En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Qwant : ‘"Proie"’ de la Géopolitique de l’Internet

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 1 heure 19 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 2 heures 32 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 4 heures 14 min
pépites > International
Fulanis
Bernard-Henri Lévy alerte sur le massacre des chrétiens au Nigeria
il y a 5 heures 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Funny Girl", la comédie musicale : phénoménale Funny Girl, Christina Bianco met Paris à ses pieds…

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Social
Jeudi noir

5 décembre : la première bataille remportée, les syndicats peuvent-ils gagner la guerre ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Environnement
Adieu ma trotro bien-aimée

Le bobo en proie à d'indicibles tourments : des écolos (un peu plus radicaux que lui) détruisent les trottinettes électriques qui lui sont chères !

il y a 9 heures 37 min
rendez-vous > High-tech
Géopolitico-scanner
Qwant : ‘"Proie"’ de la Géopolitique de l’Internet
il y a 9 heures 58 min
décryptage > Europe
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

il y a 10 heures 29 min
décryptage > France
Dichotomie

Gilets jaunes, black blocks et délinquants : une répression à géométrie variable

il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 1 heure 48 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 2 heures 56 min
pépites > France
Champions du monde
La France est le pays de l'OCDE avec la fiscalité la plus lourde
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Samia" de Gilbert Ponté : dernière course pour Lampedusa, haletant et poignant

il y a 5 heures 54 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le sport joue avec la sphère et quand les heures se jouent sous dôme : c’est l’actualité des montres dans les tempêtes sociales
il y a 6 heures 50 min
décryptage > France
Partenariat

Sécurité : l’Etat contraint de brader le régalien ?

il y a 8 heures 23 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?
il y a 9 heures 50 min
décryptage > International
Utopie

Samjiyon, la ville socialiste idéale inaugurée par la Corée du Nord, échappera-t-elle au destin funeste de toutes celles qui l’ont précédée ailleurs dans le monde ?

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Politique
Insatisfaction croissante

Retraites : le gouvernement face au piège du paradoxe de Tocqueville

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Politique
Futurs scrutins

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

il y a 11 heures 31 min
© Petr Kratochvil
© Petr Kratochvil
Une si petite planète

On vous a fait peur avec la fin du pétrole mais c'est de sable dont le monde est sur le point de manquer cruellement

Publié le 19 septembre 2017
A l'heure ou entre 75 et 90% des plages de sable naturelles de la planète sont en train de disparaître, les évolutions du climat expliquent certes en partie le phénomène, mais les extractions d'origine humaine sont aussi à prendre en considération.
Eric Chaumillon est un Professeur en Géologie marine à l'Université de La Rochelle, UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés. Il a participé au documentaire de Denis Delestrac "le sable enquête sur une disparition". 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Chaumillon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Chaumillon est un Professeur en Géologie marine à l'Université de La Rochelle, UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés. Il a participé au documentaire de Denis Delestrac "le sable enquête sur une disparition". 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure ou entre 75 et 90% des plages de sable naturelles de la planète sont en train de disparaître, les évolutions du climat expliquent certes en partie le phénomène, mais les extractions d'origine humaine sont aussi à prendre en considération.

Atlantico : Entre 75 et 90% des plages de sable naturelles de la planète seraient en train de disparaître (voir ici en anglais). Quelles en sont les principales raisons ? 

Eric Chaumillon : L’équilibre d’une plage dépend de trois paramètres principaux : le niveau marin, les mouvements verticaux de la côte, les apports sédimentaires.

Sur le long terme, la raison principale du recul des côtes est l’élévation relative du niveau marin. Cela veut dire que sur une côte donnée, le niveau marin monte par rapport à cette côte. Il faut noter qu’il existe des côtes qui se soulèvent et que donc dans ces cas les côtes ne reculent pas. Quand le niveau marin s’élève d’1 cm on estime que le recul minimal du trait de côte est 1 m (facteur 100). Ainsi, pour les 25 cm à 100 cm d’élévation prévue pour la fin du siècle, on aurait sur les côtes stables (sans mouvements verticaux), un recul de 25 à 100 m minimum.

Mais en fait, cette règle empirique sous-estime la plupart des reculs observés, il y a donc d’autres paramètres.

Parmi ceux-ci :

L’augmentation locale de la taille des vagues, de la fréquence et/ou de l’intensité des tempêtes, qui peut entraîner un recul des côtes. Ce paramètre dépend de la zone climatique. Toutes les régions du monde ne subissent pas une augmentation de la taille des vagues, de la fréquence et/ou de l’intensité des tempêtes. Dans certaines régions du globe, ces modifications d’origine climatique peuvent être imputées au réchauffement en cours.

Un enfoncement local de la croûte terrestre (une subsidence). C’est le cas par exemple dans les grands deltas du monde où les apports sédimentaires depuis des millions d’années imposent une surcharge sur la croûte.

Dans ces mêmes deltas la subsidence est compensée par les apports sédimentaires, le seul problème est qu’en raison des barrages sur les fleuves du monde, les apports ont diminué et les côtes reculent.

L’enfoncement du rivage peut avoir des origines humaines. En puisant le pétrole, le gaz ou l’eau, l’homme entraîne un affaissement des sédiments et un enfoncement des régions côtières qui peut être dramatique : plusieurs cm / an. 

Quelle part joue l'effet accentué du changement climatique ?

Le changement climatique en cours intervient à deux niveaux : le niveau marin et les apports sédimentaires.

Le réchauffement climatique induit une fonte des glaces et une dilatation des eaux marines de surface. De fait le niveau marin monte. Cette remonté s’accélère en fonction du temps en même temps que le réchauffement global et l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique. Voici les chiffres IPCC: 1.7 mm/an de 1901 à 2010; 2.0 mm/an de 1971 à 2010; 3.2 mm/an de 1993 à 2010.

Les vagues sont le paramètre principal qui transporte les sédiments sur les plages. La difficulté avec les vagues est qu’elles peuvent à la fois engraisser les plages (petites vagues de beau temps) et éroder les plages (fortes vagues, en particulier lors des tempêtes). Le réchauffement climatique peut localement produire une augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes et ainsi éroder plus souvent et plus fréquemment les plages et donc entraîner un recul accru des côtes. De même il peut produire une augmentation locale des vagues les plus fortes, ce qui pourrait entraîner un recul des côtes.

Le boom des activités économiques autour des entreprises d'extraction de sable et de gravier est-il aussi responsable ? Dans quelle proportion ?

Dans certains cas, l’extraction de sable à proximité ou directement sur la plage a pu entraîner un recul, voire une disparition de la plage. Dans le monde cette situation peut s’observer dans des régions où la réglementation est insuffisante ou non appliquée. On connaît des exemples dans l’ouest de l’Afrique, en Asie… Comme dans le cas des barrages ou de la subsidence d’origine humaine, les effets sont locaux et ne peuvent expliquer la totalité du recul des côtes. Le problème le plus souvent est que notre environnement est affaibli et qu’il résiste de moins en moins en raison d’attaques multiples : par exemple une combinaison de l’élévation relative du niveau marin, de subsidence, de diminution des apports par les fleuves en raison des barrages et éventuellement des extractions de sable.

La France est-elle encore préservée ? Pour combien de temps ?

A l’heure actuelle en France, il existe une réglementation et elle est appliquée. Les extractions sont assez loin des plages. Néanmoins, en raison de besoins croissants de granulats (sables, graviers, coquilles, etc.), il conviendra de poursuivre des travaux de recherche car notre connaissance des échanges sédimentaires entre le large et la côte est encore lacunaire et la limite entre les stocks sédimentaires sous marins qui sont en échange avec les plages et ceux qui sont fossiles est mal cernée. 

A terme, si la trajectoire des activités humaines n'est pas sensiblement modifiée, les plages seront-elles condamnées à disparaître totalement ? Que nous disent les projections ?

Les projections d’élévation du niveau marin à la fin du siècle vont de +25 à +100 cm, ce qui entraîne un recul minimum de 25 à 100 m. Dans un système côtier naturel en recul en raison de l’élévation du niveau marin, la barrière sédimentaire, constituée de la plage, de l’avant-plage et de la dune "roule" sur elle-même, et même si le stock peut s’amoindrir la barrière migre vers la terre et accompagne l’élévation du niveau marin. Le problème actuel est que sur 7 milliards d’habitants, environ la moitié sont localisés sur une bande côtière de 150 kilomètres et le degré d’acceptation du recul est le plus souvent nul. L’homme stabilise alors ses littoraux, le plus souvent avec des constructions en dur ce qui a pour effet secondaire de faire disparaitre les plages !  En France, 23 % des terres situées à moins de 250 m des côtes en recul sont urbanisées.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Qwant : ‘"Proie"’ de la Géopolitique de l’Internet

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 20/09/2017 - 11:04
a force de se reproduire comme des lapins, de construire,
de bétonner, de pourrir les rivières, au lieu de planter des arbres et de respecter notre nature, les hommes continuent de tout pourrir.
Et après on se demande pourquoi le niveau de la mer augmente.... le béton, fait avec le sable.. On ne peut pas inventer d'autres techniques de construction ???? et de arrêter de se reproduire comme des rats ????