En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Interdire le survol de la Libye ? Politiquement et militairement délicat

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 33 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 33 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 7 heures 58 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 12 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 8 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 21 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 5 heures 58 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 6 heures 57 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 13 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 37 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Jugée pour avoir dénoncé des maltraitances

L'insupportable omerta qui continue à peser sur les maltraitances envers handicapés et personnes âgées

Publié le 21 septembre 2017
Entre négligences, violences psychologiques, physiques, vol, harcèlement ou viols, les populations dépendantes sont particulièrement touchées aujourd'hui. Sans pouvoir se défendre, ces victimes souffrent de failles structurelles inquiétantes de nos sociétés.
Jean-Marc Maillet-Contoz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Maillet-Contoz est le créateur du magazine bimestriel spécialisé dans le monde du handicap : HANDIRECT, qui s'accompagne de deux site internet dont un sur l’emploi. Membre du Conseil d’administration de LADAPT et du Mouvement pour une...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre négligences, violences psychologiques, physiques, vol, harcèlement ou viols, les populations dépendantes sont particulièrement touchées aujourd'hui. Sans pouvoir se défendre, ces victimes souffrent de failles structurelles inquiétantes de nos sociétés.

Atlantico : Quels sont les catégories particulièrement touchées par ces violences "aux plus faibles" et de quelles violences parle-t-on généralement ?

Jean-Marc Maillet-Contoz : Les principales violences sont généralement psychologiques. Le tuteur ou l'aidant d'une personne dépendante peut ainsi avoir des remarques désobligeantes, mais cela peut aller jusqu'à des formes plus perverses de violences psychologiques. C'est ce qu'il y a de plus courant, parce que les gens pensent souvent avoir une légitimité ou une facilité à parler mal à quelqu'un. Ensuite il y a des vols surtout chez les personnes dépendantes. Il y a aussi des manques de respect de l'intimité ou du mode de vie ou encore de l'état d'hygiène avec des patients qui ne sont pas lavés, il y a la négligence aussi. Il y a les violences sexuelles bien-sûre, mais aussi du harcèlement ou du dénigrement. Il y a ensuite des violences physiques avec de nombreux cas d'attouchements sexuels, de coups, de tortures sadiques, de viols avec un abus de la situation d'indvalidité. 

Sont concernées par ce genre de sévices les dépendants, que ce soient les handicapées avec un handicap de compréhension d'expression ou de défense que cela soient les enfants, les personnes âgées ou les personnes handicapées.

Qu'est-ce qui fait que c'est précisément souvent le personnel proche, famille, accompagnateur ou soignant qui est le plus souvent accusé de violence ?

Le point central est le rapport quotidien voire intime des victimes à leurs agresseurs. Cette connaissance entraîne un sentiment de supériorité assumé envers la victime, et même un sentiment de puissance. La violence infligée, si elle n'entraîne pas de réponse entraîne généralement plus de violence dans ce cercle vicieux. Si la personne dépendante ne sait pas ou ne peut pas réagir, il y a un sentiment de surpuissance qui se développe chez l'individu se rendant compte qu'il a sa victime à sa merci. C'est la perversion humaine ici qui rentre en jeu. Certains s'habituent à infliger des petites vexations jugées pas graves, d'autres poussent toujours un peu plus loin le bouchon. C'est ainsi que par exemple des personnes qui sont chargées de l'hygiène intime de personnes dépendantes se permettent de passer de l'hygiène à l'attouchement. Et parfois de l'attouchement à l'abus sexuel et ainsi de suite. Et c'est d'autant plus facile quand cette personne dépendante n'est pas en capacité de s'exprimer, et donc ne peux pas porter plaine et encore moins resister. 

 

Chiffres émanants du 3977, numéro pour les victimes de violence handicapées ou âgées.

Du point de vue des insititutions, nombreuses sont les critiques envers leurs défaillances, dans le privé comme dans le public. Comment l'expliquez-vous et comment faut-il faire pour réagir ?

Le problème de ce genre d'institution est qu'il s'agit de lieux clos avec un personnel réduit et régulier. On a une équipe de jour et une autre de nuit et su on excepte les animateurs et personnels occasionels qui ne posent pas problème généralement, ces endroits sont pour le personnel des lieux de forte intimité avec leurs patients ou clients. Il est très facile d'être seul avec une personne dans ce cadre.  Il est donc logique que l'intimité des personnes soient plus facilement attaquables, et ce évidemment par ceux qui sont déjà un peu malsains et qui laissent libres cours à leurs pulsions. Il y a ceux qui vont dans ce genre d'environnement pour nourrir leur perversions, qui sont attirés par ce genre d'endroits. Il n'y a pas que des professionnels et on a souvent besoin de personnels dans ce genre de bâtiment. 

Il y a après le fait que le personnel souvent s'entraide et se soutient. Dès qu'il y a un malaise avec le résident, il est fréquent de voir un responsable noyer le poisson. Et d'affirmer :" oui, j'ai agis professionnel, il est instable". On retourne alors l'accusation sur l'autre en déclarant que c'est l'expression d'un fantasme, d'un manque. On a souvent et facilement tendance à faire porter sur la victime la faute. Cela, ça se passe à tous les niveaux, des petites mains jusqu'aux plus hautes sphères de la direction d'une institution. Toutes les couches du personnel sont concernées. 

Pensez-vous que les responsables éthiques et les politiques ont pris la mesure de ces agressions répétitives ?

On est encore au début de la sensibilisation. Tous le monde connaît le problème, mais les choses ne se débloquent pas encore. D'abord parce que l'institution ne veut pas faire de vague pour ne pas ternir sa réputation. Le directeur joue sa carrière, le personnel son avancement. On ne veut pas être accusé d'avoir laissé faire donc on laisse encore faire en détournant les yeux. On ne veut pas être accusé de non-assistance de personne en danger. A toutes les échelles, tous le monde craint pour lui. Et les victimes elles-mêmes cherchent à garder leurs places, ne veulent pas être virées ou encore plus maltraitées après un scandale. Et l'Etat ne veut pas prendre en compte ce problème parce qu'il est tellement important que c'est un scandale que de simplement le reconnaître. Il met en place des organismes pour s'en occuper mais les choses ne bougent pas vraiment. Tous le monde à beaucoup à perdre dans cette histoire, c'est ce qui explique l'omerta généralisée. Même les parents peuvent avoir peur de voir leur enfant ne plus avoir d'endroit pour l'accueillir et donc taire les sévices que subit leur enfant. il y a aussi un sentiment de déni et d'impuissance surtout dans le cas des handicaps très importants. Et c'est pareil pour les enfants qui viennent placer leurs parents. Tout le monde a peur. Et malheureusement pour les dizaines de milliers de victimes quotidiennes, c'est un système total qui les étouffe. Et par une certaine de lâcheté collegiale qui considère au final que ce n'est pas si grave. On admet donc de fait pour certaines catégories de la population des crimes et délits que l'on ne tolererait jamais pour les autres. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 21/09/2017 - 10:37
Et oui
Pendant la seconde guerre mondiale la majorité des français ,courageuse, faisait de la résistance comme chacun doit le savoir.
Leurs descendants ne sont plus à l'image de leurs parents.. voila tout
et puis les vieux ..une source d'emmerdements..ils coûtent une fortune à la sécu,aux caisses de retraites , ils empêchent de partir en vacances ;ils ont exploité les jeunes avec le trente glorieuses ,ça commence à faire beaucoup...
il v falloir sérieusement se pencher sur ce problème ;les jeunes ont en marre
lexxis
- 21/09/2017 - 10:21
UN SERVICE PUBLIC INDIFFÉRENT AUX HANDICAPÉS
On signalera l'attitude méprisante et indigne de la SNCF qui vient de repousser récemment et une nouvelle fois l'accessibilité aux handicapés de plusieurs gares de la Région Parisienne, sans que la Région n'exige une mise aux normes qui n'a que trop traîné et dont le nouveau report a un caractère proprement insultant envers tous ceux qui éprouvent des difficultés à se déplacer. Triste service public empêtré dans ses retards incessants, ses coûts non maîtrisés, ses déficits, ses grèves, ses incidents et ses accidents et un manque de considération patent pour tous les usagers de l'Ile de France qui n'en peuvent plus de tant de carences récurrentes et jamais sanctionnées.