En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 10 min 27 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 17 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 10 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 2 heures 54 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 4 heures 46 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 6 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 21 heures 45 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 28 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 1 heure 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 29 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 20 heures 46 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 22 heures 52 sec
Biographe

Arnaud Ardoin : "Jacques Chirac est un homme qui a souvent renoncé à ses rêves"

Publié le 01 octobre 2017
Pour Arnaud Ardouin, qui publie cette semaine un ouvrage sur Jacques Chirac, l'ancien président était "à la fois pétri de liberté, totalement impertinent, et en même temps, totalement habité par le désir du pouvoir et de la réussite".
Arnaud Ardoin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste reporter de télévision sur la Chaîne Parlementaire Assemblée Nationale (LCP-AN), Arnaud Ardoin anime et coordonne l’émission quotidienne « Ça vous regarde » traitant de tous les sujets de société. Après être passé par France 2, France 3, M6,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Arnaud Ardouin, qui publie cette semaine un ouvrage sur Jacques Chirac, l'ancien président était "à la fois pétri de liberté, totalement impertinent, et en même temps, totalement habité par le désir du pouvoir et de la réussite".

Atlantico : Dans votre livre, vous revenez sur le parcours de Jacques Chirac, une des personnalités politiques préférées des Français aujourd'hui. Mais derrière le vernis, sa véritable nature semble difficile à définir. Vous le décrivez d'ailleurs comme un "paradoxe permanent". Qui est le vrai Chirac ?

Arnaud Ardoin : Le vrai Chirac, c'est véritablement Jacques Toubon qui le définit le mieux. C'est "l'homme aux trois enveloppes" : l'enveloppe politique qui fait presque de lui un "clown" de la scène politique, le bateleur, le "personnage", l'homme du terroir, le grand bourgeois. La seconde est celle du professionnel, de l'homme consciencieux, de celui qui travaille. Malgré son image, il restait un homme très exigeant avec lui-même et avec les autres. Et le troisième homme est l'homme secret, l'homme psychologique et mystique, et là on touche à son noyau dur. C'est la partie la plus difficile à atteindre. J'ai essayé de la découvrir, de percer cette carapace, et je ne suis pas absolument certain d'avoir réussi ! L'homme politique a été disséqué sous toutes les coutures, on l'a aussi étudié sur le plan de sa relation à sa femme, il y a eu quelques ouvrages sur cette question. De mon côté, je me suis attaché à décrire l'homme dans sa dimension spirituelle et humaine, qui, à mon avis eu du sens dans son attitude politique. Le fait que cela soit un homme qui a souvent renoncé à ses rêves - le rêve d'être une sorte d'aventurier - cela a souvent eu une incidence dans son action politique. On a souvent dit de lui que c'était un homme qui ne savait pas trancher. Il était comme ça. Son attitude intime rejaillissait dans sa vie politique. C'était un homme angoissé, qui avait un vrai problème avec sa propre identité. Cela explique d'ailleurs les liens qu'il a entretenu avec les femmes, ce rapport boulimique, consumériste. Boulimique, car il se "remplit de nourriture". Un boulimique est quelqu'un qui comble ses angoisses par la nourriture. Jacques Chirac a, à mon avis, comblé ses angoisses par la "consommation" de femmes.

Pour Jacques Chirac, finir président, n'était-ce pas une sorte de déception par rapport à sa vocation première d'aventurier ?

C'est une question que je me suis posé. Il ne l'a jamais verbalisé le fait d'être déçu. Il y a eu tellement de compensations et de "joies" professionnelles. Mais c'est là tout le paradoxe de Jacques Chirac, c'est un homme qui a rêvé d'autre chose et qui finalement est devenu président. Cela peut paraître totalement bizarre, mais c'est un homme aux désirs contradictoires. Il est à la fois pétri de liberté, totalement impertinent, et en même temps, il est totalement habité par le désir du pouvoir et de la réussite. Je pense, sans faire de psychanalyse de bas étage, que cela tient de sa structure familiale. Chirac a, de toute évidence, subi la mort de sa sœur, qui s'appelait Jacqueline. Lui, on va l'appeler Jacques. Et il va être emprisonné par la mort de ce bébé. Sa maman va le sur-couver, jusqu'à l'étouffer. Elle en fait un enfant gâté -qu'il sera d'ailleurs un peu toute sa vie. D'un autre côté, son père était extrêmement sévère et exigent. Il y a donc cette dualité : cette volonté profonde de bien faire et de gagner –il finira président – mais il y a aussi l'envie de n'appartenir à personne, de faire ce qu'il veut. On a beaucoup étudié le Chirac sur le plan politique, mais je pense qu'il est très intéressant de mettre une grille de psychanalyse à l'homme pour obtenir un angle différent.

L'ancien chef de l'Etat a la réputation d'un séducteur impénitent. Mais au-delà des conquêtes, beaucoup de femmes ont joué un rôle stabilisateur dans sa vie. Quel était son rapport à la gent féminine ?

Sa femme Bernadette a reconnu que "les femmes valsaient". C'est un fait, Jacques Chirac a eu beaucoup de femme dans sa vie. Il y a eu beaucoup de séductions rapides, des femmes qu'il chevauche "à la hussarde". Tout cela est vrai. Mais il y a aussi ces femmes, avec qui il a construit des histoires parallèles, et avec lesquelles il est allé puiser de la confiance, de l'énergie. Elles l'ont rassuré. Il en a "consommé" énormément, pour se prouver des choses à lui-même. Chaque femme était un terrain à conquérir. C'était une manière pour lui d'être libre C'est l'intime conviction que j'ai sur cette homme. Dans les bras d'autres femmes, il échappait au carcan bourgeois, de la tradition. Et il ne faut pas oublier ce côté "Chirac l'Africain", beaucoup plus polygame que monogame, et développant une philosophie très particulière.

Si sa carrière est exceptionnellement riche, rare sont ceux qui se revendiquent aujourd'hui du "chiraquisme" à l'exception de François Baroin et de quelques autres. Quel héritage politique laissera donc Chirac ?

Objectivement, je pense que, sur le plan de l'héritage politique, en termes de courant... il ne laissera pas de traces. En revanche, il va laisser une sorte de fluide subtil, humaniste, autour de cette espèce d'amour qu'il avait pour les autres. Cette façon qu'il avait de faire de la politique d'une manière simple. Ce qu'il va ressortir surtout, c'est d'avoir dit non à la guerre en Irak. C'est cela qu'il  restera de Chirac, c'est une évidence. On gardera aussi de lui une volonté affichée de faire côtoyer toutes les cultures entres elles, une sorte d'humanisme et d'universalisme. Et puis, il restera, même si ce n'est pas un courant politique, cette idée de porter beau et haut la France. Des millions de Français ont été fiers quand il a décidé de ne pas s'engager en Irak. Car les Français se sont dits : "c'est un homme de paix, il a une sorte de clairvoyance". Il va donc plutôt laisser une attitude qu'une somme d'idées politiques. Chirac était un homme très à part. Il a été libéral un temps, avant de faire une campagne très à gauche avec la fracture sociale, puis il a croqué la pomme. Il s'est beaucoup renié sur le plan politique. Cela dit, il avait un fil conducteur : les arts comme clef de la réconciliation entres les êtres humains. Une vision très noble. Politiquement, il a navigué au gré des circonstances. Il était un peu lassé des militants excité et des idéologues. Selon moi, ce n'était pas un idéologue. De plus, il a beaucoup caché sa philosophie, son amour des arts, il s'est beaucoup dissimulé. Il arborait une détestation des énarques, des élites et cultivait une sorte de stratégie de communication pour opposer Paris à la province, la campagne à la ville. Il a beaucoup joué avec son image. Mais il avait des véritables racines rustiques, et tout en jouant parfois le grand bourgeois, le noyau dur reste cet homme angoissé hésitant. Un individu qui avait des lignes de vie : les cultures, les humains, les personnes handicapées. Pour finir, il faut noter que très paradoxalement, le moment de sa vie qu'il a le plus apprécié est la guerre d'Algérie. Il a profondément aimé cette guerre. Non pas la guerre en tant que concept, mais en tant que outil d'épanouissement, qu'aventure. On en revient à ce Chirac qui a  cherché à vivre sa vie. Je pense qu'il possède en son for intérieur cette idée de "je ne n'ai pas vécu la vie que je voulais vivre". Malgré ses joies et ses succès, il y a chez lui cette tentation de Venise, cette volonté de s'isoler. 

Interrogée par le Parisien, Claude Chirac la fille de Jacques Chirac s'est exprimée sur la sortie de votre livre. Elle a notamment déclarée que la sortie de cet ouvrage était : " une démarche qui vient heurter de plein fouet les principes fondamentaux de dignité, de respect, de retenue qui ont toujours guidé l’existence de mes parents. Aussi bien de Bernadette que de Jacques Chirac et que, d’ailleurs, ils nous ont inculqué à ma soeur Laurence et à moi-même. Notre père nous a toujours dit qu’au regard des vraies souffrances des hommes, il était indécent d’étaler en public le moindre état d’âme. On se tient droit. Et donc, vous imaginez bien que jamais il n’aurait pu cautionner une telle démarche.". Comment réagissez-vous à ces propos ?

Je ne souhaite pas réagir aux propos de Claude Chirac Elle est libre de dire ce qu'elle veut.

 

Je laisse le soin aux lecteurs et aux journalistes qui prendront la peine de lire ce livre de découvrir qu'il est plein de pudeur et de respect pour Jacques Chirac. Les plus proches du président, presque 20 personnalités, ont accepté de répondre à mes questions et ont trouvé ce livre formidable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 02/10/2017 - 08:57
Tout à fait d'accord
avec C. Chirac : ce livre est indécent .
Vincennes
- 01/10/2017 - 22:09
@KOUTOUBIA56 - en effet, j'ai oublié Barbier (Tdu c de service
Express écurie Drahi) et SANARES sondeur BFMTV mais, maintenant, sur le service public avec la clique Roux/Toussaint,dès qu'il y a un sondage "sur ordres" ODOXA/ELABE/VIAVOICE (écurie Cayrol...... un de plus qui squatte tous es plateaux - ex/consultant d'Hollande- qui à son âge et avec tous ses tics, ferait bien de profiter de sa retraite plutôt que de débiner la droite comme Ardoin dont M.E MALOUINE devenue sa Présidente LCP certainement grace à l'écriture de DEUX livres avec et sur Hollande comme Karim Rissouli depuis son livre écrit avec Hollande (lui aussi)!!! et infect envers la droite .......et on pourrait écrire des romans!!! Il y avait un livre qui semble retiré de la circulation et qui dénonçait tous ce joli petit monde qui monopolise TOUTES les chaines !!!!
KOUTOUBIA56
- 01/10/2017 - 21:13
+1 vincennes. LCP BFM C DANS
+1 vincennes. LCP BFM C DANS L'AIR c'est du pareil au même : le poison qui infecte la tête des Francais. Quand on entend ce trou du cul de Barbier venir dire à 8H du matin que la hausse de la csg pour les retraités c'est bien fait car ils n'ont pas eu de guerre la libération sexuelle!!!!!!!!!!!!!!et autres inepties on a qu'une envie LE PENDRE PAR LES COUILLES ce petit bourgeois de merde