En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 55 min 51 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 43 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 50 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 55 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 51 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 9 heures 15 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 24 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 30 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 6 heures 5 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 34 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 8 heures 1 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Tribune

Lançons la bataille pour l'innovation et les emplois de demain

Publié le 24 septembre 2017
La France doit investir dans l’innovation pour se constituer un portefeuille d’emplois lorsque l’innovation aura détruit les emplois d’hier et d’aujourd’hui, plaide le président de Quartz Investissements.
Jean-Manuel Rozan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Manuel Rozan a passé l'essentiel de sa carrière sur les marchés financiers en tant qu'investisseur. Il est aujourd'hui le co-fondateur du moteur de recherche Qwant et président de Quartz Investissements.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France doit investir dans l’innovation pour se constituer un portefeuille d’emplois lorsque l’innovation aura détruit les emplois d’hier et d’aujourd’hui, plaide le président de Quartz Investissements.

De même que les fonds souverains des pays pétroliers doivent se constituer un portefeuille d’actifs qui leur donnera des revenus lorsqu’ils n’auront plus de pétrole, la France doit investir dans l’innovation pour se constituer un portefeuille d’emplois lorsque l’innovation aura détruit les emplois d’hier et d’aujourd’hui.

Le tsunami numérique et technologique qui nous vient va changer pour toutes et pour tous, la façon de travailler dans toutes les industries clés. Le transport, l’éducation, la santé, la distribution, l’énergie, l’agriculture, la finance entre autres vont être impactés de façon radicale.

Ces transformations qui bousculent notre économie et notre quotidien nous viennent vite et de partout. La bataille pour les inventer et les posséder est désormaismondiale, ne nous y trompons pas, elle se joue à coup de dizaine de milliards. Y participent : les grandes sociétés innovantes des dix dernières années (les Gafa notamment)qui ont des milliards de cash, les fonds d’investissements américains aussi, les fonds souverains de la planète, les grandes Family Office privées …

Pour prendre un seul exemple, le PIF (Public Investment Fund) d’Arabie Saoudite qui pèse actuellement 700 milliards et atteindra d’ici peu les 2 trillions, a récemment doté en une seule fois, Softbank à Londres, de 43 milliards de dollars à investir dans des sociétés innovantes. Et ce n’est qu’un début …

En France, le gouvernement d’Edouard Philippe a annoncé son intention de créer un grand Fonds pour l’Innovation et l’Industrie doté de 10 milliards d’euros, et le constituer en cédant les participations de l’Etat dans diverses sociétés existantes : une manière de « vendre le passé pour investir dans le futur » en quelque sorte.

L’intention est louable, mais au lieu d’investir l’ensemble de ces capacités, qui restent modestes à l’échelle des enjeux, il semble que le projet se limite à la volonté de mobiliseruniquement les intérêts des 10 milliards,soit environ trois cents millions par an ! Pourquoi brider ainsi ses capacités et pourquoi se limiter à l’innovation française ?

Ce projet-là n’est pas à la hauteur et ne porte pas l’ambition que le moment exige.

Par exemple, si en matière d’innovation dans l’éducation c’est une société étrangère qui crée une avancée décisive (des MOOC diplômants) il faut être parmi les premiers à souscrire à son capital et il faut proposer aux entrepreneurs de cette société tous les avantages « du package impatrié » pour venir installer une activité en France et faire en sorte que leurs solutions se diffusent plus viteavec nous et chez nous.

Dans ce quinquennat notre gouvernement va investir 15 milliards dans la formation, c’est en effet une urgence. Très bien ! Mais investir pour quelles formations ? Quels métiers ? Et qui va former les formateurs aux métiers de demain qui n’existent pas aujourd’hui ?

La solution à ce problème gigantesque réside certainement dans l’innovation d’aujourd’hui et de demain. Peut-être en France et peut-être au-delà ? Pourquoi alors se priver de regarder et d’investir ailleurs ?

Allons au bout de notre raisonnement. Si l’on parle de transition alimentaire et écologique, la France doit comprendre, connaitre et investir dans les technologies des sociétés les plus innovantes, partout dans le monde, comme par exemple celles de sociétés qui construisent des fermes verticales écologiques aux portes de villes américaines.

On peut bien sûr adopter le même raisonnement pour la transformation alimentaire, la transformation numérique, la transformation écologique, pour l’innovation dans les fintech, le transport, la distribution, la robotique, l’intelligence artificielle…

De plus, le système français a permis l’éclosion (CIR, BPI, aides diverses) de sociétés qui atteignent maintenant une taille intéressante, et qui vont bientôt lever des sommes allant de cent à trois cents millions d’euros pour leur développement. C’est ce qu’on appelle « le late stage ». Très gros bémol : Il n’y a pratiquement pas en Europe, et pas en France de source de capital qui ait pour vocation de mettre dans des délais très courts des « tickets » financiers d’importance dans les sociétés qui en ont immédiatement besoin pour grossir et se développer. Des délais qui, de la requête initiale au dépôt du chèque, ne devraient pas excéder trois mois : on en est pour l’instant en France très loin.

Le problème n’est pas qu’il n’y ait pas chez nous de professionnels compétents de nationalité françaisepour comprendre et analyser ces innovations et ces sociétés. Il y en a beaucoup, à la CDC, à la BPI, dans les banques, dans les fonds d’investissements,au sein de Business France, dans nos Ambassades.

Il y a aussi au sein de French Tech, énormément de gens jeunes, talentueux et motivés qui sont capables d’être un réseau de veille et d’intelligence mondiale au service de l’innovation. Et évidemment, beaucoup de français très compétents dans la Silicon Valleyq ui ont entendu le discours du Président Macron à Vivatech et son appel à l’audace entreprenariale, au patriotisme économique et à la responsabilité et solidarité sociale de ceux qui auront réussi.

De plus, notre gouvernement a déjà peaufiné un système complet motivant pour attirer les entrepreneurs de tous les pays : les avantages fiscaux aux impatriés, le nouveau dispositif de dit French Tech visa …

La France dispose donc de nombreux atouts pour conduire et surtout gagner cette bataille en faveur de l’innovation et de l’emploi. Il ne nous manque plus que de doter, avec une vraie ambition, notre beau pays, de ce grand Fonds pour l’innovation qui saura déployer intelligemment ces dix premiers milliards et devenir la pierre angulaire de notre dispositif d’investissement et d’attractivité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires