En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Evolutions
La Droitisation tranquille de l'Allemagne
Publié le 24 septembre 2017
L'AFD (Alternative pour l'Allemagne) pourrait faire son entrée au Bundestag ce dimanche, à l'occasion des élections législatives allemandes. Ce serait un séisme pour le pays.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'AFD (Alternative pour l'Allemagne) pourrait faire son entrée au Bundestag ce dimanche, à l'occasion des élections législatives allemandes. Ce serait un séisme pour le pays.

Atlantico : Pour la première fois depuis 1950, un parti qualifié "d'ultra-nationaliste" par le New York Times, l'AFD, serait en passe d'être représenté au Bundestag. Que révèle cette ascension de l'AFD de l'évolution politique du pays ? En quoi est-elle synonyme d'une lente droitisation de l'Allemagne ? Ce phénomène s'étend il à l'ensemble des partis politiques ?

Rémi Bourgeot : Lorsque l’AfD a été créée en 2013, le parti était focalisé sur l’opposition à l’euro. Sur la base de ce qui semblait être un parti d’euro-sceptiques à tendance plutôt technocratique, le mouvement s’est réorienté vers une ligne anti-immigration dure depuis 2015. Derrière le thème très général de la souveraineté, il semble que plusieurs tendances se mêlent au sein du parti. Sur la question de l’euro les partisans de l’AfD reprennent les arguments conservateurs allemands habituels, mais sans les recouvrir de la traditionnelle tonalité fédéraliste européenne. Sur la question de l’immigration les choses se corsent.

Les conditions dans lesquelles la politique d’accueil de 2015 a été décidée par le gouvernement d’Angela Merkel ont été critiquées bien au-delà des cercles de l’extrême droite, mais l’AfD se fait le porte-parole de cette contestation et conduit tous les partis à durcir leur position sur le sujet. Il n’y a là rien de très surprenant. Les choses vont plus loin cependant avec l’AfD, au-delà de la seule question migratoire.

On voit monter un discours, en fait depuis les débuts du mouvement, qui rompt avec le consensus allemand d’après-guerre bannissant l’expression raciste et antisémite dans la sphère publique. On assiste notamment à un jeu sur l’usage de termes à connotation nazie (comme Überfremdung pour désigner la prétendue relégation des allemands de souche). L’évolution du parti est marquée par les scandales liés à des déclarations révisionnistes. Si au sein du mouvement une partie (peut-être majeure…) ne soutient pas ces points de vue, on constate une volonté de ne pas condamner ces déclarations, au-delà même des cercles qui les produisent. L’AfD n’est pas un simple parti eurosceptique motivé par les questions économiques ou par le manque de concertation dans la politique migratoire.

On retrouve plus généralement désormais le thème du rejet du sentiment de culpabilité dans le débat allemand, comme cela a été rendu manifeste par le récent succès de librairie de Finis Germania (« la fin de l’Allemagne » en latin approximatif) et sa promotion par certains membres de l’establishment médiatique et littéraire, avant qu’on ne finisse par se rendre compte que son contenu était inacceptable. L’auteur, Rolf Peter Sieferle, historien et ancien conseiller du gouvernement d’Angela Merkel sur les questions climatiques, qui a mis fin à ses jours l’an passé, n’était pas particulièrement associé à l’extrême droite. Son pamphlet, volontiers révisionniste et profondément antisémite, dépeint les Allemands comme un peuple de damnés, victimes d’une Histoire prétendument écrite par les vainqueurs anglo-saxons. Sous couvert d’aphorismes pseudo-nietzschéens, il va jusqu’à mettre sur le même plan l’inconfort lié pour les Allemands à la culpabilité historique et l’horreur endurée par les victimes de la Shoah.

Il faut souligner que l’AfD, bien qu’elle ait le vent en poupe auprès d’une partie grandissante de l’électorat, est détestée par une très large portion de la population allemande du fait notamment de sa rhétorique et de l’image qu’elle risque de donner de l’Allemagne. Donc on ne peut pas dire que l’AfD représente le pays, bien que ses thématiques dépassent le cadre du parti. Néanmoins l’AfD, par ses thèmes et sa menace de performance électorale, a un impact clair sur la scène politique allemande. 

L’analyse est compliquée par le fait que la notion de souveraineté n’a pas du tout le même sens jacobin qu’en France, bien que « Souveränität » ait une étymologie évidemment française. Cette notion a en Allemagne une forte connotation ethnique. Par ailleurs, alors qu’il semble que des tendances différentes cohabitent au sein du parti, la distinction entre un courant qui serait simplement eurosceptique et l’autre ultra-nationaliste ne passent pas complètement l’épreuve des faits. La cheffe de fil aux élections fédérales, Alice Weidel, économiste qui incarne une approche technocratique, a notamment été épinglée pour la sémantique à connotation nazie à laquelle elle a eu recours dans des e-mails. Il faut noter, par ailleurs, sur le plan personnel, qu’on n’a pas affaire à un mouvement « d’anars » qui joueraient avec les limites du politiquement correct. On voit au contraire des gens imperturbables, dont l’humour s’il existe est indétectable, tenir des propos glaçants.

Le système de grande coalition s’avère particulièrement néfaste. L’AfD profite de la tendance à l’unanimisme inhérent à ce système ; ce qui luit permet de capter des voix qui se dirigent traditionnellement vers le SPD notamment. En gros, si on critique Angela Merkel on critique l’ensemble du système politique allemand traditionnel, puisque plus aucune opposition substantielle ne se manifeste à l’intérieur du système. Un boulevard a ainsi été offert à l’extrémisme.

Quels sont les thèmes politiques qui ont été les moteurs de cette évolution politique du pays ? En quoi la "droitisation" allemande se distingue t-elle de celle qui a pu être constatée au sein d'autres pays européens ? 

Le principal thème sur lequel surfe l’AfD est évidemment la question migratoire et le manque de concertation dans la politique d’accueil, mais le phénomène est plus complexe et problématique, du fait de l’histoire du pays.

Sur le plan économique par ailleurs, certains conservateurs allemands manifestent leur attachement à la souveraineté monétaire et leur refus d’une quelconque solidarité budgétaire tout en déplorant les déséquilibres que l’euro a nourris en Europe, en empêchant tout équilibrage par le taux de change. C’est ce qu’on pourrait appeler le modèle « helvétique », une ligne tout à fait respectable du fait notamment de sa cohérence. Une autre ligne consiste à rejeter les transferts et toute forme de coordination macroéconomique sérieuse, tout en embrassant l’euro prétendument au nom de l’unification européenne. C’est la ligne centrale du système politique allemand. Emmanuel Macron est en train de se heurter à la réalité de cette conception nationale.

Le vieillissement de la population allemande et des spécificités culturelles ont conduit à un populisme austéritaire, porté aussi d’une certaine façon par le gouvernement et qui est à l’opposé des populismes que l’on retrouve en France, en Europe du Sud et dans le monde anglophone, qu’ils soient de droite ou de gauche.

Pour des observateurs français, en quoi est il possible de considérer que la lecture politique de l'Allemagne est faussée par une différence de perspective ? En quoi le processus de réunification allemande a t il pu conduire à un "retour à la nation" a t il été sous estimé ?

La question du modèle allemand nuit à l’analyse de l’Allemagne en France. Ses principaux promoteurs connaissent peu l’Allemagne, s’intéressent encore moins à la culture allemande et ont le plus grand mal à engager un échange intellectuel avec nos voisins. Il est assez déconcertant de voir les tenants français de cette ligne « germanolâtre » se produire devant des cercles franco-allemands et, par leur mélange de désinvolture et d’assurance déplacée quant à un modèle allemand idéalisé de la façon la plus abstraite, choquer aussi bien les Français que les Allemands. Les gens qui prônent le modèle allemand en France ont en général une certaine tendance à incarner justement les failles du système politico-économique français. Il leur est souvent assez difficile de saisir les failles ou même les atouts du système allemand, qui a su notamment préserver son industrie des errements bureaucratiques. Naturellement la question fondamentale de la compréhension de l’Allemagne réunifiée est négligée. Derrière la continuité de la République fédérale, augmentée des territoires de l’Est, a émergé une logique politique différente qui a modifié le fonctionnement de l’Europe en profondeur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Comment les socialistes en sont arrivés à se demander ce qu'est le vrai vote utile pour eux
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 24/09/2017 - 21:06
Oui, Erich avait raison..
et les sondeurs qui donnaient l'AFD, la force identitaire anti-mondialiste et anti-immigrationniste à 7% se sont plantés de moitié...une paille! Nous avons les mêmes sondeurs-menteurs en France...bon ben, sur la foi de ces mauvais sondages, les journaleux nous vendaient déjà une coalition CDU-FDP. Mais ce sera une coalition CDU-AFD, très intéressante pour l'Allemagne et l'Europe, avec, probablement, un arrêt net du grand remplacement...
kelenborn
- 24/09/2017 - 19:53
ah
Erich (le copain d'Husson, a eu raison!!!
vangog
- 24/09/2017 - 13:27
"Finis Germania" écrire que son contenu est
inacceptable, s'est rejoindre le combat des socialistes allemands et de leurs autodafés...la vérité est-elle inacceptable? Pour certains qui voudraient vivre sur des nuages roses avec leurs copains bisounours mondialistes, il semble que la vérité est même insupportable...pauv'chou, va!