En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
Choix
Fiscalité du capital: quand Bruno Le Maire favorise les rentiers et les spéculateurs
Publié le 13 septembre 2017
Plus le temps passe, et plus Bruno Le Maire paraît décidément fâché avec les chiffres et la logique fiscale. Son interview aux Échos où il détaille la fiscalité applicable au capital vient d'en apporter une nouvelle démonstration.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus le temps passe, et plus Bruno Le Maire paraît décidément fâché avec les chiffres et la logique fiscale. Son interview aux Échos où il détaille la fiscalité applicable au capital vient d'en apporter une nouvelle démonstration.

Le plan pour les indépendants en avait donné un premier aperçu: Bruno Le Maire comprend mal la problématique des entrepreneurs et se sent beaucoup plus à l'aise avec celle des rentiers et des spéculateurs. L'usine à gaz qu'il est en train de créer sur la TVA des auto-entrepreneurs (on retrouvera demain dans nos colonnes l'interview d'Hervé Novelli sur le sujet) le montre: pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué, et ainsi réduire l'impact des réformes visant à libérer l'activité indépendante en France.

Mine de rien, les annonces qu'il vient de faire sur la fiscalité du capital, et particulièrement sur le prélèvement forfaitaire unique, convergent en ce sens.

Le prélèvement forfaitaire unique à 30% et ses diables dans les détails

Donc, en matière de revenus du capital, le gouvernement entend mettre en place une flat tax de 30% supposée simplifier la vie des assujettis. Or, ceux-ci regroupent deux populations très distinctes: les rentiers qui ont peu ou prou hérité d'un capital, et les entrepreneurs qui ont besoin des revenus du capital qu'ils construisent jour après jour pour vivre et assurer le développement de leur activité. Parfois, les seconds ont besoin de l'argent des premiers pour y arriver, notamment au travers de ventes d'actions qui financent leur investissement. 

Assez curieusement, le gouvernement a entrepris de favoriser les premiers au détriment des seconds. Dans la novlangue macronienne dont Bruno Le Maire s'est emparé, celle s'appelle "récompenser ceux qui prennent des risques". De fait, le langage de Bruno Le Maire fleure bon l'ancien temps: quand le bonhomme fait profession d'un bon sentiment, il faut y comprendre immédiatement le contraire. 

Ainsi, la taxe de 30% est en apparence "juste" socialement puisqu'elle ne s'appliquera pas de façon frontale aux PEL, aux livrets A et autres produits d'épargne liquide, ni aux contrats d'assurance-vie inférieurs à 150.000€. Ceux-là garderont leurs avantages actuels. En revanche, elle s'appliquera au reste, avec une condition nouvelle: les exonérations fiscales pour les actions détenues pendant plus de deux ans (avec différents seuils) disparaîtront. 

Autrement dit, le fils à papa qui s'amuse à spéculer à la bourse sera frappé de la même taxe que l'investisseur de long terme qui immobilise une part de son épargne pour financer le développement d'une entreprise.

Les justifications si peu crédibles de Bruno Le Maire

Pour justifier la suppression d'une mesure qui encourageait au financement durable de l'économie, Bruno Le Maire explique qu'il ne veut pas mettre en place une "usine à gaz". L'homme qui vient de doubler le plafond de revenus de l'auto-entrepreneurs sans toucher au plafond d'exonération de TVA (créant ainsi une superbe usine à gaz) et qui présente une réforme de la fiscalité du capital pour le moins complexe, vient nous donner une leçon de simplification.

Ce faisant, il passe sous silence l'intérêt général de la disposition qu'il abroge: celle de récompenser les investisseurs fidèles par rapport aux spéculateurs. Dans le meilleur des cas, on dira que le ministre place bien mal ses priorités fiscales et ne prend pas la mesure des formules à l'emporte-pièce qu'il utilise.  

Les start-up durement touchées

Bruno Le Maire prétend financer l'innovation à coup de milliards. Là encore, on retrouve le réflexe du haut fonctionnaire qui pense que l'économie est une affaire "macro", et que l'apport individuel de l'entrepreneur à la richesse collective est quotité négligeable. 

Car s'il mettra potentiellement dix milliards sur la table pour financer cette innovation (il faudra bien un jour expliquer ce que signifie concrètement cette expression), il prend dans le même temps une mesure qui va frapper au porte-feuille toutes les start-up auto-financées et tous les salariés qui en font le succès. 

La suppression de la condition de durée de détention va en effet alourdir considérablement l'intérêt économique de la distribution gratuite d'actionsdans les start-up. Or, on le sait, alors que l'Éducation Nationale est incapable de produire en nombre suffisant les développeurs dont la nouvelle économie a besoin, beaucoup de start-up fidélisent leurs meilleurs collaborateurs en les associant à leur capital. Pour les start-up autofinancées, c'est souvent la seule arme à leur disposition pour résister à la concurrence salariale des copains du gouvernement qui disposent des millions apportés on ne sait trop comment par la BPI et d'autres instances de ce genre.

Ben oui, mais cette arme-là disparaît désormais grâce aux petits détails de Bruno Le Maire qui feront les délices des fonds spéculatifs. Ceux-ci viennent, grâce à l'aversion de Bruno Le Maire pour les usines à gaz, de neutraliser l'arme dont les vrais entrepreneurs disposaient pour leur résister. 

Article publié sur le site d'Eric Verhaeghe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mymi
- 14/09/2017 - 14:40
petite précision
pas de prêt en cours, car maintenant totalement remboursé et non parce que payé cash !!!!
mymi
- 14/09/2017 - 14:35
merci Moneo
je suis exactement dans cette situation. issue d'une famille modeste, je me suis toujours montrée fourmi pour être assurée de faire face aux défaillances du destin. Aujourd'hui, parce que simplement propriétaire et recevant une pension simplement raisonnable mais sans prêts en cours grâce à une gestion pertinente et non cigale, me voici l'objet de la réprobation de Micron et ses sbires qui cachent à peine ce qu'ils pensent de nous "salauds de retraités".
N'est-il pas normal qu"'après 41 ans à 60h par semaine (cadre) certains d'entre nous ai pu réussir à avoir un peu de patrimoine. Un patrimoine, ça se construit dans le temps, et à 25 ans je louais une chambre de bonne, je travaillais pour payer mes études et ne mangeais qu'une fois sur deux...je ne m'en suis jamais plainte. je construisais ma vie. ras le bol de voir insulter tout ce que nous avons contribuer à construire, pas notamment un Micron né avec une cuillère en or dans la bouche...
Jardinier
- 13/09/2017 - 19:20
Merci, moneo.
.