmans, seulement, payaient des impôts.. actuellement, en France, ce sont, encore,'' que'' les non-musulmans qui paient des impôts!.. Les musulmans sont ''indépendants'' depuis plus de 50 ans mais ils ont laissé les belles cultures des anciennes propriétés des ''non-musulmans'' à l'abandon.. ces propriétés que le F.L.N. a ''nationalisé''..si les musulmans voulaient RESTER dans ''leur'' pays:ils auraient de quoi s'occuper mais. .ils préfèrent venir chez les anciens ''colonisateurs'' où on leur donne tout sans qu'ils aient besoin de travailler!