En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 1 heure 19 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 4 heures 27 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 6 heures 37 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 8 heures 1 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 9 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 9 heures 1 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 4 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 4 heures 33 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 5 heures 47 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 9 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 17 heures 30 min
© Petr Kratochvil
© Petr Kratochvil
Une si petite planète

On vous a fait peur avec la fin du pétrole mais c'est de sable dont le monde est sur le point de manquer cruellement

Publié le 19 septembre 2017
A l'heure ou entre 75 et 90% des plages de sable naturelles de la planète sont en train de disparaître, les évolutions du climat expliquent certes en partie le phénomène, mais les extractions d'origine humaine sont aussi à prendre en considération.
Eric Chaumillon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Chaumillon est un Professeur en Géologie marine à l'Université de La Rochelle, UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés. Il a participé au documentaire de Denis Delestrac "le sable enquête sur une disparition". 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure ou entre 75 et 90% des plages de sable naturelles de la planète sont en train de disparaître, les évolutions du climat expliquent certes en partie le phénomène, mais les extractions d'origine humaine sont aussi à prendre en considération.

Atlantico : Entre 75 et 90% des plages de sable naturelles de la planète seraient en train de disparaître (voir ici en anglais). Quelles en sont les principales raisons ? 

Eric Chaumillon : L’équilibre d’une plage dépend de trois paramètres principaux : le niveau marin, les mouvements verticaux de la côte, les apports sédimentaires.

Sur le long terme, la raison principale du recul des côtes est l’élévation relative du niveau marin. Cela veut dire que sur une côte donnée, le niveau marin monte par rapport à cette côte. Il faut noter qu’il existe des côtes qui se soulèvent et que donc dans ces cas les côtes ne reculent pas. Quand le niveau marin s’élève d’1 cm on estime que le recul minimal du trait de côte est 1 m (facteur 100). Ainsi, pour les 25 cm à 100 cm d’élévation prévue pour la fin du siècle, on aurait sur les côtes stables (sans mouvements verticaux), un recul de 25 à 100 m minimum.

Mais en fait, cette règle empirique sous-estime la plupart des reculs observés, il y a donc d’autres paramètres.

Parmi ceux-ci :

L’augmentation locale de la taille des vagues, de la fréquence et/ou de l’intensité des tempêtes, qui peut entraîner un recul des côtes. Ce paramètre dépend de la zone climatique. Toutes les régions du monde ne subissent pas une augmentation de la taille des vagues, de la fréquence et/ou de l’intensité des tempêtes. Dans certaines régions du globe, ces modifications d’origine climatique peuvent être imputées au réchauffement en cours.

Un enfoncement local de la croûte terrestre (une subsidence). C’est le cas par exemple dans les grands deltas du monde où les apports sédimentaires depuis des millions d’années imposent une surcharge sur la croûte.

Dans ces mêmes deltas la subsidence est compensée par les apports sédimentaires, le seul problème est qu’en raison des barrages sur les fleuves du monde, les apports ont diminué et les côtes reculent.

L’enfoncement du rivage peut avoir des origines humaines. En puisant le pétrole, le gaz ou l’eau, l’homme entraîne un affaissement des sédiments et un enfoncement des régions côtières qui peut être dramatique : plusieurs cm / an. 

Quelle part joue l'effet accentué du changement climatique ?

Le changement climatique en cours intervient à deux niveaux : le niveau marin et les apports sédimentaires.

Le réchauffement climatique induit une fonte des glaces et une dilatation des eaux marines de surface. De fait le niveau marin monte. Cette remonté s’accélère en fonction du temps en même temps que le réchauffement global et l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique. Voici les chiffres IPCC: 1.7 mm/an de 1901 à 2010; 2.0 mm/an de 1971 à 2010; 3.2 mm/an de 1993 à 2010.

Les vagues sont le paramètre principal qui transporte les sédiments sur les plages. La difficulté avec les vagues est qu’elles peuvent à la fois engraisser les plages (petites vagues de beau temps) et éroder les plages (fortes vagues, en particulier lors des tempêtes). Le réchauffement climatique peut localement produire une augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes et ainsi éroder plus souvent et plus fréquemment les plages et donc entraîner un recul accru des côtes. De même il peut produire une augmentation locale des vagues les plus fortes, ce qui pourrait entraîner un recul des côtes.

Le boom des activités économiques autour des entreprises d'extraction de sable et de gravier est-il aussi responsable ? Dans quelle proportion ?

Dans certains cas, l’extraction de sable à proximité ou directement sur la plage a pu entraîner un recul, voire une disparition de la plage. Dans le monde cette situation peut s’observer dans des régions où la réglementation est insuffisante ou non appliquée. On connaît des exemples dans l’ouest de l’Afrique, en Asie… Comme dans le cas des barrages ou de la subsidence d’origine humaine, les effets sont locaux et ne peuvent expliquer la totalité du recul des côtes. Le problème le plus souvent est que notre environnement est affaibli et qu’il résiste de moins en moins en raison d’attaques multiples : par exemple une combinaison de l’élévation relative du niveau marin, de subsidence, de diminution des apports par les fleuves en raison des barrages et éventuellement des extractions de sable.

La France est-elle encore préservée ? Pour combien de temps ?

A l’heure actuelle en France, il existe une réglementation et elle est appliquée. Les extractions sont assez loin des plages. Néanmoins, en raison de besoins croissants de granulats (sables, graviers, coquilles, etc.), il conviendra de poursuivre des travaux de recherche car notre connaissance des échanges sédimentaires entre le large et la côte est encore lacunaire et la limite entre les stocks sédimentaires sous marins qui sont en échange avec les plages et ceux qui sont fossiles est mal cernée. 

A terme, si la trajectoire des activités humaines n'est pas sensiblement modifiée, les plages seront-elles condamnées à disparaître totalement ? Que nous disent les projections ?

Les projections d’élévation du niveau marin à la fin du siècle vont de +25 à +100 cm, ce qui entraîne un recul minimum de 25 à 100 m. Dans un système côtier naturel en recul en raison de l’élévation du niveau marin, la barrière sédimentaire, constituée de la plage, de l’avant-plage et de la dune "roule" sur elle-même, et même si le stock peut s’amoindrir la barrière migre vers la terre et accompagne l’élévation du niveau marin. Le problème actuel est que sur 7 milliards d’habitants, environ la moitié sont localisés sur une bande côtière de 150 kilomètres et le degré d’acceptation du recul est le plus souvent nul. L’homme stabilise alors ses littoraux, le plus souvent avec des constructions en dur ce qui a pour effet secondaire de faire disparaitre les plages !  En France, 23 % des terres situées à moins de 250 m des côtes en recul sont urbanisées.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 20/09/2017 - 11:04
a force de se reproduire comme des lapins, de construire,
de bétonner, de pourrir les rivières, au lieu de planter des arbres et de respecter notre nature, les hommes continuent de tout pourrir.
Et après on se demande pourquoi le niveau de la mer augmente.... le béton, fait avec le sable.. On ne peut pas inventer d'autres techniques de construction ???? et de arrêter de se reproduire comme des rats ????